Orheiul Vechi - un musée en plein air

4 votes

Les archéologues ont découvert sur le territoire de la Moldavie un grand nombre de vestiges de villes et de villages anciens, mais le site appelé Orheiul Vechi en est sans aucun doute le plus célèbre et a une importance historique particulière. En plus, la beauté des paysages y est extraordinaire au lever du soleil, tout comme aux crépuscules, lorsque la rive rocheuse du Răut prend des formes et des couleurs inhabituelles.

Orheuil Vechi est un site archéologique situé à proximité du village de Trebujeni, à environ 60 kilomètres de Chişinău. Ce site conserve des vestiges des civilisations datant des époques les plus reculées qui reflètent l’histoire lointaine du territoire. On y a découvert des outils en pierre témoignant d’une civilisation très ancienne. Les visiteurs peuvent accéder aux ruines d’un village médiéval, y compris aux vestiges d’une mosquée, de deux mausolées, d’un caravansérail, de deux hammams et d’une maison moldave typique.

Le site est aussi fameux grâce à une ancienne forteresse, bâtie par Ştefan cel Mare au XIVe siècle, puis détruite pendant le siècle suivant par les Tatares, ainsi qu’à l’ermitage de Butuceni et un monastère rupestre du XIII ième siècle. Cet édifice de construction géométrique, bâti par des moines, possède des fenêtres rectangulaires taillées dans la pierre, par lesquelles la lumière pénètre l’obscurité.

Orheiul-Vechi est un monument naturel, historique et archéologique protégé par l’Etat. Ce site situé au bord de la rivière le Răut, a connu plusieurs cultures archéologiques, plusieurs peuples migrateurs s’y succédèrent : Sarmates, Gothes, Huns, Avars, Slaves, Hongrois, etc.

Le site Orheiul Vechi comprend plusieurs monuments historiques situés au sein de la réserve Trebujeni, sur les promontoires dispersés parmi les méandres du Răut, entre les villages Trebujeni et Butuceni. On y retrouve deux promontoires gigantesques - Pestere et Butuceni, ainsi que trois autres promontoires adjacents - Potarca, Selitra et Scoc, qui forment une chaîne du nord vers le sud.

Le promontoire central, appelé Pestere, se distingue par sa forme ovale irrégulière. Sa longueur est de 2000 mètres, la largeur maximale en est de 700 mètres. Le promontoire est entouré de trois côtés par les sinuosités du Răut, étant ainsi une véritable forteresse naturelle. A présent, tout comme jadis, il n’y qu’une seule voie d’accès vers le promontoire.

Le promontoire Butuceni est situé au sud du promontoire Pestere, constituant ensemble un ensemble harmonieux. Ce promontoire a un aspect géologique particulier, étant formé de dizaines de couches calcaires, parfaitement rangées horizontalement. Le promontoire Butuceni est unique grâce à son paysage splendide. Il conserve des fortifications antiques de terre et de pierre, des ermitages rupestres. Le promontoire a une forme allongée - 3 000 mètres, sa largeur est de 300 mètres à son extrémité nord-est et de 15 mètres au centre. Pareil au promontoire Pestere, le promontoire Butuceni est une forteresse naturelle, protégée au nord par la rive presque verticale de la rivière le Răut. Dans la partie centrale du promontoire se trouve une église orthodoxe construite en 1904, qui confère à ce site un aspect autant sobre que mystérieux.

A 3 kilomètres, au nord de Orheiul Vechi, se trouvent trois autres promontoires. Un en est sur la rive droite du Răut (Potarca), les deux autres (Selitra et Scoc) - sur sa rive gauche.

Au sud du promontoire Butuceni, se trouve une zone appelée Ruptura Bacotei, un splendide monument géologique abondant en vestiges archéologiques. Tous les promontoires complètent substantiellement l’image du site archéologique de Orheiul Vechi, ajoutant de nouveaux éléments au paysage, ainsi que de nouvelles valeurs historiques-culturelles.

Ces particularités du relief ne purent pas être ignorées par les civilisations lointaines qui étaient à la recherche des endroits qui leur assureraient la sécurité. Or, c’est ce qui explique le caractère permanent de l’habitat humain dans cette région, depuis les temps préhistoriques jusqu’à nos jours.