« Les Moldaviens » au prestigieux Forum Economique de Krynica

Du 5 au 8 septembre 2007, s’est tenue la 17e édition du Forum Economique de Krynica (station thermale au sud de la Pologne). Ce Forum, dont l’organisateur principal est Institut pour les Etudes d`Europe de l`Est, une ONG polonaise, est connu comme un lieu de rencontre entre l`Orient et l`Occident, très favorable au dialogue et aux échanges d`expérience. Cette année, l’événement a réuni plus de 3 000 participants de plus de 60 pays de l`Europe, de l`Asie et de l`Amérique, y compris - chefs d`État et de gouvernement, commissaires européens, politiciens, experts, hommes d`affaires et représentants des médias. La mission du Forum est de favoriser le développement du partenariat économique ainsi que le rapprochement politique entre l’Union européenne et ses voisins. Il a été surnommé le « Davos d’Europe de l’Est ».

Pour la première fois, l’association « Les Moldaviens » a été invitée à participer à ce qui est devenu au fil des années le plus grand rendez-vous des élites politiques et économiques de l’Europe de l’Est. Les délégués représentant les Etats de l’UE et de la CEI, ainsi que les institutions régionales et les plus grandes entreprises se sont en effet retrouvés pour aborder les sujets d’actualité et imaginer les évolutions de notre continent. Lors du forum, l’association « Les Moldaviens » a participé à deux débats qui touchaient au plus près ses buts.

La première réunion s’intitulait « Comment promouvoir les aspirations européennes de la Moldavie ? » et nous a permis d’évoquer les fondements, le rôle et la vision de notre association. Notre représentant, Jamil Benabdallah a axé ses interventions sur les points suivants :

Jamil Benabdallah
Jamil Benabdallah

1) La Moldavie doit convaincre les pays de l’Union Européenne d’accepter son intégration, après des réformes internes et dans le temps. Ce ne sont pas les pays nouvellement adhérés qu’il faut convaincre, mais les anciens, plus réticents.

2) La Moldavie doit convaincre des pays fondateurs, tels la France, la Belgique et le Luxembourg, de soutenir son adhésion. La Moldavie peut espérer convaincre ces pays en mettant au premier plan l’argument de la francophonie, comme l’a fait à son temps la Roumanie, largement soutenue par la France en 1999 au Sommet européen de Helsinki.

3) La mission prioritaire des « Moldaviens » est de resserrer les liens entre les pays francophones de l’UE et la Moldavie. C’est pour cela mais aussi pour faire mieux connaître la Moldavie dans le monde entier que nous soutenons ardemment le projet d’organisation du Sommet de la Francophonie 2012 à Chisinau.

4) « Les Moldaviens » proposent donc un chemin francophone vers l’objectif européen mais ne se cantonnent pas à cette seule stratégie. Il nous semble aussi nécessaire de multiplier les opportunités de rencontre et de dialogue entre les sociétés civiles afin que naturellement se crée une image positive de la Moldavie.

Ce dernier point a été mis en exergue lors du deuxième débat qui s’intitulait « L’influence des valeurs européennes dans la CEI ». A l’occasion de cette discussion, nous avons humblement fait part de l’activité de notre association et avons essayé de montrer que la volonté de partager des valeurs communes ne devait pas être simplement proclamée mais était le fruit d’un travail autant fastidieux que plaisant de rapprochement entre les sociétés civiles.

Ainsi, « Les Moldaviens », avec 20.000 visites/mois sur leur site Internet, 1 600 personnes inscrites à leur lettre d’informations, l’organisation de fêtes franco-moldaves a Paris, des actions humanitaires originales en collaboration avec des clubs Rotary français, des opérations de promotion de la francophonie en Moldavie, un réseau actif et la co-organisation du « 1er Forum France-Moldavie », commencent à jouer un rôle d’impulsion non-negligeable dans divers domaines : économique, culturel, communication, amitié, humanitaire…

La présence de notre association au plus grand forum des élites politiques et économiques de l’Europe de l’Est semble le prouver et stimule notre envie de continuer à promouvoir ces idées que nous partageons, à notre grand plaisir, avec de plus en plus de personnes.