Un anniversaire incertain depuis les événements du 7 avril 2009

Un an est passé depuis les élections du 5 avril 2009, suivies de manifestations violentes contre les résultats annoncés par le Parti des Communistes (au gouvernement à l’époque), mais les questions persistent sur ce qui s’est passé ces jours-là en Moldavie.

Il y a un an, des jeunes moldaves avaient déclaré le 6 avril jour de deuil national. « Si tu n’as pas voté pour les communistes, prend un cierge et sors dans la rue ! Rassemblons-nous à 18h00 près du monument de Stefan cel Mare ! »

Ce message avait été lancé sur l’Internet par un groupe de jeunes en réplique aux résultats préliminaires des élections législatives qui annonçaient la victoire du Parti des Communistes.

Le 6 avril, vers 16h00, une centaine de jeunes se sont réunis sur la place centrale de la capitale moldave pour protester contre les résultats des élections qu’ils considéraient comme falsifiés. Les manifestants affirmaient ne pas être membres de partis politiques et que leur seul but étaient de faire connaître leur mécontentement. Ils scandaient des slogans tels que « Des nouvelles élections ! », « A bas la dictature ! ». Ce jour-là, les manifestations ont été pacifiques, sans incidents.

Notons aussi dans ce contexte qu’à cette heure-là, la Commission Electorale Centrale n’avaient pas encore annoncé les résultats finaux des élections, les observateurs internationaux n’avaient pas rendu publiques leurs conclusions concernant le déroulement des législatives (qui les ont ultérieurement qualifiées de « libres et correctes »), tandis que la Coalition 2009 (formée de représentants de plusieurs organisations non-gouvernementales moldaves) a déclaré que les élections avaient été incorrectes et partiellement libres.

Ce même jour, le président du Parti Libéral-Démocrate, Vlad Filat, avait donné une conférence de presse lors de laquelle il a déclaré que son parti ne reconnaissait pas les résultats des élections du 5 avril. Ce fut ce jour même que le Parti Libéral-Démocrate, le Parti Libéral et l’Alliance « Moldova noastra » avaient annoncé leur décision d’organiser des actions de protestation.

Les protestataires ont décidé de se réunir le lendemain - le 7 avril 2009, aprés que les leaders des quatre partis d’opposition se soient solidarisés avec eux.

Les manifestations pacifiques qui ont commencé sur la Place de la Grande Assemblée Nationale ont dégénéré dans des actions violentes qui se sont soldées par la dévastation des sièges de la Présidence et du Parlement moldaves, ainsi que par des victimes humaines – des centaines de blessés (surtout parmi les policiers), des morts (combien – on ne le sait pas encore ; mais au moins un), des jeunes retenus pendant la nuit du 7 au 8 avril et maltraités dans les commissariats de police.

On suppose que les manifestations pacifiques ont été détournées par des provocateurs infiltrés dans la foule. Par qui ? Pourquoi ? Pas de réponse …

Un an après ces événements-là, la situation reste incertaine – les leaders des partis politiques susdits continuent à vérifier les procès-verbaux élaborés par les bureaux de vote le 5 avril 2009, tandis que l’enquête sur les événements déroulés en avril 2009 semble être encore loin de sa fin…