L’haltérophile Cristina Iovu, « la fille d’or » de la Moldavie

0 vote

Cristina Iovu est une jeune de 20 ans qui a décroché pour la Moldavie la première médaille aux Jeux Olympiques de Londres. L’haltérophile a soulevé un total de 219 kg à épaule-jeté, et a donc remporté la médaille de bronze dans la catégorie moins de 53 kg. Ainsi, elle est devenue la première femme à remporter une médaille pour la Moldavie aux Jeux Olympiques.

Sa passion pour l’haltérophilie est née quand elle avait l’âge de 13 ans. Mais au-delà du succès remarquable obtenu par la jeune Cristina se cache une histoire qui semble détachée d’un film.

Cristina a commencé ses études dans un internat, parce que la situation de sa familiale était très modeste. Elle n’a jamais connu son père. Sa mère, Marie, qui a travaillé toute sa vie dans une usine de meubles, était seule à élever ses deux enfants.

La fortune lui a souri quand elle avait 13 ans et a participé à une présélection dans son internat. "Cristina et une autre fille sont venues dans la salle d’haltères pour voir comment ça se passe. Elles ne savaient pas ce que cela voulait dire. Une fois venue, elle a étalé sa force. Après deux semaines d’entraînements, nous nous sommes rendus compte qu’elle avait du potentiel et qu’elle aurait de bons résultats. Les enfants doués se font légèrement remarquer », constate Max Cojocaru, son premier entraîneur.

Ensuite, elle a continué ses études à l’internat national des sports de Chisinau où elle a participé aux premières compétitions. « Nous l’aidions comme nous pouvions. Nous lui achetions des abonnements, et lui donnions de l’argent. Quand elle a commencé à prendre part aux concours, elle gagnait de 200 à 300 lei », dit Max Cojocaru. « Cristina est une personnalité très forte. Elle est très obstinée. Si elle a un but, elle travaille énormément et surmonte toutes les difficultés pour y parvenir », a fait savoir l’entraîneur de Cristina Iovu.

« Maintenant, elle est heureuse. Le prix promis est très important. Sa famille a une vie dure, trois personnes vivent dans une pièce de 14 mètres carrés », dit Maxim Cojocaru.

Au fil du temps, les rôles dans la famille Iovu ont changé - Cristina est celle qui entretient sa mère qui est à la retraite. « Elle pensait à une médaille, sans savoir à laquelle », a mentionné l’entraîneur.

« Cristina est heureuse. C’est un résultat obtenu grâce au travail dur. Elle s’attendait à une médaille », dit Daniel, l’ami de Cristina.

Cette année, juste avant les Jeux Olympiques, Cristina a passé le BAC et elle va probablement faire ses études à l’université. En avril dernier, Cristina Iovu a gagné le titre de championne absolue de l’Europe, remportant trois médailles d’or dans sa catégorie.

Cristina Iovu est la première sportive qui a remporté pour la Moldavie une médaille aux Jeux Olympiques. En 1992, aux Jeux Olympiques de Barcelone, la Moldave Natalia Valeev a décroché une médaille de bronze au tir à l’arc, mais elle faisait partie de l’équipe unifiée de l’URSS, composée de représentants de 12 états.

Comme récompense pour ses mérites, Cristina recevra 80 000 euros de la part de l’Etat et un appartement à deux pièces donné à titre privé.

Article repris sur le site http://www.zdg.md/oameni/halterofila-cristina-iovu-fata-de-aur-a-r-moldova

Traduction – Liliana Anghel.