Retour aux origines de la capitale moldave

0 vote

Datant depuis plus de six siècles, Chisinau, la capitale de la Moldavie, était à ses origines un bourg des marchands juifs, arméniens et moldaves.

Si on descend la rue Petru Rareș, vers la rivière le Bîc, on a la rare occasion d’admirer des immeubles imprégnés d’histoire. Or, c’est la plus vieille rue de Chișinău. Cette rue marque exactement l’ancienne route que les Ottomans utilisaient pour la poste il y a trois siècles, après la conquête de la forteresse de Hotin. Au fil des temps, des petites échoppes et des auberges ont commencé à s’ériger des deux côtés de cette route.

Ultérieurement, la ville s’est développée autour de l’Eglise Mazarache, s’élargissant vers un endroit appelé autrefois « Piața Veche » (« le Vieux Marché »). « Dans un plan ancien de la ville de Chișinău, les rues d’autrefois sont pareilles à des parcelles étroites, menant toutes vers le Bîc. Dans le périmètre de cette zone s’inscrivent l’Eglise de l’Ascension, l’Eglise Mazarache, l’Eglise Haralambie, l’Eglise Arménienne », raconte l’historienne Tamara Nesterov.

L'Eglise Mazarache. Début du XX-ième siècle
L’Eglise Mazarache. Début du XX-ième siècle

La ville a connu les premiers efforts d’aménagement urbain à l’époque du métropolite Gavriil Bănulescu-Bodoni qui a demandé la construction des premiers édifices ecclésiastiques et administratifs des deux côtés des parcelles situées à la place de l’actuel boulevard Ștefan cel Mare.

Le Bîc et Chișinău

Chișinău n’a pas sa propre légende concernant ses racines, son origine étant liée dans la culture populaire à la rivière le Bîc. « Dans la croyance populaire, on disait que jadis, avant que des êtres humains peuplent ces parages, des géants habitaient ici. « Une fille de géant est allée un jour ramasser des champignons. Elle a mis dans sa besogne un homme et sa charrue. Quand elle est rentrée chez elle, sa mère lui a dit de ramener cet homme où elle l’avait trouvé, car il faisait partie de ceux qui allaient peupler ces terres-là. Revenue dans l’endroit où elle avait rencontré l’homme, la fille a versé des larmes qui ont constitué la source de la rivière le Bîc », raconte le folkloriste Grigore Botezatu, tout en ajoutant qu’il n’a jamais trouvé de textes épiques aux origines populaires parlant des habitants d’autrefois de Chișinău.

D’où provient le nom de la capitale moldave ?

« … de l’autre côté du Bîc, dans la vallée qui est tout près du Cheșenău de Acbaș » - voici la première mention historique du nom de l’actuelle capitale de la Moldavie. Il s’agit d’une charte du prince régnant du Pays Moldave de cette époque-là, datée le 17 juillet 1436.

Il y a plusieurs hypothèses sur les origines du nom « Chișinău ». Selon une d’entre elles, le nom de la capitale moldave proviendrait du mot ukrainien « chișeniu » qui veut dire « poche ». Une autre hypothèse c’est que ce nom évoquerait un certain type de fortification de lutte contre les Tatares, comme on en trouve dans la région roumaine de Ardeal, où il y a une localité qui porte le même nom.

« Je sais que le nom de la ville provient de « Chișla Nouă », affirme Ion Ștefăniță, directeur de l’Agence pour l’Inspection et la Restauration des Monuments du Ministère moldave de la Culture. Le folkloriste Grigore Botezatu partage cette opinion. « Le nom de la ville provient de « Câșla Nouă », ce qui veut dire « le nouveau village », affirme-t-il.

Il y a aussi d’autres légendes sur l’étymologie du nom de la capitale moldave qui constituent le sujet des recherches, la plus acceptée étant la version « Chişla Veche » qui signifie « source d’eau ».

D’après un article d’Andrei Rizescu, publié sur http://www.adevarul.ro/moldova/actualitate/POVESTI_DE_CHISINAU_Capitala-de_la_origini_si_pana_in_prezent_0_572342825.html

Adapté et traduit pour www.moldavie.fr