L’astrophysicien Nicolae Donici, un Einstein de la Moldavie

0 vote

Nicolae Donici est un rameau de l’arbre des Donici dont sont issues plusieurs personnalités remarquables, y compris le grand fabuliste Alexandre Donici.

Une passion pour l’astronomie

Nicolae Donici naquit le 1 septembre 1874 dans la famille de Nicolae Andrei Donici, dignitaire à la cour du tsar russe Alexandre II. Tout jeune, Nicolae resta orphelin - son père se suicida et sa mère mourut peu après, abattue par la douleur. Nicolae fut élevé par une tante qui, remarquant le grand intérêt de Nicolae pour l’astronomie, lui donna son fief de Dubăsarii-Vechi pour qu’il puisse réaliser son rêve de créer un observatoire astronomique.

A partir de l’âge de 21 ans, lorsqu’il finit ses études à l’Université, Nicolae Donici se consacra aux recherches astronomiques, axant surtout ses observations sur le Soleil et la Lune. En 1908, il fonda à son fief de Dubăsarii-Vechi l’observatoire astronomique tellement convoité et une station météorologique. Certainement, il ne fut point facile de réaliser tout ça dans un village, mais il y réussit.

Le spectrohéliographe de Dubăsarii-Vechi

Le jeune astronome esquissa un spectrohéliographe et le fit construire par un spécialiste de Saint-Petersbourg. Après la Première Guerre mondiale, en Europe, il n’y avait que sept spectrohéliographes de ce type, celui de Dubăsarii-Vechi étant le plus performant. Ultérieurement, il construisit un télescope moderne.

Ayant commencé ses recherches dans le cadre de l’Observatoire de Pulkovo, aux environs de Saint-Petersbourg, il était une personnalité très connue dans les cercles scientifiques de l’Académie Impériale Russe et il devint bientôt connu dans les cercles scientifiques internationaux.

Une reconnaissance internationale

En 1913, Nicolae Donici fut élu membre de l’Union Internationale pour les Recherches Solaires, étant lors de trois ans représentant de la Russie auprès de la Commission Eclipses. Puis, il devint membre des Commissions Spectrographie, Physique Solaire, Planètes.

Après la Révolution de 1917, il risquait l’expropriation de son manoir familial de Dubasării-Vechi. Ce fut grâce à sa nouvelle qualité de membre de l’Académie Roumaine, ainsi qu’à la démarche des savants français qui sollicitèrent de garder intact l’observatoire de Dubăsarii-Vechi que cette oasis de la science fut protégée contre la destruction.

De Bucarest à la France…

Les événements du 28 juin 1940 le firent quitter la Bessarabie. Revenant une année plus tard, il retrouva son observatoire dévasté, le spectrohéliographe, sa fierté, y manquait. Par hasard, une partie d’appareils furent découverts dans le sous-sol de l’Ecole paroissienne pour fille de Chişinău. Afin de sauver ce qui restait de l’observatoire, les vestiges en furent transférés à Bucharest. Mais en avril 1944, une bombe tomba sur la maison bucharestoise de Nicolae Donici, détruisant tous ses objets et écrits. Lui, il survécut grâce au simple fait qu’il n’était pas chez lui au moment des bombardements.

Nicolae Donici s’installa ensuite en Allemagne et puis en France où ses collègues l’invitèrent travailler dans l’observatoire astronomique de Meudon, non loin de Paris, qui conserve de nos jours encore une trentaine d’ouvrages du savant moldave.

En 1948, Nicolae Donici fut exclu de l’Académie Roumaine, mais il fut réhabilité après la Révolution roumaine de 1989, aux côtes de nombreux autres savants.

Un scientifique reconnu

Nicolae Donici fut un des premiers chercheurs du spectre solaire, des comètes, des astres, de la planète Saturne. Il a pris des photos uniques des protubérances solaires, a étudié le phénomène de l’extension de l’ombre de la Terre sur la Lune pendant les éclipses solaires, a investigué la luminosité anomale de Saturne, le déplacement de l’Etoile Céphéide. Son nom fut accordé à une étoile - l’astéroïde 9 494.

L’ancien manoir des Donici de Dubăsarii-Vechi fut transformé dans un musée du remarquable astrophysicien. A l’occasion du 120e anniversaire du savant, dans la cour du manoir fut installé son buste.