Les affaires des migrants bénéficieront du support financier de l’Etat. Combien d’entre eux reviendront en Moldavie ?

A la fin du mois de juin, dans le cadre de la réunion du Comité de Surveillance du Programme Pilote d’encouragement des investissements des rémittences dans l’économie « PARE 1+1 », les membres de ce comité ont approuvé un financement de 9,4 millions de lei pour la mise en place de 51 projets d’investissements. Mais combien de Moldaves sur le total de presqu’un million partis à l’étranger rentreront en Moldavie ?

Article de Rodica Istrati

Des migrants et leurs proches de premier degré ont bénéficié de ce projet pour lancer des affaires dans différents domaines : production des articles en laine et articles tricotés, confection de vêtements, fabrication des produits de minoterie et de boulangerie, travail du bois, fabrication de meuble, etc. Les moyens investis proviennent des revenus obtenus par les migrants de 29 pays différents, la plus grande partie provenant d’Italie – 49℅ et de Russie –10 ℅, le reste - d’autres pays de l’UE, des Etats-Unis, d’Afrique, de Corée du Sud et des anciens pays soviétiques.

Dans ce contexte, le ministre de l’économie, Valeriu Lazar, a sollicité l’identification des régions qui se sont moins impliquées jusqu’à ce moment dans ce projet et l’encouragement de l’implication des régions moins développées. « Nous ne pouvons pas nous permettre le grand luxe de financer les mêmes districts. Il est important de créer des centres de développement là où ceux-ci manquent », affirme le ministre.

En 2011, environ 73 entrepreneurs ont bénéficié de ce programme, notamment, des Moldaves revenus à la maison avec un certain capital. La plupart d’entre eux ont investi dans l’agriculture, la branche la plus importante de l’économie nationale.

Il est important de dire qu’en janvier- mai 2012, les Moldaves on viré depuis l’étranger 519,69 millions de dollars, soit 2% de plus par rapport à la même période de l’an dernier.

La plupart de l’argent provient de Russie et l’Italie. Selon les données de la Banque Mondiale, les transferts faits par des Moldaves qui travaillent à l’étranger constituent à peu près 20 ou 30 pourcent du PIB.

Notons dans ce contexte que conformément au Bureau National des Statistiques, au cours de l’année 2011, le nombre de Moldaves partis à l’étranger remonte à 317 mille, tandis que les données de l’Organisation Internationale pour la Migration indiquent le chiffre de 700 mille. D’autre part, les experts estiment que le nombre d’émigrants moldaves se chiffre à un million.

Les financements octroyés dans le cadre du Projet « PARE 1+1 » constituent quand même un pas en avant. Mais je pense que ce n’est pas une motivation forte pour faire les Moldaves revenir dans leur patrie. Or, sur le total de presqu’un million de nos concitoyens qui travaillent à présent à l’étranger, un nombre infime s’aventureraient à lancer une affaire en Moldavie. La plupart d’entre eux préféreront travailler tranquillement dans des pays étrangers.