Des manifestations pacifiques à Chisinau

0 vote

Lundi, le 13 avril, 14h00

Des milliers de personnes ont répondu dimanche dernier à l’appel des trois partis d’opposition - le Parti Libéral, le Parti Libéral-Démocrate et l’Alliance « Notre Moldavie » - de protester contre ce qu’on appelle la « falsification massive des élections législatives », l’« orchestration des violences du 7 avril dernier » et la persécution des jeunes qui ont pris part aux manifestations du 7 avril.

Dans leurs prises de parole, les leaders des trois partis d’opposition ont condamné à l’unanimité les actions répressives entreprises par le gouvernement, l’arrestation et la maltraitance des jeunes qui ont pris part aux protestations.

Les participants à la manifestation ont adopté une résolution par laquelle ils demandent au gouvernement communiste de mettre fin à la terreur et de respecter les droits de l’homme, et appellent les citoyens de la Moldavie à ne pas se laisser intimider et à défendre fermement les valeurs démocratiques et européennes.

Ils demandent la mise en liberté de toutes les personnes mises en garde-à-vue, l’arrêt des persécutions contre les mass-médias et l’accès des partis d’opposition à la télévision et à la radio publique.
Les manifestants ont sollicité les partis d’opposition pour que les partis fassent des démarches auprès de l’Union Européenne, du Conseil de l’Europe et des USA afin de demander leur support en vue de mettre fin aux abus commis contre les manifestants du 7 avril.

Dorin Chirtoaca, vice-président du Parti Libéral a déclaré que l’opposition se prononce pour une enquête internationale sur les événements du 7 avril.

« Vladimir Voronin cherche des coupables parmi les manifestants pacifiques, parmi l’opposition ou au-delà du Prut. Il a oublié de se regarder dans le miroir pour voir qui est le vrai coupable de tout ce qui s’est passé », a dit Dorin Chirtoaca.

A son tour, le Président en exercice, Vladimir Voronin, accuse l’opposition d’avoir organisé les protestations violentes qui se sont soldées par de dizaines de blessés parmi les manifestants et la police, ainsi que par la destruction partielle des sièges du Parlement et de la Présidence moldaves. Il a qualifié les actions du 7 avril de « tentative de coup d’état » derrière lequel se trouverait la Roumanie.