Mon expérience d’observateur

Ces derniers mois j’ai eu la chance de rencontrer de nombreux jeunes qui aspirent à une vie meilleure dans leur pays, avec en particulier un environnement politique apaisé. Il y a chez eux une adhésion enthousiaste à tout ce qui contribue à éradiquer la corruption, à tout ce qui peut consolider la démocratie sur le modèle occidental.

Depuis quelques semaines le portail www.moldavie.fr a publié des témoignages de ces jeunes. En voici un nouveau qui d’une certaine manière interpelle la classe politique, toujours en négociation en vue de trouver une majorité de gouvernement…

…On peut espérer que cette classe politique entende les aspirations telles qu’exprimées par Cristina Burlacu.

Gilles Ribardière}}}

Mon expérience d’observateur

Article par Cristina Burlacu, lycéenne

Cristina Burlacu
Cristina Burlacu

Récemment, en Moldavie se sont déroulées les élections parlementaires. C’est le 28 novembre 2010 que le peuple moldave a été appelé à décider de l’avenir de la Moldavie pour les 4 ans qui suivent. La bataille a été rude, la campagne électorale aussi. Tout le monde s’interrogeait sur les résultats des élections et craignait une éventuelle crise politique qui pourrait de nouveau recommencer.

Pour la première fois de ma vie, j’ai participé comme électrice. De plus, j’ai eu la chance et la possibilité d’agir comme observateur national de Promo-Lex pour une courte durée. Bien sûr, j’ai accepté leur proposition, puisque la politique est un domaine qui me préoccupe spécialement. Donc j’ai participé à tous les séminaires de formation pour les observateurs ; j’ai étudié le code électoral de Moldavie et j’ai appris un tas de choses nouvelles pour moi en ce qui concerne le domaine des élections.

En premier lieu, je veux parler de cette association- Promo-Lex. C’est une association non- gouvernementale, apolitique et à but non lucratif qui veut promouvoir les valeurs démocratiques et les standards internationaux dans le domaine des droits de l’homme dans la République de Moldavie et la région de Transnistrie.L’équipe de Promo-Lex est donc formée de jeunes observateurs pour les droits de l’homme qui luttent pour un changement dans la société moldave, pour la promotion de la démocratie et contre la violation des droits de l’ homme en Moldavie.

Ainsi, en acceptant leurs conditions - ne pas diffuser une opinion politique publiquement en faveur d un parti - je suis devenue observatrice Promo-Lex. Le 28 novembre 2010, à 7 heures du matin, j’étais donc présente au bureau de la section de votation 13 du district de Floresti.

Toute la journée, j’ai suivi le processus de vote. Ce fut assez compliqué au début, mais au fur et à mesure j’ai compris parfaitement ma mission. J’ai observé tous les incidents qui se sont déroulés dans la section 13.

A la fin de mon expérience, je peux me prononcer envers l’état général des élections telles qu’elles se sont déroulées au bureau 13. J’ai observé des incidents plus ou moins graves, comme de mauvais respects de la procédure de vote, les membres du bureau électoral de la section de vote ni très attentifs ni très compétents, l’agitation électorale le jour des élections, l’imperfection des listes de base et des listes supplémentaires d’électeurs et autres erreurs semblables.

A la fin de ce cet événement, j’ai tiré une conclusion assez importante pour moi : chaque nouvelle expérience est très constructive, puisque c’est une manière de mieux me connaître moi-même.

Après les élections, j’ai compris que la Moldavie doit apprendre beaucoup de choses en ce qui concerne les élections, la démocratie, les droits de l’homme, etc. Il faut premièrement éduquer la population d’une manière libre, critique, mais en même temps il faut que les gens aient une culture politique ; c’est une nécessité pour qu’un pays progresse, pour un développement économique et pour un changement positif.

Voilà pourquoi je m’adresse à tous les Moldaves par ce message : ne soyez pas indifférents à tout ce qui se passe dans la vie de notre pays. Nous sommes les citoyens de notre pays et nous avons des dettes envers lui. Nous sommes obligés de cultiver notre culture politique, de nous informer, d’être critiques, de savoir comment réaliser nos droits, de participer dans la vie de notre pays pour obtenir enfin l’aisance désirée de chacun.