Réformes à faire en matière d’environnement des affaires. Septembre 2006.

Note économie n°21

La Moldavie a reculé dans le classement mondial pour la facilitation des affaires, passant de la 88e place à la 103e, au sein d’un classement fait par la Banque Mondiale. S’il faut toujours analyser ces classements avec du recul, il traduit un certain nombre de manques.

Le rapport note toutefois les récents progrès de la Moldavie dans l’application des réformes de régulation. En 2005 et dans la première moitié de 2006, un certain nombre de déréglementation a eu lieu : en matière de régulations des affaires, des 1130 procédures concernant les affaires, 12% ont été supprimées, et 35% substantiellement amendées.

A partir de janvier 2006, le nombre de permis pour faire des affaires est passé de 400 à 128, et les taxes sur les revenus des entreprises ont été réduites. Elles le seront encore davantage dans les mois à venir d’après les prévisions.

De nombreux progrès restent à faire - simplification des procédures administratives, en particulier pour l’obtention de permis de construire, l’assouplissement du marché du travail ou l’amélioration du système de crédit.

Cela ne suffit toutefois pas à relancer l’économie, puisqu’il faut avant tout développer de nouvelles activités économiques - à l’exemple des centres d’appel ou des services à la personne. La vraie question consiste également à sortir de la dualité entre la capitale et le reste du territoire - ce qui suppose le développement d’infrastructures de qualité.

Florent Parmentier, analyste-politique pour Moldavie.fr.