Le musée “Alexei Mateevici”

Le musée “Alexei Mateevici” se trouve dans le village de Zaim, district de Causeni. Il fut ouvert le 26 mars 1988, à l’occasion du centenaire du poète martyr Alexei Mateevici. L’idée d’inaugurer le musée fut lancée par un professeur de langue roumaine de ce village, devenu ultérieurement directeur du musée.

Le musée “Alexei Mateevici” est abrité par l’ancienne maison des Mateevici où la famille a vécu pendant la période 1893-1907. Le musée conserve tant l’aspect extérieur de la maison d’autrefois, que l’intérieur de cette maison construite non loin de l’église du village par le prêtre Mihail, père du poète, devenant après son décès maison paroissienne.

Le musée est composée de six pièces, y compris trois chambres commémoratives (la chambre des parents, celle des enfants et la bibliothèque) et trois salles d’expositions (la Salle au buste, la salle “Eu cint” (“Je chante”), la salle “Limba noastra” (“Notre langue”)).

Le musée dispose également de deux salles d’expositions situées dans l’école du village : une exposition à portée historique-ethnographique et l’exposition permanente intitulée “Petre Carare. Mes racines sont dans mon village.”

La collection du musée comprend un grand nombre d’œuvres d’art, des livres rares en plusieurs langues datant de la fin du XIX-ième -début du XX-ième siècles, des collections de journaux et de revues littéraires édités en Moldavie et en Roumanie, des meubles anciens. Une riche collection de photographies illustrent l’enfance du poète, de même que son adolescence et jeunesse.

Le musée présente de nombreuses reliques de l’époque qui évoquent les temps de jadis et permettent de se faire une idée sur l’intérieur des maisons des intellectuels rustiques du début du XX-ième siècle. A noter aussi les nombreux objets ecclésiastiques qu’on y retrouve, aux côtés de plusieurs publications, datant du début du XX-ième siècle, où l’on retrouve les premiers ouvrages de Alexei Mateevici.

Devant “Masa Tacerii” (“La table du silence”), les visiteurs gardent une minute de silence pour rendre hommage aux grands classiques de la littérature roumaine. En 1990, dans la cour du musée fut installé le monument en bronze à Alexei Mateevici.

A partir de l’an 1994, le musée fait paraître la publication intitulée “Comoara” (“Trésor”), depuis l’an 1997 - une série de livres avec ce même titre - “Comoara”.