Revue de presse : les élections législatives anticipées du 28 novembre 2010

0 vote

Moldavie : la coalition pro-européenne donnée gagnante aux législatives

La coalition pro-européenne est donnée gagnante aux législatives dimanche en Moldavie et serait en mesure d’obtenir la majorité pour élire le président du pays le plus pauvre d’Europe, mettant un terme à un an et demi de crise politique, selon deux sondages de sortie des urnes.

Trois formations de l’actuelle coalition — le Parti libéral-démocrate du Premier ministre Vlad Filat, le Parti démocrate et le Parti libéral du président du Parlement Mihaï Ghimpu — devanceraient largement les communistes, en chute libre rapport au précédent scrutin de l’été 2009.

Les trois partis de la coalition recueilleraient 65,1% des voix, selon l’Institut roumain d’analyse et de stratégie, et 56,2% d’après le Centre de recherche sociologique et de marketing CDS-AXA.
Le Parti communiste, qui milite pour un renforcement des liens avec Moscou, est crédité respectivement de 26 et 33,8% des voix, tandis que la participation est légèrement inférieure 60%.

Si la tendance se confirme, les trois partis de la coalition pro-occidentale pourraient obtenir les 61 sièges nécessaires au Parlement, sur un total de 101, pour élire le président de cette ancienne république soviétique.

Ces chiffres marquent une percée du Parti libéral-démocrate dont le score oscille entre 32,2 et 34,4% des voix, contre 16,57% au précédent scrutin de juillet 2009, alors que le Parti communiste s’effondre après avoir recueilli 44,69% des suffrages il y a un an et demi.

« Ces résultats montrent que l’impossible est possible », s’est réjoui M. Filat après la clôture du scrutin.

Selon les premiers résultats partiels communiqués par la Commission électorale centrale et portant sur 15% des bulletins, les communistes obtiendraient 46,5% des suffrages, devançant légèrement les trois partis de la coalition totalisant 43,9%.

Mais selon des experts, le score des communistes va nettement reculer au fil du dépouillement, dans la mesure où ces chiffres concernent des secteurs où ceux-ci obtiennent généralement de très bons résultats.

Aucun des autres partis — notamment l’Alliance Notre Moldavie, qui était la quatrième formation de la coalition au pouvoir — n’a franchi le seuil des 4% pour entrer au Parlement, selon les deux sondages.

Le Parlement actuel a été dissout car la coalition qui a remporté le scrutin de l’été 2009 ne disposait pas des 61 députés nécessaires sur un total de 101 pour élire le président du pays.

Avant elle, les communistes n’avaient pas non plus réussi à réunir cette majorité à l’issue des législatives d’avril 2009. Des émeutes avaient alors éclaté, sur fond de soupçons de fraudes électorales orchestrées par les communistes, au pouvoir entre 2001 et 2009.

La coalition pro-européenne a tenté de sortir la Moldavie de cette impasse en organisant début septembre un référendum pour la tenue d’une présidentielle au suffrage universel direct. Mais la participation a été trop faible et le scrutin a dû être annulé.

Quelque 2,6 millions d’électeurs de ce petit pays roumanophone enclavé entre la Roumanie et l’Ukraine étaient appelés à se rendre aux urnes pour choisir leurs députés parmi un nombre record de 20 partis et 19 candidats indépendants.

Peuplée de 4,3 millions d’habitants, la Moldavie est plongée dans la misère depuis la chute de l’URSS. Son économie repose en grande partie sur son agriculture, l’industrie étant située en Transdniestrie, territoire rebelle pro-russe à l’est du pays qui a autoproclamé son indépendance en 1991.

Entre 500.000 et un million de Moldaves vivent et travaillent à l’étranger et leurs revenus sont essentiels au fonctionnement du pays.

Source : http://actualite-israel.com/chisinau-moldavie-la-coalition-pro-europeenne-donnee-gagnante-aux-98488/

Moldavie : Les législatives se sont déroulées « de manière transparente », selon l’OSCE

Les élections législatives organisées dimanche en Moldavie, remportées par l’alliance au pouvoir, se sont déroulées de « manière transparente et impartiale », estiment lundi les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

« Cette élection a respecté la plupart des obligations de l’OSCE et du Conseil de l’Europe », note la mission de l’OSCE dans son rapport préliminaire. Ce dernier tranche nettement avec l’appréciation portée par l’OSCE sur les précédentes législatives en Moldavie, en juillet 2009, quand les observateurs avaient dénoncé « intimidation subtile et biais médiatique ».

Après dépouillement de près de 95% des bulletins de vote, l’Alliance pour l’intégration européenne, du Premier ministre Vlad Filat, est créditée de 57 des 101 sièges du Parlement contre 44 pour l’opposition communiste, selon le site d’information Alegeri.

Source : http://www.20minutes.fr/ledirect/630677/monde-moldavie-legislatives-deroulees-de-maniere-transparente-selon-osce

Encore une élection pour rien ?

« La Moldavie a vaincu le communisme » titre en Une Timpul, quelques heures après la fermeture des bureaux de vote pour les élections législatives. Le journal se basait sur les sondages sortie des urnes, qui donnaient l’Alliance pour l’intégration européenne (AIE, au pouvoir) gagnante. Or, précise-t-il dans son édition en ligne, alors que la quasi-totalité des bulletins ont été dépouillés, l’AIE a obtenu 57 députés sur 101, alors que le Parti communiste en a obtenu 44. Aucun n’a donc obtenu les 61 députés nécessaires pour pouvoir élire le président de la République et sortir ainsi le pays du climat d’instabilité dans lequel il est plongé depuis plus d’un an. Deux solutions se dessinent à présent, selon Timpul : « La trahison » du Parti libéral démocrate, dont les 31 députés pourraient quitter l’AIE pour rejoindre les communistes et former une majorité, ou « les élections anticipées ».

http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief-cover/408021-encore-une-election-pour-rien

Moldavie : les communistes prônent un « gouvernement de confiance populaire »

Le Parti communiste, en tête des élections législatives anticipées en Moldavie selon les données préliminaires, appelle à créer un gouvernement de confiance populaire, a déclaré lundi le leader du parti et ancien président moldave Vladimir Voronin.

« Nous sommes prêts à dialoguer afin de rassembler toutes les forces politiques qui sont en mesure de surmonter la crise », a annoncé M. Voronin aux journalistes.

Le Parti communiste aspire à la résolution des problèmes les plus urgents et la réalisation des principes fondamentaux de la république : l’indépendance, la justice sociale et un niveau élevé de la coopération stratégique avec la Russie.

Les élections législatives anticipées se sont tenues en Moldavie le 28 novembre. Selon les données préliminaires, le Parti communiste recueille 40,51% des voix. Il est suivi par le Parti libéral-démocrate avec 28,66%, le Parti démocrate avec 12,90% des suffrages et le Parti libéral avec 9,33%.

Source : http://fr.rian.ru/ex_urss/20101129/187990667.html

La Moldavie s’enfonce dans la crise politique, et alors ?

En Moldavie, après dépouillement de plus de 95% des bulletins de vote, le Parti des communistes (PCRM) arrive largement en tête du scrutin législatif de dimanche avec 40,5% des voix. Suivent le Parti libéral démocrate (PLDM, 28,7%), le Parti démocrate (PDM, 12,9%) et le Parti libéral (PL, 9,3%), seuls à franchir le seuil requis de 4% pour entrer au Parlement. Les communistes ne décrocheraient pourtant que 44 sièges contre 57 aux partis formant actuellement l’Alliance pour l’intégration européenne (AIE) qui ne disposent pas d’une majorité suffisante pour élire à eux seuls un président pour le pays. Conclusion : la Moldavie s’enfonce un peu plus dans la crise politique après les quatre scrutins infructueux qui avaient déjà été organisés en moins de 18 mois.
L’AIE résistera-t-elle à ce nouveau revers ? Les communistes parviendront-ils à débaucher les élus du Parti démocrate qui se sont déclarés « ouverts » à toute alliance ? L’annonce des résultats définitifs – qui seront probablement connus mardi – ouvrira la voie à d’intenses tractations.

La bonne surprise est venue dimanche de la participation relativement forte, autour de 60%, qui fait oublier l’échec du référendum constitutionnel de septembre dernier où une très forte abstention, frôlant les 70%, avait invalidé le scrutin. Las des élections à répétition, les Moldaves ont donc montré qu’ils savaient malgré tout se mobiliser et qu’ils aspiraient à une sortie de crise rapide. Plus de 65.000 d’entre eux ont notamment voté à l’étranger alors qu’un nombre record de bureaux de vote, 75, avait été ouverts pour l’occasion.

Désintérêt médiatique

Sur le plan médiatique, ces législatives moldaves n’ont pas fait le poids face aux autres rendez-vous électoraux organisés le même jour en Egypte, en Côte d’Ivoire, en Haîti ou encore en Suisse. Quelques dépêches des agences France Presse et Reuters, trois correspondants français sur place, un minimum médiatique. Pourtant, le pays le plus pauvre d’Europe mérite intérêt.
Tout d’abord, dans une pure logique de proximité géographique et culturelle, la Moldavie est latine, membre à part entière de la Francophonie et future candidate à l’intégration à l’Union européenne (UE) dont elle un voisin direct.
Ensuite parce qu’elle abrite, à deux heures de la frontière de l’UE, une région séparatiste – la Transnistrie - qui constitue une impressionnante zone de non droit où ont cours tout un tas de trafics d’êtres humains, d’armes, de cigarettes ou d’uranium. Un problème auquel l’Allemagne a décidé de s’attaquer sérieusement depuis cette année en soutenant la relance du procesus des négociations mais dont on entend peu parler en France.

Tiraillée entre l’UE et la Russie dont elle dépend cruellement sur les plans énergétique et économique, l’ancienne république soviétique et cave à vins de l’URSS apparait également comme un laboratoire incontournable pour comprendre les relations Est-Ouest aujourd’hui.

Autre enjeu majeur de ce petit pays de 4,3 millions d’habitants : l’émigration massive vers l’Union européenne, l’Italie et l’Espagne en tête, la France et l’Allemagne dans une moindre mesure. Alors qu’un tiers du PIB du pays provient déjà des tranferts d’argent des Moldaves de l’étranger, la tendance pourrait s’accélérer ces prochaines années. La Commission européenne élabore actuellement une feuille de route qui permettra très prochainement aux Moldaves de circuler sans visas au sein de l’UE. Une petite révolution pour ceux qui devaient jusqu »ici venir à bout d’un pesant parcours du combattant en vue d’obtenir un visa. Parallèlement, des dizaines de milliers de Moldaves ont récemment obtenu la citoyenneté roumaine – et donc européenne - grâce à une loi roumaine permettant à ceux dont les grands-parents étaient roumains avant l’annexion de leur région à l’Union soviétique de « redevenir » roumains. Environ 800.000 dossiers sont actuellemnt en cours de traitement et le président roumain Traian Basescu promet d’accélérer le processus d’ici la fin de l’année.

En tant que lecteurs de presse, ces problématiques vous semblent-elles toujours aussi lointaines ?

Source : http://roumanophilie.wordpress.com/2010/11/29/la-moldavie-senfonce-un-peu-plus-dans-la-crise-politique/

Moldavie : Victoire des partis de la coalition pro-européenne

Si ces chiffres se confirment, les trois partis de la coalition pro-occidentale obtiendraient les 61 sièges nécessaires, sur un total de 101 au Parlement, pour élire le président de la République et ainsi sortir de la crise politique qui mine le pays depuis un an et demi.

Les partis de la coalition pro-européenne en Moldavie ont remporté dimanche la majorité absolue aux élections législatives dans le pays le plus pauvre d’Europe, devançant largement les communistes dans l’opposition, selon deux sondages sortie des urnes.

Le Parti libéral-démocrate du Premier ministre Vlad Filat, le Parti démocrate et le Parti libéral du président du Parlement Mihaï Ghimpu recueilleraient 65,1% des voix, selon un sondage sortie des urnes réalisé par l’Institut roumain d’analyse et de stratégie.

Le Parti communiste, qui milite pour un renforcement des liens avec Moscou, recueillerait 26% des voix.
Si ces chiffres se confirment, les trois partis de la coalition pro-occidentale obtiendraient les 61 sièges nécessaires, sur un total de 101 au Parlement, pour élire le président de la République et ainsi sortir de la crise politique qui mine le pays depuis un an et demi.

Selon un deuxième sondage sortie des urnes réalisé par le Centre de recherche sociologique et de marketing CDS-AXA, les trois partis de la coalition obtiendraient 56,2% et les communistes 33,8%.

Le Parti libéral-démocrate réalise une nette percée avec 32,2 à 34,4% des voix, contre 16,57% au précédent scrutin de juillet 2009, tandis que le Parti communiste s’effondre après avoir recueilli 44,69% des suffrages il y a un an et demi.

Aucun des autres parti — notamment l’Alliance Notre Moldavie, qui était la quatrième formation de la coalition actuellement au pouvoir — n’a franchi le seuil des 4% pour entrer au Parlement, selon les deux sondages. Le Parlement actuel a été dissous car la coalition qui a remporté le scrutin de l’été 2009 ne disposait pas des 61 députés nécessaires sur un total de 101 pour élire le président du pays.

Avant elle, les communistes n’avaient pas non plus réussi à réunir cette majorité à l’issue des législatives d’avril 2009. Des émeutes avaient alors éclaté, sur fond de soupçons de fraudes électorales orchestrées par les communistes, au pouvoir entre 2001 et 2009.

La coalition pro-européenne a tenté de sortir la Moldavie de cette impasse en organisant début septembre un référendum pour la tenue d’une présidentielle au suffrage universel direct. Mais la participation a été trop faible et le scrutin a dû être annulé.

Source : http://www.lalibre.be/actu/international/article/626232/moldavie-victoire-des-partis-de-la-coalition-pro-europeenne.html

Moldavie : les communistes en tête des législatives

Le Parti communiste est en tête des élections législatives anticipées qui se sont tenues en Moldavie le 28 novembre avec 41,2% des voix, annonce la Commission électorale centrale du pays suite au dépouillement de 91,1% des bulletins.

« Après le dépouillement de 91,1% des bulletins, le Parti communiste recueille 41,2% des voix. Il est suivi par le Parti libéral-démocrate avec 28%, le Parti démocrate avec 13,2% des suffrages et le Parti libéral avec 8,8% », a précisé la Commission électorale.

Les résultats préliminaires seront annoncés à 11h00 (09h00 GMT).

20 partis politiques et 19 candidats indépendants ont brigué les 101 sièges du parlement moldaves.

Les résultats du scrutin législatif du 5 avril 2009 avaient été contestés par l’opposition qui a organisé des manifestations de protestation qui ont tourné à l’émeute dans la capitale, Chisinau. La Moldavie était privée de président depuis le printemps 2009 sur fond de crise politique.

Source : http://fr.rian.ru/ex_urss/20101129/187986698.html