Accueil du site > Moldavie : vue d’ensemble > Géographie > La réserve naturelle « Pădurea domnească » (« La forêt princière (...)

La réserve naturelle « Pădurea domnească » (« La forêt princière »)

Version imprimable de cet article Version imprimable

La plus grande réserve naturelle de Moldavie, protégée par l’Etat, s’étend sur 6 032 ha. Elle est située dans la vallée du Prout, au nord du pays, dans une zone connue comme “Pădurea domnească”. On y retrouve des récifs coralliens, vestiges de la Mer Sarmatienne, ayant une valeur identique à celle de la Grande barrière de corail d’Australie, qui constituent une banque de données importantes pour les explorateurs de l’histoire géologique.

Les forêts naturelles couvrent 52% du territoire de la réserve. Les plantations artificielles s’étendent sur 32% de son territoire, les prés - sur 3,3% du territoire, tandis que les marécages occupent 7,1 % de la réserve. Aux environs du village de Moara Domneasca, il y a une parcelle de 60 ha de chênes. Certains en ont l’âge de plus de trois cents ans.

"Pădurea domnească" est une des plus anciennes forêts de Moldavie où l’on retrouve beaucoup d’espèces rares de plantes : Anthyllus vulneraria, Carex secalina, Cardamine glandulifera, Chenopodium rubrum, Dianthus carthusianorum, Geranium phaeum, Gypsophila glomerata, Kochia lanifolia, Luzula campestre, Oxalis europaea, Impatens parviflora, Scorzonera purpurea, Silene conica, S.multiflora, Scleranthus annus, Spirodella polyrrhiza, Vinca minor, etc.

Dans ce milieu mystérieux, on retrouve aussi des espèces animales rares : martres, cerfs, chats sauvages, serpents, tortues, aigrettes, cygnes, pics, spatules, etc.

En août 2005, un événement important s’est produit dans « Pădurea domnească » : sa population fut complétée de deux femelles et d’un mâle d’aurochs ramenés de Pologne. Notons que cette espèce animale a disparu dans nos parages il y a 250 ans.

La réserve est un monument naturel à valeur unique tant comme partie composante de la biosphère, que comme concentration d’objets naturels particuliers. Une curiosité de la réserve sont « Les cent buttes », rangées parallèlement à la rive gauche du Prout, dont le mystère n’a pas encore été expliqué : seraient-elles des tombes, des récifs fossiles couverts de terre ou bien des résultats de l’érosion du sol dans la vallée de la rivière ? Ce complexe géomorphologique est un phénomène unique dans le monde - sur une surface relativement restreinte, se succèdent une multitude de buttes (une centaine, selon les légendes), différentes comme dimensions (de 2-3 m à 20 m de hauteur et de 10 à 100 m de longueur). Vu le défaut d’une explication scientifique, tout visiteur invente sa propre version de réponse aux questions susdites.

La grotte de Cobani, les rochers Stanca Mare et Stancuta sont des vestiges préhistoriques dont les murs sont comme des vitrines où l’on étale des fossiles paléontologiques.

Un phénomène à part est le lac "La fontal", situé à l’ouest du rocher Stanca Mare, autour duquel s’élèvent des arbres géants de 30-35 m.

C’est l’unique lac naturel qui existe au sein de la réserve, il a des propriétés hydro - géologiques particulières. Une en est le fait que ses sources sont visibles. A 5 km du lac se trouve une colonie d’aigrettes (environ 500 nids) que les gens de la contrée appellent « Pays des hérons ».

„Pădurea domnească” est une pièce importante du patrimoine national. Ici on peut admirer des paysages qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

  • Lettre d’information

Archives des lettres d’informations





SPIP | squelette | | Suivre la vie du site RSS 2.0