« Concertino » - dix virtuoses qui jouent de toutes les musiques

0 vote

Depuis près d’une décennie, la troupe d’accordéonistes « Concertino » se consacre à la musique sans compter, confirmant en cela sa valeur artistique par de nombreux concerts donnés dans les plus prestigieuses salles de concerts. Au cours du temps, les dix virtuoses de cette troupe ont ajouté à leur palmarès un grand nombre de trophées et, grâce à leur vitalité créatrice, ils ont remporté le titre de « Meilleure troupe musicale d’Europe ».

La troupe « Concertino » a été fondée le 18 octobre 2003. Elle réunit sept accordéonistes, un bassiste, un pianiste et un tambourinaire, tous diplômés de l’Académie de Musique, Théâtre et des Beaux-arts de Moldavie. Depuis 2007, « Concertino » déploie ses activités sous l’aile protectrice de la prestigieuse Salle d’Orgue de Chisinau. Au fil du temps, la troupe a fait de nombreuses tournées en Italie, France, Danemark, Allemagne, Autriche, Luxembourg, Chine, Belgique, Russie, etc.

En plus de l’énergie débordante et de la vitalité qui la caractérisent, « Concertino » est fière d’avoir un répertoire aussi varié, comprenant de la musique classique ou lyrique, du jazz, des tangos, de la musique légère, moderne et folklorique aussi. La troupe a collaboré avec plusieurs compositeurs moldaves et étrangers. En outre, le chef de la troupe, Eugen Negruta, et son frère Vitalie travaillent parallèlement à un autre projet artistique, tout à fait différent du premier, il s’agit d’une troupe de musique rock appelée « M Studio ».

L’unique troupe d’accordéonistes de Moldavie

Le concept de « Concertino » revient à de jeunes musiciens qui, en 2003, venaient de finir leurs études au Conservatoire et voulaient investir tout leur talent musical dans un projet inédit. « A ce moment-là, nous n’avions pas beaucoup d’options : nous pouvions nous limiter à jouer dans un orchestre de musique folklorique ou, pire encore, à jouer aux banquets de mariage. Mais nous voulions faire quelque chose d’unique, faire honneur à notre pays et, en même temps, nous réaliser. C’est comme ça qu’est née la troupe « Concertino » », nous fait savoir Eugen Negruta. Il ajoute aussi qu’à présent personne en Moldavie ne peut faire concurrence à sa troupe car, tout simplement, il n’y a pas d’autre troupe de ce genre… à part peut-être la troupe du Conservatoire et les orchestres d’enfants.

Quoique la composition de la troupe « Concertino » ait subi plusieurs changements depuis sa fondation, son objectif n’a pas changé ; il est fondé sur le professionnalisme. Le format, basé sur un ensemble de dix instrumentistes, en constitue le caractère inédit, ainsi que l’originalité et la qualité des pièces qui sont impératives.

Un instrument pour tous les genres de musique

Le talent et la formation professionnelle a permis à ces dix jeunes au caractère très persévérant de dissiper le mythe de l’accordéon comme instrument limité à la musique de détente. « Moi, personnellement, je suis heureux d’avoir fait mes études à cette école qui nous a appris à jouer tous les genres de musique à l’accordéon, de la musique classique au jazz. En fait, c’est ça l’objectif de « Concertino » : mettre en valeur le potentiel musical de l’accordéon », nous a expliqué Eugen qui compare les capacités de cet instrument aux capacités du violon. « D’habitude, on associe l’accordéon aux festins de mariages et aux baptêmes. Mais l’accordéon peut reproduire tous les styles musicaux, y compris contemporains qui sonnent alors d’une manière particulièrement intéressante quand on les interprète avec un accordéon », nous dit avec persuasion le chef de la troupe.

Bien que « Concertino » se produise sur des scènes en dehors de Moldavie, les admirateurs moldaves ne manquent pas. « Deux fois par an, nous donnons à Chisinau des concerts solo qui demandent un intense travail de préparation pendant au moins trois mois. En Europe, nous donnons plus de concerts, car nous avons plus d’admirateurs », reconnaît l’accordéoniste.
La seule chose qui leur déplaît, en Moldavie comme à l’étranger, c’est que la
jeune génération manque d’éducation musicale. « C’est pour cette raison que nous commençons nos concerts avec des pièces plus sérieuses, car le public est encore tout frais, après quoi nous proposons des partitions qui se digèrent plus facilement. Nous avons des spectateurs qui ne venaient au début que pour entendre des valses ou des tangos, et qui maintenant sont plus exigeants. Donc le public peut certainement être éduqué ! », conclut avec fierté le virtuose.

Nulle part on ne sent comme chez soi

Les tournées à l’étranger sont devenues plus intenses depuis que la troupe a remporté le Grand Prix d’un concours européen, en 2008. Les organisateurs italiens leur ont proposé de s’installer définitivement dans leur pays. Mais les jeunes musiciens ne se sont pas laissé tenter, car l’amour pour la patrie l’a emporté. « Chez soi c’est chez soi. Nos familles sont ici et le reste ne compte pas », dit le chef de la troupe « Concertino », tout en reconnaissant que, parmi tous les Européens, les Suisses ont été les plus hospitaliers et les plus ouverts avec eux.

Un agenda de ministre

Avec deux CD à leur actif et un agenda rempli comme celui d’un ministre, nos dix instrumentistes se préparent intensément au lancement du troisième CD. Il a déjà été enregistré en Italie et va paraître en Moldavie. Le lancement à Chisinau sera marqué par un concert d’envergure. « Le CD est presque fini, le matériel musical a été enregistré, il ne reste qu’à produire le disque et la couverture. Il s’agit d’une musique assez spéciale avec des pièces très sérieuses pour musiciens professionnels. Nous avons choisi les meilleures pièces de notre répertoire pour ce disque », nous précise Eugen Negruta.

Le CD comprendra quatre pièces : deux concerts dont un en trois parties de l’accordéoniste et compositeur français Richard Galliano, et un autre, toujours en trois parti