Un décembre riche en colloques au Département de Philologie Française « GRIGORE CINCILEI »

Article de Lucia et Daniela Veste,

étudiantes, master Etudes françaises, Université d’Etat de Moldavie

L’année académique 2012 s’est avérée la plus riche en symposiums et colloques dans l’histoire du Département de Philologie Française « Grigore Cincilei », surtout au mois de décembre, quand ont été organisés un colloque international et un autre d’envergure nationale.

Le colloque avec participation internationale « Problèmes de linguistique générale et romane » In Memoriam Grigore Cincilei, organisé avec le soutien financier de Université d’Etat de Moldavie, de l’Alliance Française de Moldavie, de l’Agence Universitaire de la Francophonie et de l’Association des Professeurs de Français de Moldavie, a eu lieu le 14 décembre 2012, mois où le professeur, le savant et le fondateur du Département Grigore Cincilei aurait atteint l’âge de 85 ans de sa naissance.

Ce Colloque, de même que celui consacré au professeur Victor Banaru, est arrivé à sa IIIe édition et a été organisé dans l’esprit des manifestations précédentes, en actualisant la diversité des sujets de la linguistique générale et romane, d’une part, et en assurant la continuité des problèmes recherchés par le regrettable savant, d’autre part. Au-delà de sa dimension purement humaine qui a évoqué la vie et la personnalité du chercheur éminent, l’édition actuelle du colloque a essayé d’élargir le spectre des sujets théoriques, devenus déjà classiques, grâce aux contributions solides de recherches de Grigore Cincilei. Le colloque a réactualisé les débats sur les sujets problématiques de la linguistique générale par un prisme structural, fonctionnel et génératif-transformationnel, en exploitant les données praxéologiques et le rôle de la linguistique discursive, de la linguistique textuelle, de l’analyse textuelle des discours, de la linguistique du corpus, de la sémiotique, de la pragmatique et de l’herméneutique du texte etc.

La problématique évoquée a été profilée dans quelques axes thématiques qui ont reflété les préoccupations scientifiques du savant Grigore Cincilei et qui ont structuré les travaux du Colloque : dérivatologie française et romane ; linguistique textuelle : approches modernes ; sémantique et lexicographie française et romane ; glottodidactique et méthodologies appliquées à la didactique des langues romanes ; sociolinguistique et terminologie : dimensions actuelles.

L’invité d’Honneur du Colloque a été Jean-Michel Adam, sommité de la linguistique contemporaine, professeur honoraire à l’Université de Lausanne (Suisse), qui a soutenu deux conférences. La première – L’analyse textuelle des discours : le double héritage de Benveniste et de Coseriu – a été destinée aux professeurs et aux chercheurs qui ont participé au colloque, la deuxième – L’apport de la linguistique textuelle à la traduction : l’exemple d’un recueil et d’un texte de Borges – a été consacrée aux étudiants francophones des cycles doctorat, master et licence. Le chercheur suisse a aussi engagé une table ronde avec les membres du Département portant sur les Problèmes actuels de la linguistique textuelle comme une continuité de la collaboration avec le Département et avec certains professeurs qui ont suivi des stages à l’Université de Lausanne, fait qui a mérité pleinement de conférer au Professeur J.-M. Adam le titre de Membre d’Honneur du Département de Philologie Française « Grigore Cincilei ».

Aux travaux du colloque ont participé des chercheurs venant des universités de France, d’Albanie, de Bulgarie, de Suisse, de Roumanie, de Macédoine, d’Arménie, de même que des centres universitaires nationaux : Université d’Etat de Moldavie, Institut de Philologie de l’Académie de Sciences de Moldavie, Université Libre Internationale de Moldavie, Université d’Etat « Alecu Russo » de Bălţi, Université Coopérative-Commerciale de la République de Moldavie.

Le deuxième colloque Maître du verbe français et chanteur de la francophonie moldave, organisé avec le soutien financier de l’Alliance Française de Moldavie, a été d’une envergure nationale et s’est produit le 25 décembre 2012 dans la salle 301 de la faculté. Celui-ci a été consacré au 70e anniversaire de l’éminent professeur et savant francophone Anatol Lenţa, docteur ès lettres, maître de conférences, auteur de plus de 150 ouvrages, monographies, manuels, livres, directeur de recherches pour des thèses de doctorat, master et licence. Au colloque ont participé des professeurs, des chercheurs et des étudiants des universités de Chişinău, Bălţi, Cahul, des invités de Iaşi, Roumanie, des professeurs et des élèves.

L’activité multidimensionnelle et prodigieuse du professeur Anatol Lenta a été mise en valeur sous plusieurs perspectives : didactique, francophone, culturelle. Le Colloque a mis en relief son activité de chercheur dans les domaines de la grammaire et de la sémantique des unités dénominatives et communicatives de la langue française, les efforts du chercheur pour continuer, dans ses écritures, les conceptions théoriques des chercheurs autochtones, en premier lieu du regretté Mircea Ioniţă de Bălţi, grammairien érudit et romaniste brillant. Les invités ont apprécié le style à la Lenţa de ses essais destinés à rendre hommage à ses collègues partis vers d’autres soleils (Gr. Cincilei, V. Banaru, P. Roşca etc.) et à ceux qui continuent à ennoblir notre vie et à élargir considérablement notre espace sentimental et comportemental. Comme l’anniversaire coïncide annuellement non seulement avec la fête du Noël, mais aussi avec le jour de naissance de sa fille Sorina, Monsieur le Professeur Anatol Lenţa a reçu des messages de félicitation de la part des collègues et disciples des universités et des lycées de la République, y inclus de Iaşi, Roumanie, accompagnées de colinde et urături selon les coutumes de Noël du peuple roumain, chantées aussi par les représentants du collectif artistique Crenguţa de ederă de l’ UEM.

C’est à nous, disciples et collègues, de commémorer par des manifestations scientifiques et humaines de qualité nos professeurs. En même temps, n’oublions pas et rendons hommage à ceux qui sont auprès de nous, en appréciant leurs mérites et leurs succès incontestables, fait qui donnera une émotion particulière à la vie universitaire et quotidienne.