Orchestres de musique populaire moldave : „Folclor“, “Lăutarii” et “Tălăncuţa“

„Folclor“

L’orchestre de musique populaire „Folclor“ de la Radio-Télévision nationale a été fondé en 1968 par Dumitru Blajinu, musicien doué qui a redonné vie à des centaines de chansons et de danses populaires moldaves. Parmi les musiciens qui ont “veillé au berceau” de cet orchestre, les violonistes Ignat Bradu et Dumitru Grinenco, les joueurs du tympanon Vladimir Sîrbu et Vasile Crăciun, les clarinettistes Constantin Baranovschi et Simion Duja, l’accordéoniste Sergiu Pavlov, le contrebassiste Petrică Vieru et le violocelliste Ion Josanu.

Les pièces folkloriques cuillies dans les villages moldaves abondaient en fraîcheur et virtuosité : „Sîrba Zorilor“,„Hangul de la Edineţ“, „Bătuta de la Pererîta“, „Sîrba lui Nicolae Blajinu“

Parmi les réalisations les plus importantes de l’orchestre « Folclor », le mérite d’avoir formé beaucoup de jeunes talents qui se sont ultérieurement manifestés dans la promotion de la chanson populaire moldave. Dès les premières années de son existence, l’orchestre était pareil à un laboratoire dont les apprentis était des jeunes doués du talent de donner vie à de bijoux musicaux.

Des mélomanes de divers pays du monde ont apprécié Vasile Iovu, un virtuose de la flûte de Pan, le joueur de flûte Leonid Mosanu, les interprètes Angela Păduraru, Veronica Mihai, Nina Ermurachi, Teodor Negară, ainsi que les solistes instrumentistes Ion Bratu, Semion Creţu, Constantin Baranovschi, Sergiu Cuciuc, Mihai Bătrînu.

“Lăutarii”

Lăutarii veut dure en roumain ménétriers. Ces promoteurs de la chanson populaire, nés et formés en tant qu’artistes au milieu du peuple, sont depuis toujours les invités d’honneur aux fêtes foraines, noces.

Nicolae Botgros
Nicolae Botgros

L’orchestre de musique populaire “Lăutarii” fut fondé en 1970. Depuis l’an 1978, l’orchestre est dirigé par le remarquable violoniste Nicolae Botgros. C’est lors d’un très bref délai que l’orchestre a réussi à conquérir sa gloire inébranlable. Sincérité de l’interprétation, virtuosité, maturité artistique, talent incontestable : la symbiose de toutes ces vertus donne ce qui s’appelle simplement “Lăutarii”. Voilà ce qu’écrivait la presse de l’époque après la participation de l’orchestre au festival “L’aube en Crimée” : “Fondé il y a tout juste sept mois, l’orchestre semble exister depuis toujours…”.

Passionnés pour la musique de Russie et de toutes les autres ex-républiques soviétiques, de Grèce, d’Italie, de Norvège, de Turquie, de Bulgarie, d’Autriche, de France, d’Allemagne, de Suisse, des Etats-Unis et de beaucoup d’autres pays du monde ont savouré les douces chansons populaires moldaves dans l’interprétation de l’orchestre „Lăutarii“.

“Tălăncuţa“

La perpétuation et la mise en valeur du folklore musical est une préoccupation continue des membres de la troupe „Tălăncuţa“. L’idée de fonder cette troupe folklorique appartient à Andrei Tamazlicaru. Aujourd’hui, le noyau de la troupe est formé par les cinq soeurs Osoianu : Ileana, Valentina, Iulia, Marcela et Romela. Elles sont toutes douées de voix uniques. Les artistes de „Tălăncuţa“ effectuent de longues expéditions folkloriques dans les villages moldaves pour collecter des chansons populaires authentiques, originales qu’ils chantent ensuite sur la scène telles qu’ils les ont cueillies.

Pendant les années de régime communiste, lorsque les chansons populaires étaient dépréciées et exclues de toutes les anthologies, les soeurs Osoianu ont eu l’audace de chanter la cantique „Florile dalbe“ et la ballade „La poarta la Stefan Voda“ qui abondent en idées patriotiques, tout en exprimant des sentiments très subtiles. La troupe „Tălăncuţa“ a fait démarrer en Moldavie un véritable mouvement folklorique, devenant une école ethnographique.