Etat de choses post-électoral – l’Alliance pour l’Intégration Européenne se mobilise pour assurer la victoire de Dorin Chirtoaca

Les élections locales du 5 juin 2011 n’ont pas donné de surprises en termes de résultats finaux– comme pronostiqué par les analystes politiques, ainsi que par les partis politiques mêmes, la capitale moldave n’aura pas de maire avant un deuxième tour du scrutin. La grande bataille sera menée, en fait – comme dans le premier tour, entre le libéral Dorin Chirtoaca et le communiste Igor Dodon, ou, plus largement, entre l’Alliance pour l’Intégration Européenne et les communistes. Rappelons qu’après le premier tour des élections municipales Igor Dodon a obtenu 48,07% des voix et Dorin Chirtoaca - 46,51%.

Si on examine le tableau politique des scores électoraux, on constate que, malgré les deux ans de gouvernance de l’AIE, les électeurs ont une nouvelle fois massivement voté pour le Parti des Communistes : les plus importantes villes de la Moldavie - Chisinau, Balti, Cahul, Soroca - seront gouvernées par des conseils municipaux communistes. La ville de Balti a élu dès le premier tour des élections un maire communiste, tandis que dans les autres villes susdites un candidat communiste a accédé au deuxième tour du scrutin.

Les candidats des communistes dans les conseils locaux/municipaux/de district ont eux-aussi obtenu de bons scores. Mais, d’autre part, à l’exception de 6 districts où les communistes ont la majorité, dans la plupart de districts les partis de l’AIE peuvent les contrebalancer avec des coalitions formées au niveau local.

Le tableau du vote politique exprimé au niveau national a la configuration suivante :

Mairies :

Parti des Communistes – 30.75% du total des voix valides ;

Parti Libéral-Démocrate – 19.92% du total des voix valides ;

Parti Libéral – 19.87% du total des voix valides ;

Parti Démocrate – 16.37% du total des voix valides.

Conseil municipal Chişinău :

Parti des Communistes - 46,11 % du total des voix valides ;

Parti Libéral – 31,82% du total des voix valides ;

Parti Libéral-Démocrate – 13,99% du total des voix valides ;

Parti Démocrate – 3,13% du total des voix valides.

Conseils locaux :

Parti des Communistes – 29.53% du total des voix valides ;

Parti Libéral-Démocrate – 25,28% du total des voix valides ;

Parti Démocrate – 18.82% du total des voix valides ;

Parti Libéral – 11,86% du total des voix valides.

Conseils de districts :

Parti des Communistes – 36.9% du total des voix valides ;

Parti Libéral-Démocrate – 22.55% du total des voix valides ;

Parti Libéral – 16.25% du total des voix valides ;

Parti Démocrate – 15.37% du total des voix valides.

Dans 253 communes un deuxième tour du scrutin aura lieu le 19 juin 2011.

Le score important obtenu par les communistes pourrait être interprété comme un blâme à la politique promue par AIE. Or, il faut tenir compte que les attentes des citoyens ont augmenté après les changements intervenus suite aux événements du 7 avril 2009 et, sans oublier la crise économique et financière mondiale, il y a des perceptions que les réformes stagnent, tandis que le niveau de vie baisse. En plus, le score obtenu par les communistes a aussi été favorisé par les interminables disputes, surtout publiques, au sein de l’Alliance.

Autre chose – l’Alliance n’a pas exprimé un message cohérent devant les électeurs, par contre, les leaders des partis membres de AIE ont parfois fait des déclarations contradictoires.

Mais, à quelque chose malheur est bon – le score considérable obtenu par les communistes aux récentes élections locales semble inciter les partis de l’Alliance à se solidariser. D’autant plus que ce score assez élevé des communistes à Chisinau et sur l’ensemble du pays dénote la prédisposition des électeurs en cas d’élections législatives anticipées.

En ce qui concerne Chisinau où le nouveau Conseil municipal devrait être dominé par les communistes, la situation reste incertaine – le maire sortant Dorin Chirtoaca demande le recomptage des voix, invoquant des fraudes commises pendant le comptage antérieur. A part cela, il insiste qu’on donne libre cours à la proposition de la CEC d’enlever les rideaux à l’entrée dans les isoloirs afin d’éviter des irrégularités commises pendant le premier tour du scrutin – Dorin Chirtoaca affirme détenir des preuves que des électeurs qui votaient pour les communistes prenaient de photos du bulletin de vote confirmant ce fait pour être ensuite récompensés par les bénéficiaires de leur voix.

L’Alliance se montre toute solidaire avec Dorin Chirtoaca – les assurances de soutien ne cessent pas d’être exprimées par les leaders du Parti Libéral-Démocrate et du Parti Démocrate. Le 9 juin, les trois leaders de l’Alliance ont donné une conférence de presse commune censée mobiliser son électorat. « Le résultat des élections du 19 juin sera déterminant pour l’évolution de la situation politique, économique et sociale dans le pays. J’appelle nos électeurs à faire preuve de responsabilité civique, à participer aux élections et à soutenir le candidat Dorin Chirtoaca », a dit le président par intérim, Marian Lupu, président du Parti Démocrate.

Pour finir, voici quelques « curiosités » liées aux élections locales :

1. Dans quatre communes, en banlieue de la capitale, les candidats ont obtenu 50% des suffrages – une seule voix leur a manqué pour être élus : le Code Electoral stipule que gagnant des élections est le candidat qui a un score de 50 % +1 voix, au minimum.

2. Dans quatre autres communes du pays, trois candidats à la fonction de maire et un candidat à la fonction de conseiller local ont obtenu 100% des voix ! Le secret est simple – ces candidats figuraient tout seuls dans le bulletin de vote, car ils n’ont pas eu de concurrents.

3. Dans un village moldave, trois candidats à la fonction de maire avaient des noms et des prénoms identiques – Ion Bodrug. Tous les trois, ils contestent les résultats des élections, considérant que leurs votes ont été calculés en faveur des autres candidats.