« Un Etat en quête de nation : la République de Moldavie » - un livre de référence

Article par Gilles Ribardière

Les éditions Non Lieu contribuent à mieux faire connaître la Moldavie au lectorat francophone. En effet après l’ouvrage de Florent Parmentier publié avant l’été (« Moldavie. Les atouts de la francophonie »), cette maison d’édition publie « Un Etat en quête de nation : la République de Moldavie » de Matei Cazacu et Nicolas Trifon.

L’apport de ces deux auteurs est important. Ainsi Nicolas Trifon éclaire-t-il de ses compétences de linguiste le complexe débat sur la question de langue qui traverse la société : y a-t-il une langue moldave différente du roumain qui s’affirme en face du russe ? Par quelles franges de la population les diverses langues du pays sont-elles pratiquées ? Les développements sur ce thème sont d’une haute tenue, comme l’est la contribution sur l’histoire de la Bessarabie ou Moldavie orientale par Matei Cazacu ; ce chapitre montre combien ce territoire a de tout temps été d’une grande importance géostratégique notamment dans les rapports entre de vastes empires, avec par ailleurs une relation loin d’être simple avec la Roumanie.

Ces deux chapitres qui représentent près des 2/3 du volume sont précédés notamment d’une étude de Nicolas Trifon consacrée au « renouveau roumain en Moldavie 1988-1992 » écrit en 1992, ainsi que d’une réflexion sur la manière parfois ambigüe avec laquelle les acteurs politiques ont construit l’indépendance de la Moldavie (Le compromis indépendantiste, 1989-2009 : retour sur une sortie d’empire empêchée).

Un petit regret : bien que la rédaction de l’ouvrage fut terminée en avril 2010, l’après Voronine n’est pas réellement abordé. Sans doute la période qui a suivi les événements d’avril 2009 méritent-ils un travail particulier, bien que l’entreprise soit délicate, car on se situe alors dans le champ de l’histoire immédiate.