Témoignage d’une lauréate

Comme notre portail l’a déjà annoncé, la jeune étudiante moldave, Livia Tibirna, a remporté le Grand Prix du concours de la meilleure nouvelle francophone en Moldavie, organisé par les associations « Lire à Saint-Etienne » et « Les Amis de la Moldavie en Rhône Alpes Auvergne ».

En signe de récompense, Livia a eu l’opportunité de passer quelques jours dans la région stéphanoise. Rentrée en Moldavie, elle a eu la gentillesse de nous faire part de ses impressions.

*** *** ***

“Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité.”

Antoine de Saint-Exupéry

On dit souvent que si on veut faire de son rêve une réalité, il faut tout d’abord en faire le but de sa vie. Et puis travailler, travailler, travailler. Et ça marche – maintenant, j’en suis persuadée.

Dès que j’ai commencé à apprendre le français, je suis tombée amoureuse de cette langue. Avec le temps, ce qu’on appelle la langue française est devenue pour moi la culture, l’histoire, l’art, les français. Et je rêvais d’aller visiter la France un jour ou l’autre.

Et voilà que la participation au Concours de Nouvelles m’a aidée à y arriver. Classée deuxième l’année dernière, pour cette édition j’ai eu la chance de gagner le Grand Prix. C’est pour cette raison que j’ai été invitée à passer quelques jours à Saint-Etienne. Cela a été quelque chose d’impressionnant de voir se matérialiser le rêve de toute ma vie ! C’étaient quelques jours magiques !

J’ai reçu mon Prix le premier jour de la « Fête du livre » à Saint-Etienne. La cérémonie s’est passée en présence du Consul Honoraire de la République de Moldavie pour les régions Rhône-Alpes et Auvergne, monsieur Christian Daudel, du président de l’association « Les amis de la Moldavie en Rhône-Alpes Auvergne », monsieur Jean-Noel Cancade, du président de l’association « Lire à Saint-Etienne », monsieur Jacques Plaine – invité d’honneur, et du directeur de la Médiathèque de Saint-Etienne, monsieur Francois Marin.

Depuis une trentaine d’années, la « Fête du livre » est un des événements les plus attendus à Saint-Etienne. Plus de 100 000 visiteurs montrent chaque année leur amour au livre et à la lecture. Enthousiastes et curieux, les lecteurs viennent rencontrer leurs auteurs préférés, prendre part aux nombreuses activités littéraires. J’ai été surprise de la possibilité d’échanger avec des auteurs prestigieux, des personnalités marquantes de France.

Saint-Etienne m’a impressionnée par sa richesse culturelle et par son patrimoine historique, architectural et naturel. J’eu pu monter aux sommets de la commune, au Guizay. J’ai été émerveillée par le panorama spectaculaire de la ville qui est entourée par sept collines. Il faut dire que Saint-Étienne est l’une des plus grandes villes d’altitude d’Europe, après Madrid et Sofia. Par ailleurs, la ville est traversée par des affluents du Rhône et de la Loire qui lui donnent un charme à part.

La ville impressionne par l’architecture de ses bâtiments et établissements. Ce n’est pas par hasard que Saint-Étienne est la seule ville française désignée « Ville créative pour le design » par l’Unesco. On peut y admirer même une réplique de la Statue de la Liberté !

De même, j’ai découvert son charme spécifique à travers des musées et des galeries d’art. J’ai été marquée par les collections d’envergure nationale et internationale du Musée d’Art et d’Industrie. Ici se trouve la plus grande collection au monde de rubans : plus de 1,5 millions de pièces ! On peut les admirer infiniment.

Une autre collection qui m’a énormément plu est celle des cycles – la première en France. Il ne faut pas oublier que la ville de Saint-Etienne est nommée la capitale française du vélo et c’est ici qu’aurait été fabriquée la première bicyclette française, en 1886. J’ai apprécié les pièces uniques qui montraient l’histoire et le parcours de ce moyen de transport. Il faut remarquer aussi l’exposition des armes, assez nombreuse et impressionnante. J’ai aimé aussi le Musée de la Mine. C’est une page d’histoire glorieuse qu’il raconte, en proposant la découverte de l’univers de la mine.

D’un autre coté, c’est l’art moderne qui est présent dans les collections du Musée d’art moderne et contemporain. Il offre une collection importante d’œuvres des XIXe, XXe et XXIe siècles, la seconde en France après celle du Musée National d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou à Paris. Ce sont des pièces uniques que chacun comprend à sa manière et qui offrent une bonne occasion pour réfléchir. En un mot, ce sont des lieux magnifiques à ne pas rater.

Mais ce qui m’a impressionnée le plus c’est la chaleur et la bienveillance avec lesquelles on m’a accueillie à Saint-Etienne. J’avais l’impression que j’étais chez moi et que j’étais entourée de gens connus depuis longtemps. Je me souviendrai toujours de ces moments de grâce.

Pour mon séjour parfait à Saint-Etienne, je tiens à remercier de tout mon cœur la famille DAUDEL, M. Jean-Noel CANCADE, comme tous les Stéphanois que j’ai rencontrés !

Mille remerciements ! Et encore j’adresse un Grand Merci à mes professeurs de français, à l’Association des Professeurs de Français de Moldavie qui m’ont motivée à participer à ce Concours de Nouvelles.

Livia ȚÎBÎRNĂ,

Académie d’Etudes Economiques de Moldavie

Gagnante du Concours de Nouvelles 2015