Le Coing d’Or 2013 : les jeunes francophones discutent sur l’éducation en Moldavie

Article de Ludmila Corlăteanu

La VII-ième édition du concours Le Coing d’Or était un événement attendu avec impatience. Le 9 novembre, huit finalistes se sont présentés à l’Université d’Etat, Faculté de Journalisme, pour s’exprimer devant un large public sur un thème qui intéresse chacun, notamment – « Droit à l’éducation : réalités et possibilités ». Evidemment, un tel sujet fait penser les jeunes à leur avenir et peut éveiller l’intérêt envers certains problèmes de la société contemporaine.

Les jeunes francophones ont démontré non seulement leurs compétences linguistiques, mais aussi leur capacité de recherche et leur courage pour défendre leur propre opinion. Les membres du jury ont été fort impressionnés par les idées entendues. Les élèves du lycée « Constantin Stere » ont parlé de l’éducation des enfants roms, de la discrimination existante entre les filles et les garçons.

Les changements dans le système éducatif moldave étaient aussi un point dominant pour les débats. L’étudiante à la Faculté de Journalisme, Iulia Brad, a préparé un discours qui abordait les résultats du baccalauréat de cette année, tandis qu’une autre future journaliste, Cristina Cucoş, a rappelé au public la situation des orphelins et des personnes handicapées, qui veulent avoir les mêmes droits à l’éducation que tout le monde.

Mais la gagnante du 1er prix – un séjour d’une semaine à Genève – a été l’élève en 11e, Vlada Bozov, qui a introduit dans son essai l’interrogatoire des enfants et une vidéo qu’elle a tourné à Soroca. Grâce à la Communauté des Moldaves de Suisse, Vlada va faire la connaissance de la ville francophone qui accueille le plus d’organisations internationales au monde (22 organisations internationales et plus de 250 organisations non-gouvernementales).

Le concours Le Coing d’Or 2013 a de nouveau relevé que l’éducation est un processus compliqué, impossible sans les professeurs et les parents, mais le rôle des jeunes ne peut pas être ignoré, car ce sont eux qui vont contribuer au futur de la Moldavie.