Les plus traduits écrivains moldaves

Les premières traductions des œuvres littéraires des écrivains moldaves ont été faites pendant la période soviétique, quand l’Etat mettait en place des programmes spéciaux de support aux écrivains jouissant d’appréciation.

Dumitru Crudu et Vladimir Besleaga
Dumitru Crudu et Vladimir Besleaga

A présent, quand chaque écrivain doit s’occuper de la promotion de ses propres livres, la traduction des œuvres littéraires n’a pas d’ampleur, à cause, avant tout, des coûts importants.

Selon le directeur des éditions Cartier, Gheorghe Erizanu, « Un livre traduit en anglais, même si son auteur est un écrivain important, a un circuit fermé. Faire paraître des livres en langues étrangères aux éditions de Moldavie voudrait dire, tout simplement, de l’argent perdu ».

« Le traducteur est un acteur, il a un rôle à jouer »

Le célèbre écrivain pour enfants, Spiridon Vangheli, gère personnellement le processus de traduction de ses œuvres sollicitées par des éditions de l’étranger. « Ce sont eux qui demandent la permission, font le contrat, traduisent et éditent le livre. Il n’y a pas d’intermédiaires. Les éditions choisissent les livres qui pourraient intéresser les enfants d’un certain pays. Si tu ne veux pas que tes livres paraissent dans un certain pays, tout simplement, tu ne leur donnes pas la permission. Mais qui traduirait chez nous ? Pour traduire de la littérature artistique, il faut maîtriser toutes les nuances d’une langue – il faut que la traduction soit vivante et intéressante, autrement, le livre est raté. Personne ne jette de l’argent. », considère Spiridon Vangheli.

Spiridon Vangheli

Les livres du plus réputé écrivain moldave pour enfants, Spiridon Vangheli, ont été traduits en 40 langues étrangères, ayant des tirages de millions d‘exemplaires dans les pays de l’Europe, en Chine et au Japon, ce qui le fait le plus traduit écrivain moldave.

Spiridon Vangheli
Spiridon Vangheli

Guguță, son personnage le plus connu, est adoré par des enfants de tout le monde grâce à l’anthologie « Isprăvile lui Guguță » (« Les aventures de Guguță ») qui peut être lue en anglais, français, italien, allemand, russe, arabe, japonais, chinois, estonien, lituanien, letton, tchèque, espagnol, ukrainien, hongrois , bulgare, danois, etc. « Împărăția lui Ciuboțel » (« Le royaume de Ciuboțel » ) est un autre livre de Spiridon Vangheli traduit en allemand, tchèque, hongrois, russe, japonais et chinois .

Vladimir Beșleagă

Trois livres de cet écrivain ont été traduits en russe, estonien, tchèque, lituanien, bulgare, ukrainien, anglais, slovaque, espagnol et français. Son œuvre « Zbor frânt » (« Le vol brisé ») a été traduit, aux années 60 du siècle passé, en lituanien, russe, tchèque, estonien, anglais, espagnol et français.

Vladimir Besleaga
Vladimir Besleaga

Aux années 70, vint le tour du livre « Acasă » (« Chez soi ») d’être traduit en estonien et en russe et, depuis les années 80, le livre « Durerea » (« La douleur ») peut être lu en russe, estonien, slovaque, bulgare et ukrainien. Selon Vladimir Beșleagă, « jadis, on traduisait ; maintenant, on ne traduit plus, faute d’argent  ».

Vladimir Lortchenkov

Cet écrivain de langue russe, originaire de Moldavie, habite maintenant au Canada. 14 livres de Vladimir Lortchenkov ont été traduits en plusieurs langues étrangères. Le roman « Toți o să ajungem acolo » (« Tout le monde y arrivera ») a été traduit en allemand, danois, anglais et roumain. « 1001 de chipuri de a părăsi Moldova » (« Des 1001 façons de quitter la Moldavie »), « Lagărul de țigani » (« Camp de gitans »), « Le dernier amour du lieutenant Petrescu », « Le tracteur volant » et « Les aventures de Sérafim, prophète oublié de Dieu » ont été traduits en français. Son livre « The Good Life Elsewhere” est paru aux Etats-Unis, puis en Allemagne – « Milch und Honig ». Le livre « Med i mleko » ( « Du miel et du lait ») a été publié en allemand, danois, serbe et anglais. Les Italiens, les Norvégiens, les Espagnols et les Finlandais peuvent lire « Italia, mon amour », « Norway Libretto », « Flying traktor », « Finland Karisto » et « Parra lego autro lado ».

Savatie Baștovoi

C’est un écrivain-théologien dont deux livres ont été traduits en français, italien et macédonien. En France, les éditions Jacqueline Chambot et Actes Sud ont traduit les livres « Iepurii nu mor » (« Les lapins de meurent pas ») et « Învățăturile unei prostituate bătrâne către fiul său handicapat » (« Les enseignements d’une vieille prostituée à son fils handicapé ».

Savatie Baștovoi
Savatie Baștovoi

Les éditions Keller d’Italie ont publié son livre « Iepurii nu mor ». Les éditions Punkt de Macédoine ont traduit son livre « Între Freud și Hristos » (« Entre Freud et le Christ »).

Vasile Ernu

Il a fait ses débuts avec le livre « Născut în URSS » (« Né en URSS ») qui a ultérieurement paru en Russie, Bulgarie, Espagne, Hongrie, Italie, Géorgie et Pologne. En 2012, les éditions Hacca d’Italie ont traduit son livre « Ultimii eretici ai Imperiului » (« Les derniers hérétiques de l’Empire »).

Iulian Ciocan

Son livre « Nez zemrel Breznev » (« Avant la mort de Brejnev ») a été édité à Prague, en Tchéquie, en 2009, et en 2015, à Bratislava, en Slovaquie, a été publié « Svet podla Sasu Kozaka » (« Le royaume de Sasa Kozak ») qui paraîtra prochainement à Paris, en France, aussi.

Dumitru Crudu

Trois livres de ce dramaturge et poète ont été traduits en langue française – « A șaptea kafana » (« Le septième kafana »), « O bătrână de 11 ani » (« Une vieille de 11 ans ») et « Akvika ». Ses recueils de poèmes « Falsul Dimitrie » (« Le faux Dimitrie ») et « La revedere, tată » (« Au revoir, papa ») vont prochainement paraître en polonais et, respectivement, en espagnol. Le roman « Oameni din Chișinău » (« Les gens de Chișinău ») est en train d’être traduit en tchèque et « Salutări lui Trotki » (« Salutations à Trotki » ) - en français.

Autres livres traduits

Avant l’an 1991, quand la Moldavie a proclamé son indépendance, le livre d’Ion Druță « Biserica albă » (« L’église blanche ») a été traduit en français. Le livre « Singur în fața dragostei » (« Seul devant l’amour ») d’Aureliu Busuioc a été publié en allemand et « Pactizând cu diavolul » (« Pactisant avec le diable ») et « Lătrând la lună »(« Aboyant à la lune »), même auteur – en tchèque. Le livre « Tema pentru acasă » (« Devoir à la maison ») de Nicolae Dabija a été traduit en russe, bulgare et anglais. Des œuvres de Vasile Vasilache, Grigore Vieru et Dumitru Matcovschi ont été traduit, à l’époque soviétique, en russe et dans d’autres langues parlées dans l’ex-URSS.

Pendant la période d’indépendance de la République de Moldavie, l’écrivaine Lilia Bicec publie ses livres « Testamentul necitit » (« Le testament non-lu ») et « Bumerangul » (« Le boumerang ») en italien. Le livre de Maria-Paula Erizanu « Aceasta e prima mea revoluție, Furați-mi-o » (« C’est ma première révolution, Volez-la à moi ») a été publié en tchèque, anglais et français. Le livre en deux volumes « Șobolaniada » de Nicolae Rusu a été traduit en tchèque en 2011. Le recueil de poèmes « Mici insomnii pentru Europa » (« De petites insomnies pour l’Europe ») de Nicolae Spătaru et le volume de prose « Pizdeț » d’Alexandru Vakulovski ont paru en langue hongroise.

Des livres pour enfants

Le poète Iulian Filip, connu surtout pour ses livres destinés aux enfants, a fait traduire ses œuvres en russe, hongrois, français, italien, anglais, espagnol, japonais et serbe. Son livre « Mamutul din frigider » (« Le mammouth dans le frigidaire ») a été traduit en hongrois. Les livres « Un spin » (« Une épine ») et « Noroc polyglot” (« De la chance polyglotte ») - en français. Le second volume de « Noroc polyglot » a été traduit en hongrois, serbe, japonais, italien, russe, espagnol et anglais.

Dans la catégorie livres pour enfants, notons aussi la traduction récente en anglais du livre d’Iulian Filip « Rochița Leneșă » (« My Lasy Little Dress ») et « Floarea iubirii » (« The Flower of Love ») de Claudia Partole. Liliana Corobca a fait paraître en allemand, italien et slovène son livre « Der erste Horizont meines Lebens ». Le recueil de poèmes « Nimbul de rouă » (« Il Nimbo di Rugiada ») de Grigore Vieru a été publié en italien.

D’après un article de Natalia Munteanu publié sur http://moldnova.eu/ro/cei-mai-tradusi-scriitori-din-republica-moldova-topul-este-condus-de-spiridon-vangheli-11975.html/

Le 12 février 2017