Olga Ciolacu : la force spirituelle de ses chansons

0 vote

Article et photos par Eugenia

Olga Ciolacu et Jean-Jacques Combarel
Olga Ciolacu et Jean-Jacques Combarel

La journée de dimanche 24 octobre 2010 restera longtemps dans la mémoire de la diaspora moldave de France. En effet, les moldaves, ainsi que les amoureux de la Moldavie et de sa culture, ont eu part d’un grand concert offert par la distinguée interprète moldave Olga Ciolacu et l’humoriste Lidia Frunze à Paris.

Le concert a été organisé par l’association « Les Moldaviens », son président M. Jean-Jacques Combarel, avec l’immense implication de la vice-présidente chargée des animations Valentina Cârstea, dans le but d’apporter un bout de la Moldavie en France. Les mots « âme », « pays », « nostalgie » ont été à l’honneur, comme l’indiquait le nom même du concert : « Chansons de l’âme à l’âme ».

Valentina Carstea et Olga Ciolacu
Valentina Carstea et Olga Ciolacu

Ce fut le premier concert en France de Olga Ciolacu qui s’est dite très émue d’arriver enfin dans la capitale du raffinement, de l’élégance et de la beauté. Des traits qui la caractérisent pleinement, car c’est la diva consacrée de la musique populaire moldave. Olga Ciolacu impose du respect et de l’admiration, pas seulement par sa prestation irréprochable, mais aussi par son élégance, la profondeur du style et de sa personnalité. On voit devant nous une personne perfectionniste jusqu’à l’extrême, avec beaucoup de charisme et très proche de son public en même temps.

Olga Ciolacu
Olga Ciolacu

Devant un Studio Raspail quasi-plein, la diva de la chanson moldave a su nous ramener au pays et nous faire revivre des émotions refoulées au fond de nous-mêmes. Par le biais de ses chansons, elle nous a parlé avec amour et du plus profond de son âme du pays qui nous attend, des parents, de la mélancolie ainsi que de l’humanisme.

Le public présent dans la salle a savouré pleinement le charme de la voix de velours de Olga Ciolacu, a écouté les larmes aux yeux l’ode aux mères (la chanson « Mama, iarta-ma » [trad. Pardonne-moi, maman]), et a explosé en ovations pour la remercier de ce retour imaginaire au pays. Les spectateurs ne se sont pas laissés priés pour danser la danse traditionnelle sârba, les plus hardis étant même montés danser sur la scène, à côté de l’interprète.

Studio Raspail
Studio Raspail

A l’approche de la date anniversaire de la disparition de Doina et Ion Aldea-Teodorovici, symboles de la renaissance nationale, Olga Ciolacu n’a pas manqué d’interpréter une chanson (« Melancolie ») du compositeur Petre Aldea-Teodorovici, en avouant qu’elle s’était promis au nom de leur fructueuse collaboration et amitié de toujours inclure au moins une des ses chansons dans son répertoire.

au centre - la présentatrice Diana
au centre - la présentatrice Diana

Olga Ciolacu n’est pas venue les mains vides à Paris. Connaissant la nostalgie des moldaves pour le pays natal et sa culture, elle a amenés des CDs, des dépliants et des posters, a distribué des autographes et a posé pour les fans qui n’ont pas manqué à la tradition et lui ont offert des bouquets de fleurs.

Les spectateurs ont de même énormément apprécié la prestation de l’humoriste Lidia Frunza, une artiste avec beaucoup de personnalité et charisme. Avec Olga Ciolacu, elle a eu diverses collaborations à différentes occasions qui se sont transformées en une longue et durable amitié.

Lidia Frunza
Lidia Frunza

Ses sketchs ont su détendre le public et le faire plonger dans la réalité des immigrants moldaves, mais aussi dans de leur pays natal. L’autodérision a fait ses effets auprès des spectateurs qui ont beaucoup apprécié cette actrice au caractère volcanique, impliquée jusqu’au bout dans ses rôles, puisque le statut d’immigrée ne lui est pas étranger, elle même étant en France depuis 7 ans.

Malgré la festivité de l’événement, l’association « Les Moldaviens » n’a pas laissé de côté l’aspect humanitaire, M. Philippe Lamé y étant présent avec le vin de Romanesti - les fonds provenus de la vente du vin iront exclusivement aux orphelinats moldaves.

Philippe Lamé et Jean-Jacques Combarel
Philippe Lamé et Jean-Jacques Combarel

L’association « Les Moldaviens » dans la personne du président M. Jean-Jacques Combarel remercie les artistes pour leur prestation ainsi que tous les membres de l’équipe qui ont fait de leur mieux pour que cet événement ait lieu et exprime sa certitude qu’y il en aura bientôt d’autres fêtes « moldaviennes » avec autant de succès.

Visitez notre Galerie de photos pour voir plus de photos de ce magnifique concert.