Les Moldaves d’Ouzbékistan : une histoire inconnue

0 vote

On sait qu’au Kazakhstan, pays de l’Asie Centrale, il y a une forte communauté de Moldaves déplacés suite à six étapes de déportations. Vers la fin de la période soviétique, dans cette république de l’URSS il y avait environ 33 mille Moldaves. Fait moins connu – en Ouzbékistan, voisin du Kazakhstan, il y avait presque 6 mille Moldaves quand l’URSS s’est écroulée.

Brève présentation de l’Ouzbékistan

L’Ouzbékistan est un pays de l’Asie Centrale qui s’étend sur presque 500 mille kilomètres carrés et a plus de 30 millions d’habitants (42-ième place dans le monde selon le nombre des habitants). La capitale Tachkent a 2.339.600 habitants. D’autres villes importantes du pays : Namangan (1.565.200 habitants.), Andijan (1.448.300 habitants), Samarkand (1.309.300 habitants.), Ferghana (1.419.400 habitants.).

Etant dominé par les Arabes depuis le VII-ième siècle, l’Ouzbékistan a été un des bastions de l’islam avant d’être incorporé, en 1924, dans l’Union Soviétique. L’Ouzbékistan a proclamé son indépendance le 31 août 1991.

C’est un des plus importants producteurs de coton du monde et le deuxième plus gros exportateur mondial de ce produit.

Les origines et l’évolution de la présence des Roumains/Moldaves en Ouzbékistan

Les Roumains et les Moldaves sont considérés en Ouzbékistan, ainsi qu’au Kazakhstan, comme deux groupes ethniques distincts. Selon les statistiques ouzbeks, 173 Moldaves habitaient ce pays en 1926, en 1979 - 3 152, en 1989 - 5 955 et en 2000 - 4 404. En même temps, en 1926, il y avait 116 Roumains, en 1979 - 138 et en 1989 – 158.

Les premiers originaires de Bessarabie se sont installés en Turkestan (dont l’Ouzbékistan faisait partie) vers la fin du XIX siècle. C’étaient surtout des militaires, mais aussi des ouvriers, des agriculteurs et des artisans. D’autre part, les statistiques attestent des fonctionnaires de souche de Bessarabie dans l’administration coloniale de la région.

A Tachkent, il y avait des originaires de Bessarabie depuis les années 1870. Ils ont colonisé la Vallée de Ferghana, pratiquant l’agriculture et la production des fruits secs. Dans la région d’Andijan, par exemple, il y avait un village de 216 habitants s’appelant Moldavskoe (Moldave). En 1917, dans la région de Samarkand, habitaient 16 Moldaves.

La diaspora moldave d’Ouzbékistan s’est considérablement accrue pendant la Seconde Guerre Mondiale, quand beaucoup de Moldaves ont été évacués dans ces parages-là, après quoi plusieurs d’entre eux ont préféré y rester pour toujours.

En 1966, après le dévastateur tremblement de terre qui a détruit la ville de Tachkent, la Moldavie a accordé une aide substantielle à la reconstruction de la ville. Des Moldaves y ont construit tout un quartier résidentiel et un jardin d’enfants. Pendant les années1960-1970, des Moldaves sont venus en Ouzbékistan pour prendre part aux travaux de défrichement, à la construction du Canal de Tachkent ou travailler dans les mines de Zarafshon, où certains d’entre eux continuent à travailler de nos jours encore.

Un des premiers recteurs de l’Université de Tachkent a été le professeur N. Dimo, originaire de Moldavie, tandis que le Conseil national des syndicats d’Ouzbékistan a été dirigé lors de la période 1969-1976 par L. Șabșai, originaire du village moldave de Coșnița.

D’autres représentants notables de la communauté moldave d’Ouzbékistan sont Ivan Grinko, décoré de l’Ordre Héros de l’Union Soviétique pendant la Seconde Guerre Mondiale ; l’historien Petru Frai ; la biologiste Cristina Toderici (Hujanazarova) qui habite à Samarkand, etc.

Toutefois, la présence moldave la plus remarquable dans ce pays d’Asie est dans le domaine religieux. L’évêque d’origine moldave Vladimir (Ichim), devenu en 1991 archi-évêque, a dirigé l’Eparchie de Tachkent et d’Asie Centrale du 20 juillet 1990 au 27 juillet 2011. Après sa retraite, Vichentie (Victor Moraru), né dans le village moldave de Sculeni, est devenu métropolite d’Asie Centrale. Vichentie, dit-on, a quitté la Moldavie en 1995 à cause de sa rivalité avec le métropolite de la Moldavie, Vladimir. Après plusieurs pèlerinages à travers la Russie, il a été désigné en tant que premier Métropolite d’Asie Centrale par le Patriarche de Moscou et de toute la Russie, Kirill. Vichentie fait partie du Saint Synode de l’Eglise Orthodoxe Russe.

En même temps, selon des sources ouzbeks, au début du XX siècle, en Ouzbékistan il y avait des musiciens et des artisans roumains dont le nombre s’est accru pendant la Première Guerre Mondiale, quand beaucoup de prisonniers y furent amenés. Ceux-là, ont constitué un orchestre de musique populaire dirigé par Grigorie Marinescu qui a plus tard fondé une école de violonistes.

Suite aux transformations survenues dans l’Empire Ruse en 1917, les militaires roumains se sont réunis au sein d’une organisation nationale des militaires roumains constituée de 24 officiers et de plus de 100 soldats de Transylvanie. Peu après, en 1918, a été fondée l’Union des Apatrides, réunissant 395 Roumains. Certains d’entre eux sont rentrés dans la patrie, mais d’autres sont restés lutter sur les fronts de la guerre de Turkestan.

D’après un article d’Octavian Țâcu cu publié sur http://www.timpul.md/articol/romanii-moldovenii-din-uzbekistan-o-istorie-necunoscuta-112560.html

Le 18 juillet 2017