La forteresse de Soroca

La ville de Soroca, avec sa forteresse médiévale, est une des plus importantes attractions touristiques de la Moldavie. C’est une zone riche en monuments historiques, ainsi que naturels. Parmi les monuments de la nature notons, le Ravin de Bechir, les Seuils du Nistru, les Collines récifales, la réserve naturelle « La forêt de Baxani », les réserves paysagères Rudi-Arionesti, Cosauti, Holosnita, le parc de Iarova. Mais la plus importante attraction du district et de la ville est bien sûr la forteresse de Soroca, érigée aux ordres du prince régnant Etienne le Grand.

La ville de Soroca est située dans le nord de la Moldavie, à 160 km de la capitale, dans la vallée du Nistru, étant entourée de collines et de forêts séculaires. Les Russes comparaient la ville de Soroca à celle de Yalta qui est en Crimée, tandis que les Roumains l’appelaient la Sinaia bessarabienne. Notons que les deux villes susnommées se distinguent par leur décor naturel pittoresque.

La ville de Soroca a été fondée en 1420. A l’époque, dans cet endroit-là il y avait une douane entre la Moldavie et l’Ukraine. Les percepteurs de taxes de passage de la frontière habitaient des petites maisons en bois. Apres la construction de la forteresse en pierre, Soroca est devenue une ville prospère. La forteresse de Soroca faisait partie de l’ainsi dite « ceinture de forteresses en pierre » qui formaient le système défensif médiéval du pays : quatre forteresses sur le Nistru, deux sur le Danube et trois –dans le nord du pays.

En 1499, aux ordres de Etienne le Grand, à la place d’une forteresse ancienne appelée Alciona, a été construite une forteresse en bois entourée de bastions de terre. Entre 1543-1546, Petru Rares, fils d’Etienne le Grand, a fait reconstruire la forteresse de fond en comble. Il a invité des artisans de Transylvanie qui ont d’ailleurs amené le plan de cette forteresse de type européen. Bons connaisseurs de l’architecture des fortifications de l’époque de la Renaissance, ils ont choisi pour Soroca la meilleure forme - celle circulaire. La forteresse de Soroca ressemble beaucoup au Château del Monte d’Italie, ainsi qu’aux châteaux Restormel, Queenborough et Deal de Grande Bretagne, sans cependant en être une copie exacte.

L’entrée dans la forteresse est très bien protégée - elle donne vers le bord du Nistru. La hauteur des cinq tours de la forteresse est de 24 mètres, leur diamètre est de trois mètres. La forteresse a été construite en calcaire, chaux, sable ; des protéines animales y ont été ajoutées afin de fortifier la pierre qui n’a pas perdu sa forme, cinq siècles après.

D’ailleurs, la forteresse de Soroca est l’unique monument historique médiéval arrivé de nos tel qu’il avait été conçu. A regarder la forteresse de la volée d’oiseau, on remarque que la tour principale et les 4 tours secondaires constituent une enceinte circulaire. Les spécialistes en art médiéval y voient une étoile à cinq rayons qui évoquent la silhouette humaine. D’autres comparent cette forteresse circulaire à un pentagone. La forteresse est parfaitement ronde. D’habitude c’étaient les soldats qui y siégeaient, mais pendant les guerres elle abritait également la population de la ville.

Nombreux furent ceux qui voulaient prendre d’assaut la forteresse de Soroca. La région de Soroca a été maintes fois atteinte de désastres lorsque l’ensemble de la population était tuée. La contrée avait été envahie par les Cosaques, les Tatares, les Turcs.

En 1711, chemin faisant vers Stalinesti où il allait mener un combat atroce, le tsar russe Pierre le Grand a visité la ville de Soroca. En 1738, un autre détachement de Russes arriva dans ces parages. Ceux-là ont mis feu à la forteresse et toute la galerie de bois a brûlé. Par conséquent, la forteresse a perdu son importance militaire, étant ensuite transformée en entrepôt.

On connait une légende ancienne liée à la forteresse de Soroca - la légende de la cigogne blanche. On dit que pendant une longue période de siège les habitants de la ville, ayant épuisé toutes les ressources d’eau et d’aliments, avaient survécu grâce aux grappes de raisin qu’une cigogne blanche ramenait aux défendeurs affamés et assoiffés. Depuis, la cigogne est considérée comme le symbole de la bonté, du bonheur et de la prospérité. On dit que si une cigogne fait son nid près d’une maison, la famille qui y vit a des chances de devenir plus nombreuse. Aujourd’hui, la cigogne blanche tenant une grappe de raisin à son bec est un des symboles de la Moldavie.

Le 8 juin 2010