Les 7 et 8 avril, deux ans après

0 vote

Une nouvelle Moldavie est-elle née le 7 avril 2009 ?

La presse française avait été assez discrète sur le processus électoral qui avait agité la Moldavie il y a deux ans. Mais l’association « Les Moldaviens », par l’intermédiaire de son site www.moldavie.fr, a eu l’occasion à plusieurs reprises d’évoquer ce scrutin et ses suites. Elle s’efforce, depuis, de rendre compte de l’évolution dans le pays en soulignant une certaine exemplarité.

Mais cette appréciation positive l’est avec le recul d’un observateur étranger, ce qui ne doit pas dispenser de recueillir le sentiment de Moldaves qui peut se traduire par des interrogations.

Déjà une écrivaine, Maria-Paula Erizanu, dans un joli texte métaphorique, « C’est ma première révolution. Volez-la moi », publié chez Cartier il y a quelques mois, nous donnait à entendre une voix sensible exprimant les émotions suscitées par l’évocation des événements d’avril 2009.

La rédaction de www.moldavie.fr a voulu donner, à son tour, la parole à ses jeunes collaboratrices et collaborateurs qui voudraient bien la prendre pour dire ce qu’après 2 années ils ressentent : comment ont-ils vécus cette période là, quels espoirs ont-ils eus, quelles attentes ont-ils, quelles sont leurs impatiences ?

N’attendons pas de ces témoignages un compte rendu « objectif ». Simplement, écoutons ces voix jeunes de lycéens et étudiants qui sont appelés à contribuer à la construction d’une république encore fragile, traumatisée par un passé douloureux et chaotique.

Déjà on peut lire les textes de Cristina Burlacu et de Lilia Vizdoaga (ci-dessous). Ils ne disent pas que nous sommes dans une nouvelle Moldavie ; mais ils laissent entendre qu’un chemin doit s’ouvrir vers cette nouvelle Moldavie. Sans trop tarder, nous espérons d’autres témoignages que nous aimerons dans quelques années.

La rédaction.

Les 7 et 8 avril, deux ans après

Article par Lilia Vizdoaga

La journée du 7 avril est restée dans nos mémoires comme un jour quand les jeunes ont décidé de se faire entendre et ont démontré qu’ils sont une force invincible. Même si cela fait déjà 2 ans depuis ce noir événement, la vérité reste inconnue. Beaucoup de jeunes maltraités gardent l’espoir que leurs agresseurs seront un jour punis. On raconte que la manifestation fut organisée par les partis politiques ; selon moi, les jeunes ont vraiment voulu se libérer du régime communiste qui leur imposait beaucoup de restrictions. Chaque jeune venait sur la grande place avec enthousiasme et avec l’idée de changer les choses. Le régime a démontré son autorité quand les manifestants ont été maltraités ; on a recensé 54 cas de personnes maltraitées et seulement 24 ont insisté pour être examinées, mais avec aucun résultat.

Les sondages de l’opinion publique ont démontré que l’Etat a interprété les événements du 7 avril d’une manière différente. Une grande partie de la société estime que le 7 avril a été une révolte des jeunes, et une autre partie, toute aussi importante, estime qu’il y a eu une tentative de coup d’État. Attitudes diamétralement opposées au sein de la société quant aux événements du 7 avril - c’est un des faits qui a plusieurs explications. Qu’on le veuille ou non, tout le monde vit en Moldavie avec sa propre vérité, sa langue, son identité ethnique, sa religion, son histoire, son orientation politique, etc.

Jusqu’à maintenant, je n’ai pas entendu une version qui soit la vérité absolue à propos de ces événements. Dans la matinée du 8 avril, en passant devant le Parlement, où j’ai vu des employés d’une entreprise de construction charger des camions à ordures avec des pelles, je n’ai pas vu de preuves dans les débris qui pourraient être admises dans un tribunal (en comparaison avec le U. S. World Trade Center où il y a eu des recherches et on a recueilli des preuves pendant huit mois).

Un dernier aspect qui ne peut manquer d’être mentionné : la classe politique devrait pouvoir décider de ce qui est le plus important pour la société : la poursuite pénale des responsables des événements du 7 avril.

On se rappelle que cela fait déjà 2 ans que des milliers de jeunes sont sortis dans la rue pour changer le système communiste. Depuis, les politiciens ont promis de faire la lumière sur les illégalités et les abus commis par les autorités en avril 2009. Le temps montrera si oui ou non j’ai eu raison en continuant de rechercher la vérité sur les événements du 7 avril 2009.