Un village qui prospère grâce aux projets d’assistance

0 vote

Le village moldave de Festelita a obtenu trois subventions de 7 millions de lei. Ainsi, le village est devenu un des plus beaux du district, même si les sources allouées de la part de l’état sont très modestes.

La solution est venue de la part des projets d’assistance. Evidement, les villageois ont été mobilisés pour y participer, eux-aussi. En voyant les changements positifs, l’été dernier, ils ont donné le troisième mandat consécutif à leur maire.

Le plus grand projet a été la rénovation de la Maison de la Culture. Les autorités locales ont obtenu un financement de cinq millions de lei par le biais du programme de Voisinage de l’Union Européenne, la contribution du Conseil Local étant de 10% et celle de la Commission Européenne – de 90%. « Seuls les murs sont restés du vieux bâtiment. Maus grâce à l’assistance de l’UE, nous nous sommes permis d’acheter entre autres des instruments musicaux, des costumes nationaux, aussi que de l’équipement de sonorisation, bref tout dont une telle institution a besoin », raconte Nicolae Tudoreanu. Un million de lei offerts par une organisation internationale ont été utilisés pour la réparation du chemin local. le Le maire promet de réhabiliter, avant l’hiver prochain, trois autres kilomètres de chemin qui mènent vers l’église et vers le cimetière, où sont enterrés les héros roumains.

L’école maternelle, chauffée avec de la paille

Parmi les priorités du maire, il y a un autre projet, financé par le Japon par le biais du programme 2KR. Il vise à l’installation dans l’école maternelle d’un système de chauffage avec de la paille qui fonctionnera parallèlement avec celui utilisant du gaz naturel. Les briquettes de paille seront achetées à d’un entrepreneur local qui a lancé son affaire l’année dernière. De cette façon, la mairie fera des économies, parce que le biocarburant est moins cher que le gaz ou le bois.

Il y a deux ans, grâce à un financement accordé par le biais du Programme Commun pour le Développement Local Intégré, la mairie a fondé un centre unique de prestation de services publics. Par conséquent, le villageois ne frappent plus à des nombreuses portes pour obtenir un document ou pour avoir une réponse à une question quelconque, mais les trouvent ici, sur place.
Par l’intermédiaire du même programme, les autorités locales ont obtenu du financement pour l’arrangement du parc qui se trouve en face de la mairie.

Sans l’implication active des villageois, on n’aurait pas eu du succès

Un square a été inauguré en même temps que le monument à Mihai Eminescu (célèbre écrivain roumain), offert par l’Association « Astra » de Roumanie. Presque tout le village a assisté à ces actions. Des hommes d’affaires, des professeurs et d’autres villageois ont fait des dons pour cet ouvrage.

Dans le cadre du même projet, ont été crée des rampes d’accès pour les personnes handicapées. Ainsi, les neuf villageois qui se déplacent à l’aide d’un fauteuil roulant pourront accéder dans la mairie sans aucune aide. Les routes menant vers la mairie seront également rénovées.

«  Les gens viennent à la mairie demander de l’aide sociale, ou un document ou pour payer les impôts. Jusqu’à ce moment, quand il pleuvait, la route était boueuse, glissante. Mais dorénavant, ce sera un plaisir d’y venir. Nous sommes très contents », dit Eufrosinia Ciobanu, une habitante du village de Festelita.

Un modèle pour les autres localités

Le maire Nicolae Tudoreanu dit que ce genre de projets sont une solution pour les villages moldaves avec des budgets austères. Mais, malheureusement, un nombre restreint de maires sont au courant de ces opportunités.

Veaceslav Bulat, directeur de l’Institut pour le Développement Urbain, pense que les mesures prises par les autorités locales de Festelita afin de faire face à la crise sont un bon exemple pour les maires d’autres localités qui n’attendent que du financement de la part de l’Etat.

On veut de l’autonomie financière

Festelita compte 3.200 habitants. Le village a du gaz, un gymnasium, une école maternelle, aussi qu’un centre de santé. C’est une des 70 localités du pays incluses dans le Programme Commun pour le Développement Local Intégré. Le maire mise beaucoup sur la Stratégie Nationale de Décentralisation censée donner aux autorités locales plus de compétences et de l’autonomie financière. S’inspirant de l’expérience des pays européens qu’il a visités, le maire soutient que la coopération intercommunautaire est une chance pour le développement des localités rurales.

Article de Natalia Hadârcă repris sur le site http://www.adevarul.ro/moldova/social/O_comuna_care_a_devenit_prospera_din_proiecte_0_764923524.html

Traduction – Rodica Istrati.