Un petit coin de paradis en Moldavie

0 vote

Le problème de la préservation des espaces naturelles dans l’Europe est très actuel. La santé de l’homme dépend de la santé de la nature et, pareille à la nature, a besoin de la protection. La réserve « Plaiul Fagului » (« La contrée du hêtre ») constitue une tentative de protéger une petite partie du monde naturel.

La Réserve naturelle d’état « Plaiul Fagului » est située dans le nord-ouest du Plateau Central de Moldavie, à 70 km de Chişinău, la capitale moldave. Les premières idées de créer des espaces protégés ont été lancées dans nos parages en 1904 par la « Société des expérimentateurs et des amateurs de la nature de Bessarabie ». En 1937, 8 secteurs de forêt du plateau central de « Codrii » ont étés déclarés monuments de la nature. Peu après la guerre, l’idée de protéger la nature a été remise en question par la « Commission pour la protection de la nature ». Ainsi, après la création de la première réserve sylvicole d’état « Codrii », en 1976, a été créée la réserve forestière « Pǎdurea Radeni », qui après l’an 1992 a été transformée dans la Réserve naturelle d’état « Plaiul Fagului ».

La réserve s’étend sur une surface de 5558,7 km2, a un relief fragmenté, avec des intervalles d’altitude de 150 à 410 m. Ici prévalent les pentes à l’angle de 30 degrés. La végétation est composée surtout de plantes typiques pour les forêts de l’Europe Centrale, mais il y a aussi16% d’espèces rares. Le relief est constitué de glissades formées à cause de l’érosion du sol.

Dans la période communiste, la réserve « Padurea Radeni » était destinée à la chasse, étant surtout visitée par des personnes très importantes de l’administration communiste de l’URSS et non seulement. À 3 km de la station Bahmut, se trouvait la maison de repos du premier secrétaire du Parti Communiste de Moldavie, où venaient se reposer de grandes autorités moldaves et étrangères. On y venait pour discuter des problèmes et aussi pour chasser des cerfs, des chevrettes, des sangliers et des lièvres. Près de la maison, il y avait un lac où l’on pouvait pêcher.

Aujourd’hui, après la transformation de ce territoire dans une réserve d’état, le nombre de lacs a augmenté jusqu’à 5. Les lacs ont donné une nouvelle possibilité aux oiseaux d’exister et leur nombre augmente toujours, ainsi que le nombre des animaux d’eau.

L’administration de la réserve s’occupe maintenant de la reconstruction du site touristique qui nécessite une modernisation. Au sein de la réserve, il y a un hôtel où l’on peut se faire loger quand on y vient se reposer, pêcher ou tout simplement admirer la nature dans son état sauvage. La chasse aux appareils photo ou vidéo peut éveiller plus d’impressions que la chasse au fusil. Dans les lacs, on peut voir des cygnes, des cigognes et d’autres oiseaux. C’est un lieu idéal pour un naturaliste ou pour les amateurs de la nature.

La réserve est ouverte au public, mais le problème est que les Moldaves, eux-mêmes, ne la connaissent pas car la réserve n’a pas de moyens pour se faire de la publicité. J’invite tous les francophones à visiter ce coin de paradis qui s’appelle « Plaiul Fagului » ou au moins regarder les photos que j’y ai faites pendant mes visites ! Bon Courage !!!

Plus de photos

Article par Andrei Busmachiu, étudiant de la Filière Francophone Informatique, Université Technique de Moldavie

Dr. Andrei Busmachiu,

Institute of Zoology,

Academy of Science of Moldova,

Acadeniei str.,1,

2028 Chisinau, Moldova