Les monastères de Moldavie

0 vote

L’histoire ne fournit pas des dates exactes sur les origines du christianisme en Moldavie, cependant, on peut trouver des sources littéraires concluantes sur l’existence d’une vie chrétienne dans cette contrée. Dans ses écrits De administrando imperio, l’empereur byzantin Constantin Porphyrogénète (Xe siècle après J.-C.), en parlant des forteresses de la rive droite du Nistru, mentionnait des églises abandonnées et des croix taillées en pierre. Cette information est entièrement confirmée par l’existence de plus de quarante ensembles monastiques rupestres situés dans le bassin du Nistru. Les plus connus sont ceux de Horodiste, de Butuceni, de Socol, de Tipova, de Japca et de Saharna. Certains d’entre eux gardent même des vestiges antérieurs au christianisme.
Etant riche en monastères et en églises, la Bessarabie était surnommée au XIXe siècle la « Thébaïde du Sud ».

Capriana

Un des monastères les plus anciens qui existe de nos jours aussi, est le monastère de Capriana, mentionné pour la première fois, sous le nom de « clairière de Chiprian, donnée au conseiller Oana », dans un document signé par Alexandre le Bon en 1420. Il est impossible d’établir quelles constructions extistaient à Capriana au XVe siècle, mais il est certain qu’au XVIe siècle l’ancien édifice du temps de Oana fut démoli et on fit bâtir l’église de l’Assomption de la Vierge. Les données disponibles révèlent que cette église avait été construite avant le mois d’octobre 1545. En 1698, ce monastère devint un métoch du monastère Zografou du Mont Athos. Après l’occupation de la Bessarabie par la Russie tsariste en 1812, l’église fut reconstruite par le métropolite Gavriil Banulescu-Bodoni dont les os reposent près du mur de l’édifice.

Monastère de Capriana
Monastère de Capriana

Malgré les modifications sensibles subies à travers les siècles, cette église conserve certaines particularités structurales et typologiques spécifiques au XVIe siècle. L’ensemble architectural du monastère de Capriana comprend aussi les églises de Saint-Nicolas et de Saint-Georges, la résidence du supérieur, le réfectoire et le corps de cellules.

Varzaresti

Le monastère de Varzaresti semble être plus ancien même que celui de Capriana. Mentionné en 1420 encore dans une charte de donation, le monastère fut plus tard entièrement dévasté (par les Tatars, semble-t-il) et rénové en 1770. Au XIXe siècle on ajoute à l’église de Saint-Démètre, érigée en 1796, la tour du clocher (en 1835) et une seconde église (en 1863).

Rudi

Héritière des traditions de l’architecture médiévale moldave, l’église de la Sainte-Trinité du monastère de Rudi est un des plus significatifs édifices du nord de la Moldavie. L’ermitage et l’église datent de l’an 1777.
Le monastère de Hirbovat est sutié au bord du ruisseau Ichel. Il fut fondé en 1730 par le boyard Constantin Carpu, mais il y a des versions selon lesquelles il serait encore plus ancien. Brûlé trois fois par les Turcs et les Tatars, il garde toutefois des vestiges antérieurs au XIXe siècle.

L’actuelle église de l’Assomption de la Vierge qui fait partie de ce monastère fut bâtie vers 1816, au lieu d’une église en bois. Elle fut rénovée plusieurs fois durant les années 1828-1855. Ultérieurement, on y ajouta des cellules et des dépendances, l’église d’été sous le vocable de la Descente du Saint-Esprit (1870). Ce monastère doit sa célébrité à l’icône miraculeuse de la Vierge.

Saharna

Dans une très pittoresque vallée, aux environs du village de Saharna, se trouve l’ensemble monastique de la Sainte-Trinité de Saharna. Ce monastère fondé par l’ermite Vartolomeu en 1777 était placé sur trois terrasses successives. Initialement, le complexe monastique incluant l’église d’été et celle d’hiver, la résidence du supérieur, les cellules et le réfectoire fut construit en bois. Au début du XIXe siècle, il fut détruit et remplacé par des constructions en pierre suivant le même emplacement sur les terrasses. Toutes les constructions monastiques étaient entourées de jardins sur le territoire desquels il y avait 22 chutes d’eau qui intégraient harmonieusement l’ensemble monastique dans un paysage pittoresque.

Hirjauca

Un autre ensemble monastique du XVIIIe siècle est situé près du village de Hirjauca. Fondé en 1740, le monastère de Hirjauca était entouré de rochers abrupts, ayant une seule voie d’accès vers le nord. Détruit lors des invasions tatares, l’ensemble ne fut reconstruit qu’au XIXe siècle. En 1836, on fit construire les cellules des moines et l’église d’été de l’Ascension du Christ, achevée en 1848. Vers la fin du XIXe siècle, furent bâties des cellules et des chambres reliées à l’église par une galerie. L’ensemble architectural du monastère de Hirjauca représente une des plus grandes réussites architectoniques du style néoclassiques en Bessarabie.

Dos d'un billet de 10 lei
Dos d’un billet de 10 lei

Curchi

Toujours au centre de la Moldavie, se trouve le monastère de Curchi. Selon les sources documentaires, ce monastère fut fondé en 1765. La cour et les bâtisses du monastère sont emplacées sur deux terrasses entourées de murailles en pierre avec des tours aux coins. Reconstruit plusieurs fois, l’ensemble inclut aujourd’hui l’église de Saint-Démètre, une tour-clocher et l’église de la Nativité de la Vierge. Ce n’est que vers la fin du XIXe siècle - début du XXe siècle que furent construites la résidence du supérieur, les cellules, la muraille avec la tour d’entrée et l’église d’hiver.

Japca

Au nord-est de la Moldavie, sur le bord du Nistru, est situé le monastère de l’Ascension du Christ de Japca. Fondé comme ermitage au milieu du XVIe siècle, le monastère s’élargit avec le temps, occupant une terrasse au bord du Nistru où, en 1825, fut construite une église d’été. Entre 1847 et 1849, fut érigée l’église d’hiver de l’Archange Michel.

Monastère de Japca
Monastère de Japca

La démolition de l’église d’été et la réfection en 1915 de l’église de la Transfiguration modifia essentiellement les proportions entre les édifices, le dernier édifice dominant la totalité de l’ensemble. Durant les années 1851-1853, l’église rupestre fut aussi reconstruite.

Chitcani

Le dernier ensemble monastique érigé à cette époque (et aussi le plus grand sur le territoire de la Moldavie) est le monastère Noul Neamt de Chitcani, situé aux proximités de la ville de Tighina, sur la rive droite du Nistru. L’histoire de la fondation de ce monastère est étroitement liée au monastère de Neamt, célèbre centre de la culture médiévale situé sur l’actuel territoire de la Roumanie. A la suite de la sécularisation des biens ecclésiastiques en Roumanie, une partie des moines du monastère de Neamt sont venus en Bessarabie, sur les terres qui leur appartenaient depuis l’époque d’Etienne le Grand et y fondèrent en 1859 le monastère Noul Neamt.