Cahul, entre Prout et Danube au sud de la Moldavie

0 vote
Emblême de Cahul
Emblême de Cahul

Cahul est une ville du sud de la Moldavie d’environ 50.000 habitants, au milieu de deux collines, à la confluence des vieilles forêts de Tighina et des premières steppes du Boudjak, entre le Prout et les eaux du Danube. Elle se situe à environ 175 km de Chisinau, 70 km de Leova, et à 5 km de la Roumanie.

La localisation de la ville en a fait un champ de bataille privilégié au cours des siècles. La principauté de Moldavie, la Russie tsariste ou l’Empire ottoman se sont souvent affrontés sur ces terres.

L’histoire de Cahul

Les lieux sont habités depuis des temps très reculés. Le territoire de Cahul a ainsi vu la défaite des troupes du roi perse Darius Ier (règne : 521-486) lors du cinquième siècle avant JC. Le souverain essayait alors de conquérir la rive gauche du Danube. Ce territoire a aussi vu Etienne le Grand et Ioan Voda le terrible (« cel viteaz »), souverain de la principauté de Moldavie qui ont combattu contre les Ottomans.

Le roi Darius (vase grec)
Le roi Darius (vase grec)

Cette ville a connu plusieurs noms au cours de l’histoire : le nom de Scheia a été recensé le 2 juillet 1502 par un acte d’Etienne le Grand, qui a donné ces territoires au monastère de Putna en Roumanie (Bucovine). Ce n’était alors que ce n’était encore qu’un village près de la petite rivière Frumuoasa, un affluent du Prout. C’est le nom de cette rivière qui explique celui de la ville, Formoza, enregistré dès 1716. C’est un nom latin donné par le prince régnant Démétère Cantemir sur une carte de la Moldavie.

C’est à deux pas que le Maréchal Pierre Roumiantsev bat, le 7 et le 21 juillet 1770 une armée ottomane cinq fois plus grande, composée de Janissaires, le corps d’élite. Cette victoire héroïque a inspiré le poète Alexandre Pouchkine, qui a visité la place de Cahul lors d’une mission diplomatique en Bessarabie en 1821. La ville a vu un monument commémoratif : une colonne avec une croix, symbole de victoire. Le tsar Nicolas Ier l’élève au statut de ville en souvenir de ces batailles, et la renomme Cahul (1835).

Certains esprits curieux se sont arrêtés à Cahul. C’est notamment le cas du grand historien, linguiste et archéologue Bogdan Petricescu Hasdeu. L’écrivain M. A. Gorki, notamment dans son livre Makar Chudra, y fait référence.

Un Français à Cahul !!!

Cahul s’avère depuis longtemps un creuset de peuples de différentes origines : Roumains, Russes, Ukrainiens, Gagaouzes, Bulgares, Juifs, Tchèques, Tziganes, Lipovens… Cette coexistence pacifique ne s’est pas démentie !

C’est d’ailleurs l’un des points qui a le plus marqué le géographe français Emmanuel de Martonne (1873-1955), qui a publié ses récits dans son ouvrage Choses vues en Bessarabie, publié en 1919 à Paris. L’homme à l’origine de l’Institut géographique de la Sorbonne parle également de la Bessarabie dans les volumes de la Géographie universelle consacrés à l’Europe Centrale. Il participe également aux traités de paix de 1919, puisqu’il est le géographe de Clemenceau lors des négociations.

Musique et bains thermiques

Aujourd’hui, Cahul est la plus grande ville du sud de la Moldavie, et elle compte de nombreuses industries, commerces, infrastructures et zones résidentielles. Elle travaille également le pain, le vin et les produits maraîchers, le textile. Cahul est aussi connue pour ses biens thermiques, ainsi que pour sa musique.

Ancienne région de Cahul
Ancienne région de Cahul

Le sanatorium « Nufarul Alb » est en effet l’une des fiertés de la ville, qui s’enorgueillit aussi de ses deux universités. La ville organise enfin des festivals internationaux et compte également un musée.

Florent Parmentier, analyste-politique pour Moldavie.fr

Adresse utile :

Centre français de Cahul

Universite « B.P. Hasdeu »,

Salle nr. 13,

1, Piata Independentei

MD-3909 Cahul

Olga TURCAN

centre_francais_cahul chez yahoo.fr

Tél : (+373) 299 32535

Fax : (+373) 299 24752

Courriel : aaf_cahul chez yahoo.fr

Liens

http://www.cahul.net/

http://www.cahulfest.net/cahul.html