Ils ont « conquis » l’Italie

Une famille de musiciens de Bessarabie (Isidor et Eleonora Marian) se sont établis depuis longtemps dans le pays du célèbre ténor Luciano Pavarotti et a donné au monde un des plus grands sopranos du monde - Radu Marian.

Isidor Marian, détenteur du titre honorifique d’artiste émérite de Moldavie, ancien chanteur-instrumentiste de l’orchestre de la troupe académique d’Etat de chansons et danses populaires « JOC » est revenu dans sa patrie après avoir passé 12 ans en Italie où il était allé en 2001, à l’invitation dr Marcelo Corvin, directeur de l’Agence "Pro Music" de Bologne. Plus tard, il a signé à Orvieto un contrat avec l’Orchestre symphonique de la Philharmonie « Luigi Mancineli’, dirigée par Lamberto Labi. C’est une ville située à 86 km de Rome.

Isidor Marian
Isidor Marian

Isidor Marian est né dans le village de Jora de Mijloc. Il a fait ses études à l’École de Culture de Soroca et à l’Université de Beaux- Arts de Chisinau. Bien qu’il ait été invité dans les orchestres de musique populaire „Lăutarii” (dirigé par Nicholae Botgros) et „Mioriţa” (dirigé par Vasile Goia), Isidor a choisi celui de„ Joc”, dirigé à l’époque par Isidor Burdin, qui a formé les premières troupes musicales de Moldavie dans la période d’après-guerre. Avec l’ensemble « JOC » il a voyagé dans tout le monde. En 1989, il a reçu le titre honorifique d’Artiste émérite. Il joue à 17 instruments de musique, parmi lesquels la clarinette, la cornemuse, la flûte, de même que plusieurs instrumùents archaïques. Pendant les quelques jours passés à Chisinau, Isidor n’a pas pu résister sans la musique. Il s’est emparé d’une flûte dont il nous a joué à la rédaction du journal „Timpul” où il a été invité pour une interview.

Un enfant-prodige, Radu Marian

La fierté de la famille est, bien sûr, leur fils - Radu Marian, un des plus grands sopranos, doué d’une voix exceptionnelle. Né le 6 avril 1977, dans une famille de créateurs de beauté, sa destinée a été prédestinée avant sa naissance. D’une part, la famille et, d’autre part, le talent inné lui ont ouvert la porte vers un bel avenir.

Radu Marian, celui qui va plus tard être nommé "l’enfant prodige", à l’âge de trois déjà a manifesté des qualités exceptionnelles en matière de musique et a fait preuve d’un parfait sense de la musique lorsqu’il chantant des chansons pour enfants. Sa tendance irrésistible de faire de la musique à partir de chaque « syllabe de la vie » l’a adopté. Il chante, compose, dirige, imaginairement, bien sûr, un grand orchestre symphonique qui interprète la 40e symphonie en sol mineur de Mozart et toute cette « activité » à l’âge de seulement cinq ans. À six ans, il compose ses premières chansons - "L’âme", "Les bougies éteintes", "La chauve-souris", "Le petit train », « Les études » et, à l’aide de son père, les range sur la portée.

En 1984, il commence ses études à l’École d’Arts « Alexei Stârcea » de Chisinau. En 1989, dans le cadre du Festival international des arts populaires de Moscou, le soliste du célèbre chœur des enfants " Andrieş " obtient le titre de lauréat. Un an plus tard, au Festival International „Talents extraordinaires”, il devient le titulaire du diplôme de premier degré "Pour le meilleur concert de l’année".

De Chişinău à Bucarest, et de Bucarest à Rome

En 1992, il obtient son diplôme avec mention de l’Ecole d’Arts « A. Stârcea » et poursuit ses études à l’Ecole de Musique « Ştefan Neaga » (spécialisation - piano).

Radu Marian
Radu Marian

En 1996, après le collège, détenteur de la qualification Professeur de piano et maître de concerts, il a été admis à l’Académie de Musique de Bucarest. Le chef d’orchestre et le professeur universitaire Dumitru Goia, en parlant des qualités vocales uniques du talentueux chanteur, déclare : « Radu Marian possède une voix rarissime qui lui permet d’« attaquer » un répertoire de soprano. Cette superbe voix a une couleur unique qui s’étend sur deux octaves et la capacité de pénétrer la sonorité d’un grand orchestre. L’interprétation des œuvres d’Haendel, Bach, Mozart, Rossini, Gounod et Verdi m’a laissé une impression particulière. Quelle musicalité, finesse et vigueur ! »

Afin de perfectionner son potentiel unique de vocaliste, il est encouragé par l’Académie de Musique de Bucarest, le Ministère de la Culture de Moldavie et par la célèbre cantatrice Maria Bieşu à poursuivre ses études dans une des plus célèbres écoles italiennes du bel canto de Rome.

Là-bas, il a été apprécié par un des plus grands experts dans le domaine, Flavio Colusso, un grand connaisseur du style vocal préclassique, surtout dans le répertoire pour soprano et contralto masculin. A Rome, Radu a obtenu un diplôme de recherches interdisciplinaires "Musicaimmagine" où, sous la baguette du Professeur Flavio Colusso, a amélioré ses connaissances et a construit une carrière durable. Le 16 Juin 2000, il a donné un concert extraordinaire au Théâtre National "Mihai Eminescu" de Chisinau et a lancé son premier CD.

« Je ne serais pas arrivé à Rome sans l’aide de Anatol Stati »

Radu est arrivé en Italie grâce au soutien financier du groupe ASCOM SA, et notamment de M. Anatol Stati. «  Je ne serais pas arrivé à Rome sans son aide » nous a dit Radu Marian dans une interview. A Rome, il a fait ses études à une école privée, avec l’autorisation de l’Académie « Santa Cecilia » qui fonctionne sous le patronage du Président d’Italie. C’est une école de talents uniques.

« J’ai passé mon enfance à Jora de Mijloc, le village de mes grands-parents sur la ligne paternelle. Grand-mère a développé en moi un mysticisme religieux. À l’époque, je voulais devenir prêtre. Dans mon esprit d’enfant, la notion de prêtre signifiait quelque chose d’idéal. Avec le temps, ma vision a changé, mais la voie et l’essence de ma foi sont les mêmes - atteindre Dieu. De plus, j’ai découvert ma voix en chantant dans l’église et en regardant l’icône de Jésus-Christ. Ensemble avec grand-mère, nous chantions dans la chorale, aux mariages et aux funérailles », se souvient avec émotion Radu.

Le soprano de Bessarabie a chanté sur les plus prestigieuses scènes d’opéra du monde. Maintenant, il a un contrat avec l’Orchestre d’Opéra de Vienne. En octobre, il a plusieurs concerts en Russie, à Saint-Petersbourg, ensuite - en République Tchèque. Radu Marian est attendu partout et jouit d’un grand succès. Nous espérons qu’il va bientôt avoir un concert en Moldavie.

Article de Nicolae Roibu, repris sur le site http://www.timpul.md/articol/%28muzica%29-ei-au-cucerit-italia-36633.html

Traduction – Liliana Anghel.