Le „frère aîné” de la Tour Eiffel

1 vote

On le retrouve dans l’ouest de la Moldavie, à 105 kilomètres de la capitale. Les gardes-frontière de Moldavie et de Roumanie ont en permanence l’œil sur lui, car il a une importance stratégique.

Il s’agit d’une construction métallique réunissant les deux rives du Prut et aussi deux localités : la ville moldave de Ungheni et la commune homonyme de Roumanie. Ce pont d’acier est le « frère aîné » d’une des plus visitées attractions touristiques du monde – la Tour Eiffel. Il a été construit par le célèbre ingénieur français Gustave Eiffel qui a visité ces parages.

…Dans la deuxième moitié du XIX-ième siècle, un ingénieur russe avait construit dans cet endroit un pont ferroviaire servant à faire la connexion entre les deux rives du Prut. Mais la construction ne s’est pas avérée durable. A cause des inondations massives dans la vallée du Prut, ce pont a été détruit.

Alors, les autorités des voies ferrées ont sollicité à Gustave Eiffel, connu comme un remarquable constructeur de ponts ferroviaires, de créer un nouveau pont.

A l’âge de 44 ans, le talentueux ingénieur arrive en Bessarabie. Ayant fait les investigations géologiques requises, il fait le plan du pont, après il assiste aux travaux de construction proprement dits qui commencent au printemps de l’an 1876. Dès le début, la construction est surnommée « pont de Gustave Eiffel ».

Le 21 avril 1877, le pont a été officiellement ouvert. Trois jours après, la guerre russo-turque se déclenchait et le pont a servi au passage des soldats et de l’armement. Donc, ce pont a toujours joué un rôle stratégique : initialement, un rôle militaire, après – un rôle économique. Le long des années, le pont a fait face à de nombreuses inondations, ce qui confirme la solidité de la construction de Gustave Eiffel.

Enchanté par la qualité du pont de Ungheni, le maire de la ville roumaine de Yassy, Scarlat Pastia, invite en 1882 Gustave Eiffel à construire le Grand Hôtel Traian, immeuble qu’on peut admirer de nos jours encore.

Une décennie après la mise en exploitation du pont de Gustave Eiffel, les habitants de Ungheni ont appris qu’à Paris on construisait une tour gigantesque portant le même nom que leur pont. Or, il n’est point difficile de remarquer la similitude entre le pont de Ungheni et la célèbre tour qui est le symbole de Paris. Parfois, ce pont est surnommé « la Tour Eiffel couchée ».

Entre temps, la ville de Ungheni connaissait un développement épanouissant dû à ce pont qui réunissait la Bessarabie (qui faisait, à cette époque-là, partie de la Russie) à la Roumanie.

Pendant les deux guerres mondiales, malgré l’envergure des actions militaires menées dans cette zone, le pont de Ungheni n’a pas été atteint par les projectiles - les parties belligérantes réalisaient probablement son importance.

N’ayant pas perdu sa solidité et durabilité, le pont de Gustave Eiffel continue à assurer aujourd’hui encore la liaison ferroviaire entre la Moldavie et la Roumanie. C’est une construction géométrique parfaite, résistante.

Etant censé assurer la circulation ferroviaire, le 6 mai 1990, le pont de Ungheni s’est transformé dans un Pont de fleurs quand les Roumains des deux côtés du Prut s’y sont retrouvés.