La capitale moldave rend hommage à la musique classique

0 vote

Article de Marion Roussey

Mardi, 13 septembre. Chisinau. Il est à peine 18 heures et déjà la foule se presse devant le Théâtre national d’opéra et du ballet. Petits et grands, ils viennent tous assister à la 19e édition du festival international « Invita Maria Biesu » (« Maria Biesu vous invite ») se déroulant du 9 au 16 septembre dans la capitale. Organisé chaque année par le Théâtre, ce festival est l’occasion pour lui de faire connaitre ses œuvres et d’élargir son répertoire, en invitant à se produire au cours de la semaine des troupes issues du monde entier.

Ce soir c’est Don Quichote, ballet en trois actes adapté du célèbre roman de Michel de Cervantes. Les portes s’ouvrent, les spectateurs sont invités à prendre place dans la salle.
Ils ont tous revêtu leurs plus beaux habits, sésame inconditionnel permettant l’accès au spectacle. Après avoir arpenté les marches de marbre, chacun prend connaissance de son numéro de place. Lumière tamisée, ambiance feutrée, les éventails s’agitent. Le rideau se lève et le public assiste au spectacle, au rythme des bravos, des applaudissements et des éternels retardataires. L’opéra moldave ne présente donc pas de grande différence avec la France. L’art possède un aspect international, accessible à tous et par delà les barrières de la langue.

La représentation finie, la salle se vide. Certains reviendront les soirs suivants. Ils ont acheté leurs billets à l’avance, ce qui leur a permis d’obtenir des prix très raisonnables (de 50 à 100 Lei par spectacle). En achetant le soir même, il faut compter 150 Lei environ. Boris Focsa, ministre de la culture et invité d’honneur de cette édition, encourage cette initiative artistique. Ceux qui veulent la découvrir sont attendus à Chisinau l’année prochaine.