Codru

1 vote

Les Moldaves sont particulièrement attachés à quelques notions désignées par des mots intraduisibles dans aucune autre langue.

Il s’agit de notions très chères à l’âme moldave, telles que dor, doina, Codru…

Codru est un nom qu’on doit traduire par forêt - c’est par ce nom spécial que nos ancêtres désignaient la vaste forêt qui couvre une bonne partie du centre de la Moldavie et qui constitue aujourd’hui une des plus grandes réserves naturelles du pays.

Cependant, Codru est plus qu’une forêt…

Le folklore moldave est inconcevable sans la notion de Codru. Dans les chansons et les complaintes populaires, les Moldaves le personnifient et se plaignent à Codru de leur destinée amère, tout en lui demandant son soutien.

Les légendes présentent le Codru comme l’endroit le plus sûr où les haïdouks, braves défenseurs des pauvres, trouvaient abri au besoin. C’est dans le Codru que se retirait Etienne le Grand et le Saint et ses soldats pour reprendre haleine après des combats atroces.

Codru est le paradis des amoureux, leur complice et confident.

Codru est un décor parfait pour les hommes d’art, une source intarissable d’inspiration.

Ainsi, ne vous étonnez pas de l’utilisation abondante du nom Codru en Moldavie : nom d’hôtels, de restaurants, de localités, d’entreprises. Un excellent vin de collection produit par la fabrique de vins de Cricova s’appelle « Codru ».

Un itinéraire touristique en Moldavie doit obligatoirement traverser le mystérieux Codru. Codru est une panacée pour les maux d’âme : retirez-y vous pour le ressentir.