Le piège

1 vote

Article par Gilles Ribardière

Depuis des mois, la République de Moldavie se débat dans une crise institutionnelle. Le référendum du 5 septembre était censé permettre au pays de sortir de l’impasse. Le résultat repousse la solution à un horizon lointain car la population ne s’est pas déplacée. Seulement 29 % des moldaves ont rempli leur devoir civique alors que 33% était le minimum requis pour que le résultat soit validé.

Les motifs de ce désintérêt sont multiples : une procédure en fait inédite pour le peuple moldave ; une perte de confiance à l’égard de la classe politique ; une grande lassitude liée à la répétition des scrutins n’apportant pas les solutions attendues …

Mais plus grave sans doute encore, un excès de confiance de l’Alliance pour l’Intégration Européenne a eu pour effet une campagne électorale inexistante, alors que le Parti des Communistes, qui préconisait le boycott, a été extrêmement actif en particulier dans les campagnes.

Tant et si bien que l’on peut s’interroger sur la pertinence de la procédure, surtout que le peu de propagande visible pouvait même laisser entendre que l’on était déjà appelé à désigner le Président !

Bref un dimanche pour rien, si ce n’est un nouveau chemin escarpé passant par la dissolution du parlement et son renouvellement programmé au mois de novembre.

A qui profitera cette mauvaise aventure ?

Le 7 septembre 2010