Personne ne peut créer notre bonheur à notre place

0 vote

Interview avec Cristina Burlacu, rédactrice du portail www.moldavie.fr

Cristina Burlacu
Cristina Burlacu

- Raconte-nous quelque chose te concernant et le moment le plus émouvant de ta vie.

  • Le moment le plus émouvant a été quand mon père ma dit qu’il est fier de moi. J’ai eu un sentiment de plaisir profond, parce que j’ai entendu cela pour la première fois.
  • Comment décris-tu ta voie professionnelle en ce moment ?
  • En ce moment j’étudie à la faculté et je veux faire du journalisme. Ma passion pour la langue française a été le début pour toutes mes actions. Pendant quelques années, je me suis préparée très sérieusement pour les olympiades nationales de langues étrangères. Je voulais exceller en français. Un jour, j’ai connu monsieur Combarel - le président de l’association « Les Moldaviens » - qui m’a proposé d’écrire quelques articles pour le portail www.moldavie.fr. Cette idée m’a plu. Bientôt j’ai créé mon propre blog, j’ai commencé mon expérience à observator.md et j’ai écrit aussi sur la plate-forme vox.publika.md. A la vieille de mon baccalauréat, j’ai pris la décision que je vais faire du journalisme.
  • A l’heure actuelle tu es active sur www.moldavie.fr. Que fais-tu comme volontaire ?
  • J’ai la grande liberté d’écrire : sur les Moldaves, les événements, les gens, les livres, les traditions et beaucoup d’autres sujets dignes d’intérêt pour le monde francophone.
  • Quel est le but de ce portail ?
  • « Les Moldaviens » est une ONG française qui a créé le site www.moldavie.fr. Ses membres ont pour but de promouvoir l’image de la République de Moldavie, car les étrangers nous confondent avec nos voisins (Roumanie et Ukraine) ou Malte. « Les Moldaviens » signifie ceux qui aiment la Moldavie.
  • Pourquoi as-tu choisi d’écrire pour un portail français ?
  • Ecrire pour un portail français, c’est le résultat de mon éducation et de ma formation. Je suis déjà dépendante de tout « .fr ». Le français fait partie de moi. J’adore Vogue, Elle, Femme Actuelle, Le Monde, 20 Minutes et les médias français en général. www.moldavie.fr m’offre la possibilité de me sentir une partie de ce massif informationnel français. C’est une question de psychologie.

J’ai grandi dans une atmosphère « à la française », car ma mère est professeur de langue et littérature française. Les premiers romans que j’ai lus sont « Les Trois Mousquetaires » et « La Tulipe Noire » écrits par Alexandre Dumas.

Evidemment, la civilisation et la langue française ont participé dans une grande mesure à ma formation. Elles auront toujours leur influence spéciale sur moi.

  • As-tu eu des autres expériences de volontariat ?
  • Oui, j’ai fait du volontariat pour le portail observator.md et maintenant pour le magazine Next.
  • Comment te vois-tu dans 2 ans ?
  • C’est difficile à dire, car je suis une personne qui change très souvent. Je me vois me cherchant moi-même et comme une jeune fille qui se découvre chaque jour. Depuis quelque temps, je suis intéressée par les sujets qui concernent la femme, la psychologie et la santé. Je veux progresser dans cette direction.
  • As-tu un message pour les lecteurs du site civic.md ?
  • Ne permettez pas que les stéréotypes guident votre vie. C’est mon principe de vie. Rien ne peut être plus grave que de laisser les gens et les circonstances contrôler notre vie. Personne ne peut créer notre bonheur à notre place, car en dépit de tout chacun veut être heureux.

Interview réalisée par Daniela Caraiman.

Source : http://www.civic.md/interviuri/interviuri/16156-nimeni-nu-poate-ti-mai-bine-decit-noi-ce-ne-poate-face-fericii.html