Le 28 juin 1940 -une date controversée

La date du 28 juin 1940 quand la Roumanie a cédé à l’URSS la Bessarabie et la Bucovine du Nord est aujourd’hui qualifiée par de nombreux historiens de début de l’occupation soviétique et du processus de génocide de la population indigène.

Le 26 juin 1940, l’Union Soviétique a adressé à la Roumanie un ultimatum pour demander la rétrocession de la Bessarabie et une partie de la Bucovine du Nord. L’ultimatum avait à sa base le pacte conclu le 23 août 1939 par le ministre soviétique des affaires étrangères, Veaceslav Molotov, et son homologue allemand, Joachim van Ribbentrop. Ce document contenait un protocole additionnel secret dans lequel l’URSS et l’Allemagne partageaient les sphères d’influence dans l’Europe de l’Est.

Le 28 juin, le gouvernement roumain a accepté les conditions imposées par les soviétiques qui ont fixé pour le 3 juillet le terme du retrait des troupes roumaines de Bessarabie. Au cas de dérogation, la Roumanie était menacée de la guerre. Ainsi, pour éviter le feu d’armes, le gouvernement roumain a cédé une partie de son territoire national.

Le 29 juin 1940, les chars soviétiques sont entrés dans les territoires cédés. Une partie de ces territoires a été incorporé dans l’Ukraine, sur l’autre partie a été formée la République Soviétique Socialiste Moldave. Après l’occupation, des milliers de Roumains, aux côtés des représentants d’autres nationalités, ont été arrêtés, torturés, déportés en Sibérie, soumis à la famine provoquée.

Selon les recensements officiels, entre les années 1940-1950, la population roumaine de Bessarabie s’est réduite d’un tiers.

Le 28 juin 2010, le président par intérim Mihai Ghimpu a décrété le jour du 28 juin 1940 « journée de l’occupation soviétique ».

D’autre part, certains continuent à concevoir cette journée comme le jour de la libération de la Bessarabie par l’amée soviétique…