« Mes droits, qu’est-ce que j’en fais ? »

Article par Florence Secula

« Mes droits, qu’est-ce que j’en fais ? ». C’est ce qu’une fillette de l’école primaire de Japca a écrit pour illustrer l’un de ses dessins. Juste une question, désarmante de simplicité pour les deux étudiantes volontaires, Maria et Anna, qui se rendent dans cette école régulièrement pour y parler des droits de l’homme avec les enfants. Juste une question mais qui résume bien toute la réflexion et le questionnement des enfants participant au projet « Caravane des droits humains en Moldavie » mené conjointement par l’association française « Solid-EST » et l’association moldave « Hyde Park ».

Entre septembre 2010 et février 2011, ce projet éducatif a permis à une équipe de dix volontaires moldaves, étudiants en psychologie ou en journalisme et formés aux techniques de l’éducation non formelle, de se rendre une fois par mois dans une vingtaine d’écoles primaires réparties sur tout le territoire de la République de Moldavie pour y animer des séances d’activités pédagogiques sur différents thèmes en lien avec les droits humains. Dans certains de ces villages, accessibles seulement après plusieurs heures de bus et de marche pour les volontaires, c’est la première fois que de jeunes étudiants interviennent ainsi dans les classes et proposent des méthodes éducatives non formelles et innovantes.

Le projet « Caravane des droits humains en Moldavie » a permis d’apporter aux enfants et aux jeunes des régions rurales de Moldavie un soutien informatif et un espace de discussion. En abordant avec les enfants des thèmes parfois difficiles comme la violence domestique, le handicap, ou encore les migrations ou l’écologie, les volontaires ont eu à cœur de favoriser un réel échange, un dialogue ouvert avec les jeunes, de leur apporter des pistes de réflexion mais aussi de les informer sur les différents services d’aide psychologique et sociale existant dans le pays. Au moyen de dessins, de poésies, de jeux de rôles ou de réalisation de vidéos, les enfants ont été sensibilisés à ces problématiques auxquels ils sont parfois confrontés dans leur quotidien.

Au-delà des activités éducatives, de vraies relations d’amitié ou de « mentoring » se sont liées entre les volontaires et les enfants, qui sont en contact régulier en dehors du cadre même du projet. A travers cet échange, les volontaires reconnaissent apprendre autant que les enfants et relatent tous la spontanéité et l’accueil chaleureux des enfants, le soutien et l’intérêt des enseignants voire même des parents.

Le 30 avril, une réunion de restitution finale du projet sera organisée à Chisinau en présence de nombreux participants afin d’y présenter les réalisations des enfants et de discuter de la suite à donner au projet. Deux volontaires moldaves seront également à Dijon du 11 au 13 mai 2011 afin de faire une présentation du projet dans le cadre du « Printemps de l’Europe » organisé par la ville de Dijon.

Ce projet a été rendu possible par le soutien financier du Conseil Régional de Bourgogne, du concours Envie d’Agir, de la Fondation Européenne pour la Jeunesse et de l’association « Amis sans frontière ». Pour plus d’informations sur ce projet et les réunions à venir : http://solid-est.blogspot.com/ ; asso.solidest chez gmail.com.