« Mission possible : faire une carrière en Moldavie dans une entreprise européenne »

0 vote

« Mission possible : faire une carrière en Moldavie dans une société européenne » - ce fut le slogan du premier Forum Européen de l’Emploi organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Moldavie (CCIFM), en collaboration avec l’Antenne de Chisinau de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) et d’autres partenaires institutionnels, tels que la Délégation de l’UE en Moldavie, la mission de l’OSCE, le PNUD.

Cette action se veut une continuation, dans un format élargi, du « Forum francophone entreprises – étudiants » qui avait réuni en septembre 2014 plus de 300 étudiants francophones des universités membres de l’AUF et 14 des membres de la CCIFM. Or, le souhait général des participants à ce Forum avait été de reconduire l’événement dans un plus grand format, en l’ouvrant à toutes les langues, tous les métiers et tous les âges.

Le Forum Européen de l’Emploi a constitué une plate-forme de rencontres avec des investisseurs étrangers et des entreprises moldaves, tout comme avec les représentants des plus importants projets européens et internationaux axés sur le domaine de l’emploi. Ce fut donc pour les personnes qui sont à la recherche d’un emploi une occasion unique de rencontrer les plus gros employeurs de Moldavie, de leur présenter un CV et de discuter personnellement avec les potentiels employeurs.

Plus de 20 entreprises – françaises, espagnoles, allemandes, autrichiennes, moldaves - ont présenté au grand public une importante offre d’emploi et de stages professionnels dans plusieurs domaines - marketing, commerce, technologies de l’information, etc. Parmi les participants au Forum, notons Lafarge Moldova, Orange Moldova, Lactalis Alba, Mobiasbancă – Groupe Société Générale, Le Bridge Corporation Ltd, Grawe Carat Asigurari SA, Magenta Consulting, Gas Natural Fenosa, Sandriliona, GPG consulting, l’Alliance Française de Moldavie, Netizencall.

Les participants au Forum ont aussi eu l’opportunité d’apprendre des histoires de succès – l’actuel chef de la glacerie « Sandriliona » a parlé de son parcours professionnel au sein de cette entreprise, à partir du poste d’ouvrier jusqu’à celui de directeur.

En plus, le Forum a également été pour les professeurs et les étudiants une opportunité d’apprendre plus sur les exigences à jour des recruteurs, afin de pouvoir identifier des possibilités de coopération en vue de l’ajustement des cursus aux besoins du marché du travail.

Le public a été nombreux et divers : élèves du cycle secondaire, étudiants, mais aussi des personnes qui disposent déjà d’une expérience de vie et de travail.
Pavel Carchilan, âgé de 53 ans, est venu au Forum dans l’espoir de trouver un emploi. Il est récemment rentré en Moldavie après avoir travaillé pendant 16 ans en Italie. Il avoue qu’après cette longue absence dans le pays il est quelque peu désorienté et le Forum a été pour lui une belle occasion de se renseigner sur la situation sur le marché du travail.

Voici quelques propos recueillis parmi les visiteurs du Forum :

« Je fais un master dans le domaine de l’économie et j’aimerais me faire embaucher dans une société européenne, car ces entreprises sont plus ouvertes aux jeunes sans expérience professionnelle que les entreprises moldaves. J’ai déjà reçu quelques offres que je vais analyser. »

« Je suis à la recherche d’un emploi, mais je n’ai pas trouvé beaucoup d’informations aujourd’hui. Je crois cependant qu’une société européenne serait une nouvelle fenêtre ouverte. »

« Nous sommes des étudiants et nous recherchons un emploi. Nous aimerions trouver un poste à temps partiel, lié au domaine économique. »

Emmanuel Skoulios, Président de la CCIFM, a mentionné dans son discours d’inauguration officielle du Forum que l’idée d’organiser cette action était née du constat simple que la Moldavie, qui n’a pas de pétrole, a une autre grande richesse – ses ressources humaines, y compris des jeunes bien formés, bilingues, mais très souvent trilingues ou même quadrilingues, et qui ont envie de progresser.

Emmanuel Skoulios : « Cette ressource humaine est une chance pour les investisseurs étrangers. Elle est un atout pour en attirer de nouveaux. Et le développement de la Moldavie, nul ne me contredira, passe aujourd’hui prioritairement par l’arrivée de nouveaux investissements étrangers, car le pays est idéalement situé aux portes de l’Union européenne.

L’objectif de ce forum est d’apporter notre pierre, certes modeste, la pierre des investisseurs étrangers présents en Moldavie, au maintien dans le pays de sa jeunesse, en assurant la promotion d’un management différent et en faisant connaître les opportunités. »

Ces mêmes idées ont été renforcées par Son Excellence Pascal Vagogne, Ambassadeur de la France en Moldavie, présent à la cérémonie d’inauguration officielle du Forum.

« Il n’est pas exagéré de dire que l’avantage comparatif principal du marché moldave et sa richesse majeure est sa ressource humaine bien formée et dynamique. Souvent c’est l’argument numéro 1, puis la raison principale de l’arrivée d’un investisseur étranger dans le pays », a mentionné M. Pascal Vagogne, tout en soulignant que le soutien des créateurs d’emploi, le développement des compétences de la main-d’œuvre, en s’axant vers les métiers du futur sont des défis, mais aussi des clés pour la réussite de l’économie moldave.

Monsieur l’Ambassadeur a adressé un mot spécial aux jeunes présents au Forum : « Vous êtes la richesse principale et le futur de la Moldavie. Soyez audacieux, dynamiques, créatifs, passionnés, mais parfois aussi patients. La Moldavie a besoin de vous plus que cela ne vous semble parfois. Les opportunités et les solutions ne tombent pas toujours du ciel. Il faut aller les chercher. C’est à vous d’agir ! »

La prise de parole du chef de la section politique et économique de la Délégation de l’UE en Moldavie, M. Wicher Slagter, a été à l’unisson avec les idées ci-dessus. Le représentant de l’UE a salué l’initiative des organisateurs du Forum Européen de l’Emploi de jeter des ponts entre les entreprises et les jeunes qui sont à la recherche d’un emploi. Reconnaissant que les ressources humaines sont un défi pour le marché de l’emploi, M. Slagter a mis en évidence le besoin impérieux d’orienter le système d’éducation vers les besoins des employeurs.

C’est évidemment tôt de dresser un bilan quantifiable de ce Forum de l’Emploi. Plusieurs entreprises ont collecté des CV, donc des recrutements pourraient se faire dans les semaines à venir.

Le Centre de contacts GPG nous a communiqué que le lendemain même du Forum deux recrutements (avec une période d’essai) ont été faits et d’autres candidatures sont examinées. D’ailleurs, cette entreprise a aussi fait un recrutement après le Forum francophone déroulé l’an dernier.

A part cela, selon Olga Darras, directrice de la CCIFM, les partenaires de la Chambre - qui travaillent dans le domaine du développement de la main-d’œuvre - ont beaucoup apprécié l’opportunité offerte par le Forum d’avoir un accès direct aux entreprises créatrices d’emploi : plusieurs contacts très utiles ont été établis et devraient conduire à des coopérations.

Entreprises, projets européens, visiteurs du forum - tous ont fait preuve d’intérêt de refaire un tel événement l’année prochaine.

Le 22 octobre 2015