Une exposition Salvador Dali à Chisinau

0 vote

Il est le peintre avec la plus excentrique moustache et le regard d’un fou mais il est génial. Salvador Dali que le public de Chisinau a vu seulement dans des revues a visité la capitale moldave.

Salvador Dali, un de piliers de l’art surréaliste, est « arrivé » à Chisinau. A partir du 18 mai, au cours d’un mois, la salle d’expositions “Constantin Brancusi” a hébergé une exposition de gravures qui portent la signature du terrible catalan.

Le manque de ressources financières nous limite aux formes de manifestation rudimentaire. Pourtant, nous nous sommes mobilisés ici et, en première absolue, nous présentons une série de nouveautés pour le contexte culturel de Chisinau”, dit Tudor Braga, le directeur de la salle “Brancusi” de Chisinau, un des organisateurs de l’exposition.

Il y a quelques années, ceci paraissait incroyable. Maintenant, quand nous sommes voisins de l’UE, nos doléances deviennent réalité, une réalité facile à réaliser. Quand on collabore, quand il y a de la compréhension et les riches aident les pauvres, alors on instaure un esprit de solidarité, une solidarité humaine et culturelle”, dit monsieur Braga.

La solidarité est dûe au directeur de la fondation Euro-Art Luxembourg, Docteur Norbert Neuhaus à qui appartiennent les travaux de Salvador Dali exposés а Chisinau.

Les spectateurs de Moldavie pourront admirer une solide collection de gravures. “A Chisinau ont été exposées 129 pièces, dont 4 sont réalisées à l’aide de la technique du collage. Les autres 125 pièces représentent des illustrations aux œuvres littéraires : “La divine comédie” par Dante Alligueri, “Decameron ” par Boccaccio, 14 illustrations pour “Don Quijote” par Cervantes”, dit le directeur de la salle d’expositions “Brancusi” de Chisinau.

Sans exagérer, on peut dire que l’exposition Dali pourrait concourir pour le titre du plus important événement culturel de l’année. Cette initiative marquera dorénavant la façon d’interpréter la scène des expositions de Moldavie, en élevant les exigences du public moldave qui est à présent bloqué dans une crise chronique causée par le débranchement du monde artistique international.

J’ai tenu dans mes mains une seule pièce de cette collection. Je l’ai fait scanner pour faire des affiches publicitaires. Ce sont vraiment des pièces magnifiques. C’est comme si j’ai serré la main à l’éternité”, conclut Tudor Braga, le directeur de la salle d’expositions “Brancusi” de Chisinau.

Article publié sur http://www.bbc.co.uk/romanian/news/story/2007/05/070517_time_out.shtml, traduit par Valentina Ciobanica, élève en XI-ième de Cahul.