„Le Bal Masqué” pour la diaspora moldave de Paris

Ce 15 février 2013, les acteurs du Théâtre „Luceafărul” de Chisinau ont brillamment présenté à Paris la pièce „Le Bal Masqué” de Mikhail Lermontov. Plus de 120 spectateurs ont savouré ce spectacle exceptionnel – les acteurs ont fait preuve de professionnalisme, chaleur et consacration, qualités grâce auxquelles ils ont conquis le public.

L’opportunité d’explorer les valeurs culturelles moldaves loin de leur patrie fut pour les spectateurs une vraie révélation. Ils ont éprouvé des émotions indicibles et ont comblé les acteurs d’appréciation, ovations, reconnaissance.

Voici des impressions recueillies par Liliana Rosca :

Sandu Braila, ancien professeur à l’Académie de Beaux-Arts de Chisinau, ancien acteur du Théâtre National « Mihai Eminescu » :

J’ai de bonnes, même de très bonnes impressions. Je crois que les acteurs se sont magnifiquement produits. Bien que le public ait été mixte – il y avait des Moldaves, Roumains, Français – on n’a pas eu besoin de traduction, tout était très clair.

Ici, à Paris (sans égard à la durée du temps passé ici), on a la nostalgie de la patrie, de notre langue et culture. Je crois que cette action a été saluable pour notre diaspora, parce que notre culture est vraiment de valeur.

Compte tenu du fait que ce fut une pièce classique - « Le Bal Masqué” de Mikhail Lermontov – qui mériterait d’être jouée sur de grandes scènes (n’oublions pas le grand nombre de prix remportés par ce spectacle !), le public a su l’apprécier à sa juste valeur.

Je ne manquerai pas de souligner que j’ai pu voir sur la scène six de mes anciens étudiants dont je suis très fier. Je suis très heureux d’avoir assisté à ce spectacle qui fut une grande surprise pour moi, en qualité de professeur, spectateur et aussi collègue et ami des acteurs.

Le spectacle a été très bien joué. Malgré que la scène soit plus petite que celle du Théâtre « Luceafarul », les acteurs se sont parfaitement adaptés à la scène et ont extrêmement bien joué le spectacle. Je sais que certains d’entre eux étaient malades, toutefois, ils ont assumé le spectacle et ont fait de leur mieux, comme il sied aux bons acteurs.

J’ai été content de constater que le public représentait plusieurs générations – enfants, jeunes, étudiants, personnes du troisème âge.

Zinaida Moldovanu-Bejenari ( ancien professeur) :

La journée des amoureux a apporté un formidable cadeau aux Roumains qui se trouvent loin de leur patrie. Le spectacle « Le Bal Masqué » joué par les acteurs du Théâtre « Luceafarul » a réuni dans la salle grands et petits, désireux de savourer la culture de leur patrie.

C’est un spectacle qui touche par son message. Le metteur en scène a trouvé une façon inédite de montrer les faiblesses d’un homme, fort en apparence et maître de soi, mais qui est dominé par la jalousie, un état qui trouble son esprit et ses sens, sa confiance et sa raison. Possédé et aveuglé par cet état, il perd son équilibre émotionnel, s’auto-détruit et détruit ceux qui l’entourent par sa vengence qu’il conçoit comme un soulagement.

L’atmosphère de ce spectacle nous a fait éprouver des sentiments profonds et marquants, nous donnant la sensation d’être, nous-aussi, des acteurs de ce drame.

J’ai apprécié la musique, l’expressivité des acteurs, les masques, les danses … tout ce qui a révélé le message de cette histoire tragique où la jalousie transforme en drame la vie d’une femme innocente et d’un époux tout à fait impuissant par rapport à cette maladie.

Or, l’amour peut créer une famille heureuse dont on se réjouit jusqu’à la vieillesse et c’est toujours l’amour qui peut faire tout perdre…

Le spectacle a évéillé dans nos âmes des émotions indicibles, la nostalgie du pays, tout en nous rapprochant plus encore de nos proches et des choses qui nous sont chères.

Natalia Berega (étudiante en deuxième année à Sorbonne III) :

J’ai été très heureuse d’apprendre que le Théâtre « Luceafarul » allait venir à Paris. Or, la culture nourrit une partie de notre être, tandis que le théâtre est une partie de la culture qui alimente toute une société. Ce spectacle a eu un écho très puissant parmi nous. Je ne suis pas sûre si à Chsiianu les salles de spectacles sont aussi pleines que fut aujourd’hui la salle du Studio Raspail.

Ces pensées m’ont fait me rappeler une épigramme de Constantin Popescu :

Nu găsesc bilet de-o lună
Şi nu pot ca să-mi explic…
Sau e piesa foarte bună
Ori e Teatrul foarte mic !
Depuis un mois, je cherche un billet
Et je ne peux comprendre -
Soit la pièce est un succès,
Soit est trop petit le théâtre !

Or, les acteurs de « Luceafarul » nous ont présenté une très bonne pièce, tandis que la salle s’est avérée trop petite pour les spectateurs dont nombreux sont restés debout.

*** *** ***

A la fin du spectacle, les spectateurs ont longuement ovationné les acteurs, après quoi le ministre moldave de la culture Boris Focsa, présent dans la salle, et Valentina Cirstea, une des organisatrices du spectacle, ont remercié à tous ceux qui ont contribué à l’organisation de cette belle action.

Rappelons pour conclure que le spectacle „Le Bal Masqué” de Mikhail Lermontov a été mis en scène par Boris Focsa.

La pièce présente l’histoire d’un couple qui pourrait englober l’histoire de tout un monde. La haine, les vices, l’envie et les intrigues ont pénétré même dans les cerles les plus sélects de la sociéte russe où l’histoire d’amour entre Arbenin et Nina se déroule, tandis que l’amitié et l’honneur se perdent, le sacrifice n’est pas apprécie, personne ne croit plus à l’amour, et la fidelité dans un couple est mise aux épreuves dans le cadre d’un triangle amoureux. Le spectacle „Le Bal Masqué” a apporté à la Moldavie son premier Grand Prix international – celui du festival internaitonal “Belaia Veja”, de Brest (en Biellorussie).

Il a reçu mutiples nominations au Gala des Prix de l’Union Théâtrale de Moldavie 2002 : Meilleur metteur en scène, Meilleur costumier, Meilleur spectacle. A part cela, le spectacle a remporté plusieurs prix et mentions de festivals et concours internationaux.