Je suis né la même année que la République de Moldavie. Moi, je suis devenu journaliste, elle – une garce

0 vote

En 1991, quand les officiels de Chișinău s’évertuaient à obtenir la souveraineté de la République de Moldavie, moi, j’étais encore dans le ventre de ma mère.

Article de Dorin Galben

Je suis un mois plus âgé que cet état « indépendant ». Nous avons pratiquement le même âge. Nous avons fait les premiers pas concomitamment. Nous avons découvert le monde au même temps. Les premiers mots prononcés, les premières espiègleries, l’école maternelle, puis celle primaire - tout cela, on le faisait en même temps, mais à un moment donné, quelque chose s’est brisé.

J’ai passé en cinquième, mais la Moldavie a dû redoubler la classe. Quand j’avais fini mes études secondaires, elle était toujours à l’école primaire. Je suis allé à l’université, espérant qu’elle allait récupérer les années perdues, mais rien n’a changé.

En avril 2009, avec d’autres collègues, on est sortis dans la rue pour l’aider à se libérer du fardeau communiste qu’elle portait depuis 2001. Elle semblait s’être ranimée, avoir retrouvé le plaisir de vivre, mais le bonheur a duré très peu. Elle a noué des relations avec des pseudo-proeuropéens et elle s’est totalement dévergondée. Ils l’ont dépossédée d’argent sans aucune pitié et en 2014 ils l’ont laissée au bord de la rue, son porte-monnaie vide, dans un état pire encore qu’ils ne l’ont trouvée en 2009.

Entre temps, j’ai fini l’université et je suis devenu journaliste. Dans quelques jours, le 27 août, elle va avoir 26 ans, mais elle a un comportement d’adolescente rebelle qui fornique à la fois avec l’Est et l’Ouest. Deux hommes plus âgés lui font la cour – l’un a de l’argent, est bien instruit, la respecte et veut l’avoir à ses côtés, l’autre a aussi de l’argent, mais il n’est pas instruit et l’utilise dans ses propres intérêts et ses projets personnels, la menaçant chaque fois quand elle lui dit qu’elle veut le quitter. Le premier homme lui offre plein de cadeaux et de compliments, tandis que l’autre s’amuse avec elle et ne dépense un sou pour satisfaire ses besoins.

26 ans suffisent pour qu’une personne choisisse la voie qu’elle souhaite suivre, mais il semble que c’est trop court pour un Etat.

C’est triste de voir ton amie d’enfance succomber à un si jeune âge.

Bon anniversaire, chère Moldavie ! Je te souhaite plus de sagesse !

Article repris sur http://www.timpul.md/articol/m-am-nascut-odata-cu-republica-moldova--eu-am-ajuns-ziarist-dar-ea-curva-115793.html

Le 25 août 2017