Emil Loteanu : l’artiste assoiffé de liberté

0 vote

Emil Loteanu est un talentueux cinéaste d’origine moldave qui a légué un héritage cinématographique de très grande valeur.

Dans sa jeunesse, on lui avait envolé la liberté et il a toujours lutté pour la récupérer. Il l’a fait par l’intermédiaire du film.

Emil Loteanu est né en 1936 dans le village de Clocuşna (à l’époque - en Roumanie, à présent - en Moldavie).

Emil Loteanu
Emil Loteanu

En 1949, après la mort de son père, il franchit illégalement le Prout et se réfugie dans la maison de ses grands-parents de Holencauti, mais il est bientôt rattrapé et livré aux garde-frontières roumains qui le renvoient à Bucarest où sa mère travaillait à l’ambassade soviétique. En 1950, lorsque les Loteanu habitaient tout près du Studio Dahia, dans leur maison a été tourné le premier film artistique roumain, celui intitulé « La vie vainc ».

Ayant fini ses études au lycée, Emil décide de passer des examens d’admission à l’Institut de Théâtre et Cinéma de Bucarest, mais son dossier est rejeté. Il demande alors d’être rapatrié et rentre à Clocuşna, ayant le but de faire des études en cinématographie à Moscou.

Il a fait ses études à l’Ecole Théâtrale près du Théâtre Académique de Moscou, ainsi qu’au fameux VGIK, l’Institut de Cinématographie d’URSS.

Svetlana Toma et Grigore Grigoriu dans le film « Les tsiganes… »
Svetlana Toma et Grigore Grigoriu dans le film « Les tsiganes… »

Pendant la période 1973-1983, il a été metteur en scène au studio « Mosflim » de Moscou. En 1985, Emil Loteanu rentre en Moldavie où il déploie une activité cinématographique très intense. Il est élu Président de l’Union des Cinéastes de Moldavie, il crée l’Association expérimentale de création Phoenix-M, il fonde la revue de théâtre et de cinéma « Lanterna Magică » (« La lanterne magique »), il réalise l’émission TV « Se caută o stea » (« A la recherche d’une étoile »).

En plus, en tant qu’enseignant à l’Institut de Beaux-Arts de Chisinau, il forme toute une péliade de jeunes acteurs devenus ultérieurement vedettes du cinéma, tels que Svetlana Toma, Grigore Grigoriu, Victor Ciutac, Maria Sagaidac, les frères Victor et Mircea Soţchi-Voinicescu.

Emil Loteanu est l’auteur d’une vingtaine de films de succès. Il a fait ses débuts dans le cinéma pendant la période estudiantine, en réalisant plusieurs documentaires. Son premier long-métrage intitulé « Aşteptaţi-ne în zori » (« Nous reviendrons à l’aube ») date de l’an 1963. Pour plusieurs acteurs moldaves, ce film fut une occasion de faire leurs débuts. Plusieurs films de qualité ont également été réalisés par Emil Loteanu aux années ’60 : « Poienele roşii » (« Les clairières rouges ») (1966), « Această clipă » (« Cet instant ») (1968) qui a remporté le deuxième prix du festival de films de Minsk en 1970.

« Les ménétriers »
« Les ménétriers »

En 1971, Emil Loteanu réalise son chef-d’œuvre « Lăutarii » (« Les ménétriers »), un film qui s’inscrit dans le palmarès de plusieurs festivals internationaux, ayant remporté une longue série de prix - Prix « La Coquillé d’or » du Festival international de cinéma de San Sebastian (1972), Grand Prix du Festival International d’arts et de folklore d’Italie (1972), Prix le Nymphe d’or du Festival International de cinéma de Naples (1972), Prix des spectateurs et de la presse pour le meilleur film au Forum du Cinéma de Milan (1978).

Sa collaboration avec le prestigieux studio « Mosfilm » s’est fructifié par la réalisation de deux autres chef-d’œuvres : le film « O şatră urcă spre cer » (« Les tsiganes montent au ciel ») (1976) et « Gingaşa şi tandra mea fiară » (« Ma douce et tendre bête »).

Le remarquable film « Les tsiganes montent au ciel » décrit la vie des tsiganes au début du XX-ième siècle. Dans ce film, Emil Loteanu reflète ses deux grands « besoins » : la liberté et l’amour, la liberté l’emportant, y compris dans ce film où il recourt à l’image du tsigane comme le symbole de la liberté absolue.

Ce film a, à son tour, remporté une multitude de prix : le Grand Prix du Festival « La Coquille d’Or » de San Sebastian (1976) ; le Prix pour la meilleure mise en scène du Festival International de Belgrade (Yougoslavie, 1977) ; le Prix pour le meilleur film du Festival International de Prague (1977).

Plusieurs autres films de Emil Loteanu ont remporté des collections importantes de prix.

Emil Loteanu est également l’auteur de plusieurs courts-métrages de succès : Frescă pe alb (1967), Academicianul Tarasevici (1970), Oraşul meu alb (1973), Ecoul văii fierbinţi (1974), Eugeniu Doga (1983), Svetlana Toma (1984), Grigore Grigoriu, Durerea (1985) etc.

En 1986, revenu en Moldavie, Emil Loteanu a réalisé le film artistique « Luceafărul », dont le protagoniste est le grand poète Mihai Eminescu et qui est d’ailleurs l’unique offrande cinématographique dédiée au poète - génie.
Emil Loteanu est aussi connu comme auteur de poésie et de prose. Ses premiers vers ont été publiés en 1949, à Bucarest, dans la revue « Contemporanul ».

Ultérieurement, il a fait publier plusieurs recueils de vers et de prose, mais, bien que ses poésies révélaient du talent de poète, à la fin des années ’60 du siècle passé, Emil Loteanu renonce à son activité littéraire en faveur du cinéma.

Ses mérites incontestables dans le développement de l’art cinématographique ont été hautement appréciés : il est détenteur des titres honorifiques Maître Emérite de Moldavie, Artiste du Peuple de Russie, membre d’honneur de l’Académie Internationale de Cinéma Nike. Il est lauréat de plusieurs prix importants, chevalier de l’Ordre de la République de Moldavie.

Emil Loteanu s’est éteint le 18 avril 2003 et il est enterré dans le cimetière Vagankovski, dans la capitale russe.