Les Rencontres Musicales Internationales « Georges Enesco »

1 vote

La Société Musicale Française « GEORGES ENESCO » annonce la troisième édition du Festival International de musique française et roumaine des 20e et 21e siècles « Les Rencontres Internationales Georges Enesco ».

Ce projet est né de l’idée de mettre en valeur l’interaction entre l’œuvre musicale du compositeur et les nouvelles générations de compositeurs et d’interprètes.

Le concours se divise en deux sections.

La première est réservée aux jeunes chanteurs professionnels et se déroulera les 11 et 13 octobre 2016.

La seconde s’adresse aux amateurs d’art vocal et se déroulera les 12 et 13 octobre 2016.

Le concours se clôturera le 14 octobre 2016 par le gala des lauréats.

Pour accéder aux détails du concours et télécharger le bulletin d’inscription, visitez : http://www.enesco.org/index.php?lang=fr&page=rencontres2016

La situation de Georges Enesco (1881-1955) lui confère une singulière universalité. A ses racines roumaines (musique folklorique et liturgique), s’ajoutent les études de l’enfant prodige à Vienne et Paris qui le placent au cœur de l’Europe musicale. La liste des personnalités qui ont traversé sa vie – jalonnée par ses concerts à Paris ou à Bucarest, ses master-classes et ses voyages à travers le monde – constitue une sorte de Bottin artistique.

La prolixité de ses dons est surprenante. Violoniste, sa célébrité de virtuose l’amène à devenir le maître de Menuhin. Pianiste, Cortot jalouse sa technique de jeu et Lipatti le considère comme son père spirituel. Chef d’orchestre, il est l’un des successeurs possibles de Toscanini à New-York… D’un puissant charisme et d’une stupéfiante mémoire, il incarne le musicien complet, « le plus étonnant génie musical depuis Mozart », comme l’a affirmé Pablo Casals.

Mais, c’est avant tout un des plus grands compositeurs du XXe siècle, encore à découvrir. […] D’une activité créatrice étendue sur près de soixante-dix ans, on retient d’authentiques chefs-d’œuvre pour piano et de musique de chambre, symphonique ou vocale qui témoignent d’un lyrisme ardent. Son opéra Œdipe délivre un message d’humanisme et de profonde spiritualité face au destin. [Sur la récente production à l’Opéra de Covent Garden de Londres, The Guardian écrit : « Comme le démontre la superbe production du Royal Opera, cette musique qui est la plus grande prouesse d’Enesco en tant que compositeur, et sur laquelle il a travaillé pendant deux décennies, constitue véritablement l’un des plus grands opéras du XXe siècle. »]

Au-delà d’un « romantisme national » de jeunesse, son langage musical de maturité, salué jusque par György Ligeti, est empreint d’une souveraine liberté et d’une modernité exigeante bien que discrète.

Information fournie par Liliana Rosca