« C’est comme la vie dans une grande ville, mais en mieux ! »

0 vote

Le Fonds d’investissement social de la Banque mondiale aide un village à réaliser ses ambitions.

Calfa est un petit village rural de la République de Moldavie qui se vide de sa population et voit de nombreux parents quitter leur famille pour chercher du travail à l’étranger et être en mesure d’envoyer de l’argent à leurs proches. Les chiffres sont impressionnants : plus de la moitié des enfants qui fréquentent l’école du village ont un parent qui travaille à l’étranger, et beaucoup d’entre eux en ont deux.

Tandis que le petit village se dépeuple, ceux qui restent sur place font face comme ils le peuvent et trouvent des moyens de travailler avec ce qu’ils ont. L’école primaire est un très bon exemple. Calfa n’est pas une communauté prospère, mais les habitants ne comptent pas leurs efforts, si bien que les enfants ont aujourd’hui des ordinateurs à l’école. Les parents fournissent un soutien direct important à l’école, en participant à la programmation et en organisant des activités ou des manifestations spéciales.

salle de classes dans l'école rénovée
salle de classes dans l’école rénovée

Grâce au soutien du Fonds d’investissement social, financé par la Banque Mondiale, le village a pu réparer le toit qui fuyait, de sorte que les enfants ne reçoivent plus de gouttes d’eau sur la tête, et équiper l’école d’une chaudière à gaz afin qu’elle soit chauffée en continu sans qu’on ait à jeter des pelletées de charbon toute la journée pour entretenir le feu. La route principale, délabrée au point que les enfants arrivaient à l’école couverts de boue, a été refaite, et un système de drainage a été mis en place pour éviter la détérioration de la nouvelle route.

« Les enfants ne marchent plus les pieds dans l’eau lorsqu’il pleut, il y a un système de drainage, les transports circulent plus facilement et la communauté dans son ensemble apprécie ces améliorations », explique la directrice de l’école, Paraskovia Kravtsov.

route principale du village
route principale du village

Pour chacun de ces projets, les habitants de Calfa ont fourni 30% du capital et le reste a été couvert par des financements du Fonds d’investissement social (SIF) de la Banque Mondiale. Ce fonds finance les priorités déterminées par la communauté elle-même et les projets sont gérés par des conseils constitués de membres du village. Les habitants ont récemment voté la mise en place d’un réseau de distribution de gaz pour le chauffage et la cuisine. Les villageois ont fourni 15% du financement et le SIF a payé la différence.

« Sans le concours de la population, rien de ce que nous avons accompli ici n’aurait pu l’être, parce qu’il n’y a pas d’autre soutien financier », souligne la maire, Ludmila Ceaglic.

Un couple a fêté son 50e anniversaire de mariage cette année à Calfa. C’était aussi le premier couple du village chez qui a été installé le gaz, ce qui leur a offert un autre motif de réjouissance.

« Le projet du SIF réduit de moitié notre charge de travail », déclare le mari, qui s’était installé dans la maison qu’il habite aujourd’hui peu de temps avant son mariage. « Nous n’avons plus à couper du bois, c’est beaucoup plus propre et alors qu’avant, nous n’avions pas d’eau chaude, aujourd’hui, nous avons une salle de bain et nous pouvons prendre des douches ! Maintenant, nous avons le temps de profiter de nos vieux jours. C’est comme la vie dans une grande ville. Mais en mieux ! Ici, on a l’air pur. »

le couple a fêté son 50e anniversaire de mariage
le couple a fêté son 50e anniversaire de mariage

Mais les habitants ont d’autres projets pour leur village. La maire envisage de construire une résidence pour séniors, d’améliorer l’éclairage public et espère relier au réseau d’eau les 10% d’habitants qui tirent actuellement leur eau d’un puits.

Par la suite, il se peut que le SIF participe au financement de ces projets, mais à Calfa, comme dans d’autres villages et petites villes de la République de Moldavie, le conseil communautaire mis en place grâce au SIF trouve lui-même des ressources complémentaires. Le SIF a permis la création de plus de 700 organisations issues des communautés, réparties dans l’ensemble du pays. Celles-ci ont fourni 15% du financement consacré à 225 sous-projets et ont, à leur tour, lancé 105 nouveaux projets en collaboration avec les gouvernements locaux, sans aucune aide du SIF.

Article repris sur http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/ACCUEILEXTN/PAYSEXTN/ECAINFRENCHEXT/0,,contentMDK:22064981~menuPK:594520~pagePK:2865106~piPK:2865128~theSitePK:593354,00.html