IN MEMORIAM : Grigore Vieru

0 vote

Je voudrais le premier mourir

Et tout ça

Pour voir ce que tu diras !

(Toi, Grigore Vieru)

Le 18 janvier 2009, la Moldavie et la Roumanie étaient en deuil - le grand poète Grigore Vieru s’est éteint…

Il est décédé deux jours après avoir subi un affreux accident routier lorsqu’il revenait à Chisinau de Cahul, ville dans le sud de la Moldavie, où il avait participé aux manifestations consacrées à l’anniversaire de Mihai Eminescu. Lors de deux jours, des médecins moldaves et roumains avaient mis des efforts énormes pour le ramener à la vie, mais … la nuit du 17 au 18 janvier, son cœur a arrêté de battre…

Grigore Vieru est une personnalité proéminente de la littérature moldave, un véritable symbole de la renaissance nationale des Moldaves. Frêle du point de vue physique, Grigore Vieru a été extrêmement fort. Il a toujours été dans l’avant-garde de la lutte pour la fortification de notre identité nationale.

Par son œuvre, par son activité littéraire et publique, Grigore Vieru a été un pédagogue de son peuple, modelant plusieurs générations dans l’esprit du Bien et du Beau.

Ses volumes sont des livres de références dans le processus littéraire, culturel et éducationnel, contribuant substantiellement à la rénovation de la mentalité et de la vision de Moldaves concernant leur destinée historique et leur place dans le contexte de la civilisation contemporaine.

Il a été élu membre de l’Académie Roumaine qui en 1992 a proposé sa candidature pour le Prix Nobel de la Paix. Il a été Docteur Honoris Causa de l’Académie de Sciences de Moldavie, ainsi que de nombreuses universités. Il est Lauréat du Prix National, détenteur du diplôme internationale « H. Ch. Andersen », ainsi que de nombreux autres prix nationaux et internationaux, détenteur de la médaille d’or de l’Organisation Internationale pour la Propriété Intellectuelle.

La disparition de Grigore Vieru est une perte douloureuse et irrécupérable pour la littérature et la culture moldave.

Nicolae Dabija, poète : "Grigore Vieru a été plus qu’un poète. Il est le symbole de la Bessarabie. C’est lui qui était à l’origine du mouvement de réveil national, son verbe ayant mobilisé des foules. Il nous a dit la vérité sur notre peuple et sur la langue roumaine. Vieru a aidé les Bessarabiens à retrouver leur propre identité nationale. Il est parti rejoindre Eminescu, mais son verbe continuera à agir pour la spiritualité roumaine.”

L’écrivain Adrian Păunescu :J’ai pleuré à sanglots quand j’ai appris que des Roumains de toute la Bessarabie étaient venus devant l’hôpital où il luttait avec la mort pour prier Dieu de rendre la vie au poète.”

„A mes 50 ans, j’ai prié Dieu qu’il me laisse vivre jusqu’à l’âge de 60 ans. A mes 60 ans, j’ai de nouveau prié Dieu qu’il me laisse atteindre l’âge de 70 ans. A 70 ans, je n’ai plus osé prier Dieu de me laisser vivre jusqu’à l’âge de 80 ans…”, disait Grigore Vieru quelques mois avant sa mort.

Les funérailles de Grigore Vieru ont eu lieu de 20 janvier. Conformément à un décret présidentiel, le jour du 20 janvier 2009 a été déclaré jour de deuil national en Moldavie.