« Lettre à un ami francophone » (3)

0 vote

Lettre par Mariana Ciorba, 24 ans, originaire de Chisinau, gagnante du 3e prix du concours « Lettre à un ami francophone »

Mariana Ciorba
Mariana Ciorba

Ma chère Beatrice,

Je te remercie d’être à mes cotés, d’être à mon écoute. Notre correspondance est une bénédiction. Elle me fait entrevoir la vie différemment. Mon cœur s’est ouvert sur de nouveaux horizons.

Les mots revêtent un sens nouveau, et mes rêves ne m’ont jamais parus si proches. Ton soutien me ravit. Te trouver au bout d’un de ces milliards de câbles, dans ce réseau tentaculaire qui englobe le monde, c’est une surprise plus qu’heureuse … le plus beau des hasards…

Notre amitié m’enchante. J’aime ta liberté d’esprit et j’admire ta franchise. J’aime ta sagesse immense et quelquefois ta fougue. Celle de la jeunesse, de l’innocence, de l’espoir, de la pureté de l’âme.

Aujourd’hui c’est un jour spécial pour moi. Il y a 5 ans que nous nous sommes rencontrées sur une des grandes rues de Paris… Tu te souviens ? Il était une belle soirée d’été, quand je me suis perdue sur le boulevard Richard-Lenoir, à la recherche d’un hôtel…cétait le Dieu qui t’a fait sortir avant moi… Et après, tu m’as invitée à rester chez toi… C’est ainsi qu’a commencé notre amitié extraordinaire.

J’aime t’offrir mes pensées et ce que tu en fais me réjouis. J’aime que tu me livres les tiennes… Tu as gagné mon respect, par ton talent tu as gagné mon admiration, par ton écoute tu as gagné ma loyauté.

Je me languis déjà de notre prochaine discussion. Que va-t-on partager ? Que vais-je encore apprendre ? Surement, beaucoup sur moi-même. J’espère - aussi sur toi… Et beaucoup sur le monde. Je viendrais le découvrir un jour, ce monde dont j’ai rêvé. Ce sera grâce à toi.

En fermant les yeux, j’entends le vent, je sens l’air… Les étendues sans fin de montagnes et de steppes, de nature et d’art.

J’attendrai ta réponse avec impatience. Tu peux compter sur moi comme quelqu’un de loyal. Je compte, quant à moi, que notre amitié, que ce qui nous unit, durent pour toujours.

Très sincères amitiés,
Mariana Ciorba.

Moldavie, Chişinău, rue Sfatul Ţării, 16