Ina Brisset, auteur de Transnistrie. Le poids des empires. Août 2010.

0 vote

Vous venez de publier un livre sur la Transnistrie. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

La Transnistrie, en tant qu’entité territoriale « officieusement » autonome, représente une problématique géopolitique qui semble faite pour durer sans savoir si un jour une solution acceptable pour chaque protagoniste (Moldavie, Transnistrie, etc…) sera trouvée. En attendant, ce territoire ne fait que peu la « Une » des actualités hormis quelques reportages spécialisés sans oublier la guerre d’indépendance à une époque bien sûr. C’est justement la conjonction entre un problème complexe et méconnu du grand public qui m’a donné envie de m’intéresser au sujet. Outre le fait, qu’en plus, cela rentrait dans le cadre d’études universitaires en UFR de russe.

En quoi la Transnistrie constitue-t-elle un « confetti d’empire » ?

On peut comprendre l’image du « confetti » dans le sens que c’est un très petit territoire coincé entre la Moldavie et l’Ukraine, conserve-t-il pour autant l’héritage d’un Empire ? L’image qui a été donnée, ou que la Transnistrie s’est elle-même dotée lors de son autonomie, fut celle d’une survivance de l’URSS. En fait, c’est beaucoup plus complexe car cette image était en grande partie basée sur la russification de cette région et sa volonté de rester fidèle à Moscou en opposition à l’indépendance moldave au début des années quatre-vingt-dix. Le grand paradoxe vient du fait que l’éclatement de l’URSS vient aussi en grande partie de Moscou justement. Si « confetti d’Empire » il y a aujourd’hui c’est la Transnistrie elle-même par son pouvoir politique en interne mais cela doit faire l’objet d’une autre étude sur le « présent » par des journalistes politiques. En fait, on ne peut pas parler d’« Empire » au sens géographique par rapport à un Etat tel que la Transnistrie mais peut-être pourrions-nous parler d’« Empire politique » pour ceux qui la dirigent.

En quoi un fascicule d’orientation historique vous a-t-il semblé plus important à vos yeux qu’un livre d’actualité ?

Les deux sont importants, pas un plus que l’autre. La seule chose, c’est qu’il m’a semblé avec l’ouverture européenne à l’Est qu’on risquait de parler de plus en plus de la Transnistrie dans les années à venir. Que l’actualité n’allait pas tarder à se focaliser dessus. Or, il me semble qu’il est réellement impossible de comprendre l’autonomie de cette région si on n’en connaît pas l’histoire. Surtout une histoire complexe qu’il faut « décortiquer » !

Jamais je n’ai apporté un sentiment personnel sur le sujet mais mon travail a été d’essayer de comprendre « pourquoi » cette séparation avec la Moldavie ? Pour cela, il a fallu que je remonte aux sources des tensions géographiques pour les accés à la Mer Noire entre la Russie tsariste et l’Empire ottoman, puis avec l’URSS sans oublier évidemment la Roumanie. Sans parler qu’à la base la Transnistrie est sur le territoire ukrainien… Le titre de mon livre parle de tensions entre les Empires (Transnistrie - Le poids des Empires) et cette zone géographique de Moldavie / Transnistrie en est l’épicentre. Comprendre la problématique initiale permet alors de mieux appréhender le présent.

Vous pouvez accéder à l’ouvrage à l’adresse : http://www.thebookedition.com/transnistrie---le-poids-des-empires-de-ina-brisset-p-66027.html