Une oenologue moldave

0 vote

Article par Marie-Françoise Jay repris sur le site http://www.sudouest.com

La Moldavie est un petit pays d’environ quatre millions d’habitants, situé tout à l’est de l’Europe, enclavé entre la Roumanie et l’Ukraine.

Capitale : Chisinau, ville dans laquelle est née il y a 26 ans, Tatiana Verhaeghe. Après une licence en technologies des produits alimentaires et un Master 1 en management vitivinicole à l’université technique de Moldavie, elle est d’abord venue à Blanquefort pour un stage de quatre mois sur la commercialisation à Château Dillon en 2006.

De la fierté

Elle est ensuite repartie travailler dans son pays, mais elle est vite revenue à Bordeaux pour y suivre un Master 2 management commercial du vin et des spiritueux à l’université Montesquieu de Bordeaux IV. Pour cela, elle a obtenu une bourse excellence Eiffel attribuée par le ministère français des Affaires étrangères, dont elle est très fière !

« C’est une chasse aux cerveaux pour la coopération internationale. Il n’y a que 350 personnes au monde qui l’ont obtenue ! » Elle a aussi rencontré l’amour et fait un bébé. Maintenant, la Moldave - qui parle le français, le russe et le roumain, tâtonne en anglais et en italien -, cherche du travail dans le commerce du vin.

Le grenier de l’ex-URSS

Elle n’ira pas voter, faute d’informations, en revanche elle a un avis sur la question : « Comparée à l’ex-Union soviétique, l’Europe bénéficie d’une construction démocratique concertée et sans cesse remise en question. C’est un avantage certain pour tous ceux qui souhaitent librement circuler dans des pays qui savent conserver leurs différences tout en adoptant des politiques communes. Avant, mon pays était le grenier à fruits et légumes « biologiques » de l’ex-Union soviétique. Le vin représentait 9 % du PIB moldave et nous savions répondre dans un délai court à des commandes spécifiques en termes de packaging. J’espère trouver en France des contextes professionnels aussi motivants. Mon objectif à long terme est de créer un cabinet de consulting qui serait un intermédiaire entre les entreprises françaises et les entreprises moldaves, afin de travailler dans l’agroalimentaire et le vin avec les pays de l’Est. »

Oenologue, Tatiana vient de participer au concours des vins de Bordeaux comme membre du jury Médoc. Naturellement tournée vers l’international, dès 2003, elle avait fait des stages scientifiques et pratiques en Roumanie et au Québec.