Aron, le Tyran

Le long de son histoire, la Moldavie a connu plusieurs gouverneurs dignes, aimés et vénérés par le peuple. Mais le pays a aussi eu la malchance d’être régné par des princes despotiques. Un d’entre eux fut Aron Voda, surnommé le Tyran.

Aron Voda a été un des fils du fameux voïvode moldave Alexandru Lapuşneanu. Afin d’accéder au trône, il s’est sérieusement endetté. Dans sa lutte pour le pouvoir, il a joui du soutien de plusieurs diplomates étrangers, parmi lesquels le patriarche du Constantinople Ierimia, une des plus influentes personne à la Cour.

Conformément aux Chroniques de Ion Neculce, la mère d’Aron le Tyran était la sœur du moine Nicanor, qui en 1582 est devenu métropolite de la Moldavie.

Débordant d’énergie, dans sa jeunesse, Aron a eu une liaison avec une religieuse, mais il a été surpris par Nicanor même, son oncle, qui fut fort mécontent des actions de son neveu. Craignant le châtiment, Aron se met à voyager dans les pays voisins. Au début, le fils errant de Alexandru Lapusneanu s’établit à Lvov, puis il se retire à Prague, mais il retrouve enfin refuge après de la Porte ottomane.

Lorsqu’il voyageait à travers la Transylvanie, il a noué des liens d’amitié avec le prince Sigismund Bathory. Le 22 septembre 1591, Aron est reçu en audience par le sultan turc et il est autorisé à embrasser sa cape, signe de sa reconnaissance en tant que prince régnant de la Moldavie.

Naturellement, une fois accédé au pouvoir, il dut rembourser ses dettes fabuleuses aux créanciers qui, d’une certaine façon, l’avaient soutenu dans sa voie vers le trône. Il ne pouvait le faire qu’en opprimant « le peuple de ce pays pauvre et malheureux », comme le disaient les chroniqueurs.

Aron fit instituer de nouvelles taxes, extrêmement lourdes à supporter. En plus, le nouveau prince régnant a donné feu vert aux abus des collecteurs de taxes – toute une armée d’agents fiscaux, secondés par des fonctionnaires turcs, se sont dispersés à travers tout le pays. Des milliers de personnes incapables de payer ces taxes exagérées étaient exécutées. La mort et la misère régnaient dans le pays.

Après le règne paisible de Petru Şchiopul, connu comme très équilibré et calme, qui, pour la première fois dans l’histoire, a refusé de majorer les taxes et s’est retiré du pouvoir, le règne de Aron Voda était considéré comme odieux. Ce n’est pas en vain que le peuple l’a surnommé le Tyran.

Selon les chroniqueurs, les méfaits de ce prince impitoyable ont causé des révoltes sociales partout dans le pays. Le 28 mai 1592, s’est déclenchée la révolte des paysans de Orhei et de Soroca qui étaient dirigés par Ionaşcu Bogdan Voda. D’autre part, les boyards, eux-aussi, ont envoyé une mission au sultan pour demander la révocation du tyran.

Ne souhaitant pas avoir affaire à d’autres révoltes sociales, le sultan a satisfait cette demande. Aron le Tyran, étant au courant de la décision du sultan, afin de prévenir une grande révolte populaire lors de laquelle il aurait été sans doute tué, décide en secret de se diriger vers la cour du sultan. Mais les créanciers influents d’Aron le Tyran y interviennent et réussissent à le ramener au pouvoir, car ils voulaient se faire récupérer l’argent. Défiant les revendications des boyards et du peuple, le sultan accepte de redonner le trône à Aron et le fait rentrer en Moldavie accompagné d’une armée turque.

Ainsi Aron le Tyran revient en Moldavie où, entre temps, avait été trôné un autre fils de Alexandru Lapusneanu - Petru Cazacul, qui était rentré de Pologne. Petru Cazacul fut pendu et une centaine de soldats qui avaient essayé de le défendre furent massacrés.

monastère construit par Aron Voda Ayant regagné le trône, Aron se fait entourer par des parents auxquels il distribue les fonctions les plus importantes, ainsi que de vastes propriétés foncières. Afin d’expier ses péchés, Aron fit construire un monastère. Il est le fondateur du monastère Aron de Yassy. En plus, il s’occupait de l’entretien de quelques autres saintes demeures.

Pendant son second règne, Aron Voda réoriente sa politique étrangère. Il s’implique dans des luttes anti-ottomanes, il conclut des alliances secrètes. En 1594, a eu lieu le fameux massacre des créanciers et des soldats turcs qui se trouvaient à Yassy et à Bucarest. Ce fait fut un signal pour la campagne anti-ottomane menée par Mihai Viteazul. Aron Voda et ses effectifs militaires ont joint les troupes de Mihai Viteazul, mais il fut détrôné par son meilleur ami Sigismund Bathory dont la souveraineté sur la Moldavie il avait reconnue.

Dans les luttes atroces qui se sont succédées, plusieurs proches de Aron ont trouvé leur mort. Aron et sa famille furent enfermés dans la forteresse de Vinţu et il fut empoisonné en 1597.

Aron Voda fut enterré à Alba Iulia. Son épouse, Stanca, rentra en Moldavie où elle obtint une confirmation sur la construction du monastère de Yassy, puis elle rentra en Transylvanie pour attendre son fils Marcu Voda qui avait fait une tentative échouée d’accéder au trône.