L’école Poleakov - art et tradition

0 vote

Ces jours-ci, la première école de musique de Bessarabie a célébré les 60 années depuis sa fondation, tout juste après la deuxième guerre mondiale. Jusqu’en 1984, l’école a été abritée par un immeuble situé rue Mitchurine (actuellement, rue Maria Ciubotari), où se trouve à présent l’édifice du Ministère de l’Agriculture. Après avoir été « invités à passer » dans un autre bâtiment, près du cirque, les professeurs ont travaillé, après les leçons, à la construction du nouveau siège de l’école.

A présent, l’école d’arts porte le nom de Valeriu Poleakov. A l’occasion du 60-ième anniversaire de l’école, à la Philharmonie Nationale aura lieu un concert grandiose avec la participation de l‘Orchestre de Chambre, du Chœur des lycéens, de l’Orchestre des instruments à vent, de la troupe d’accordéonistes, et d’autres. Les jeunes musiciens vont interpréter des morceaux de la musique de Bach, de Chopin, de Schubert, de Puccini, de Hayda etc. A part les spectacles de la section de chorégraphie « La danse des poupées » et de la section de théâtre éthno-folklorique « La danse des coucous » (dirigé par Valeriu Chiper), le public doit s’attendre à d’autres surprises. Selon le directeur de l’école, Gheorghe Rusu, en 1947, l’école avait 100 élèves, tandis qu’à présent, elle en a 830. Il y a 11 ans, cet établissement public obtint le statut d’école d’arts et de nouvelles sections ont été ouvertes - chorégraphie, arts plastiques, etc.

Chaque année, aux concours nationaux et internationaux (France, Macédoine, Slovénie), les orchestres et les solistes de cette école remportent différents prix. En 2001, les élèves de la section Peinture ont obtenu une médaille d’or en Italie, en 2002 - une médaille d’argent en Turquie, en 2005 et 2006 - des médailles d’argent en Pologne, ainsi que 17 mentions à un concours de Chine.

Parmi les personnalités qui fait leurs études à l’école d’arts, notons les chanteurs Georgeta Voinovan et Cornel Dascal, l’acteur du Théâtre National, Dumitru Acris, détenteur du titre honorifique de maître en arts, la chanteurse Diana Ples, soliste de la troupe « Savana », etc. « Des diplômés de notre école travaillent maintenant au sein des orchestres professionnelles et des amateurs. Plusieurs anciens élèves de l’école ont poursuivi leurs études au Collège de Musique « Stefan Neaga » et à l’Académie de Musique. L’anniversaire de l’école d’arts est une fête non seulement pour la ville de Chisinau », a dit Gheorghe Rusu.

La plupart des élèves de la section Théâtre ont au moins un parent immigré. Beaucoup d’entre nos anciens élèves ont aussi immigre, certains font partie des orchestres d’Italie. « Les parents de la plupart de mes élèves travaillent à l’étranger. Nous protégeons ces enfants, en créant une ambiance agréable pour eux », a dit la coordinatrice de la section Théâtre, Elena Bivol. Selon Elena Bivol, dans le cadre de l’école, il y a quatre chœurs, dont un réunit des adultes, soit des étudiants de l’Académie d’Etudes Economiques, de l’Académie de Police, du Collège de médicine, de l’Académie Théologique. Trois jeunes professeurs de notre école, chantent dans le chœur de la Cathédrale de la Nativité de Chisinau. « Le plus important pour nous, c’est le potentiel des enfants et le chemin qu’ils traversent pendant les années d’études. Il y avait un temps quand l’édifice n’était pas chauffe, mais les enfants chauffaient leurs instruments à l’aide de la respiration. Le processus d’études ne s’est jamais arrêté », a dit Elena Bivol

La salle des festivités est avariée depuis plusieurs années. Pendant 23 ans l’école n’a pas subi des réparations. Le toit coule. Et dans la petite salle, c’est la même situation. Les élèves ne disposent que des salles de classes où ils développent leurs qualités musicales. Les professeurs disent que cet édifice est construit dans un endroit ou il y a eu un marais.

Récemment, à l’école a été visitée par des représentants des autorités locales. Un devis des travaux de réparation capitale a été fait. Une décision du Gouvernement à cette portée a été publiée dans « Monitorul Oficial » l’année passée.

Article par Ecaterina Deleu, publié sur www.flux.md, traduit par Nelu Ivascu élève en X-ième, Lycée Théorique « Ioan Voda » de Cahul.